Ecclésiaste Deudjui

Au Cameroun, le coronavirus n’est pas plus dangereux que Maurice Kamto !

Pendant que le monde entier est en train de bagarrer contre le coronavirus qui fait des millions de victimes, le gouvernement camerounais est plutôt focalisé sur son combat politique contre Maurice Kamto.
Explications.
affiche Maurice Kamto Cameroon survival
Le projet Cameroon survival vise à mobiliser des fonds pour aider à lutter contre le coronavirus. Source: cl2p.org /CC

Le contexte

Pendant que le monde entier est confronté à la plus grave crise sanitaire depuis la grippe espagnole de 1918, le président camerounais est devenu invisible ! Et c’est sous ce prétexte de « vacance du pouvoir » que Maurice Kamto avait d’abord effectué une première sortie, pour demander au président Paul Biya de prendre la parole devant son peuple. Et puis, face au sempiternel silence mutisme  de ce dernier, le leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a finalement décidé de se mobiliser : il a mis sur pied le concept « Cameroon survival » qui vise à collecter les fonds auprès des Camerounais pour subvenir à la bataille contre le coronavirus…

Le bras de fer

Sauf que le Ministre de l’administration territoriale (MINAT) a dit niètt : dans un premier communiqué paru trois jours plus tard, monsieur Atanga Nji a d’abord martelé que la démarche de Maurice Kamto était totalement illégale ! Il a ressorti un vieil article dépoussiéré datant de juillet 1983 (le Cameroun n’était même pas encore champion d’Afrique), dans lequel il est stipulé que « tout appel à la générosité publique est subordonné à une autorisation préalable délivrée dans les conditions fixées par décret ».

Puis le lendemain, le même ministre a adressé une correspondance « très urgente » à la banque Afriland, pour lui demander ordonner de clôturer immédiatement le compte qui abrite cette opération. Démarche contestée par Penda Ekoka, président du comité de gestion de ce fonds de solidarité, qui lui a rétorqué que « nécessité fait loi » et que le Cameroun n’a pas de temps à perdre avec des démarches administratives alors que le coronavirus progresse dans notre pays à pas de géant…

Paul Atanga Nji, ministre de l'administration territoriale
Paul Atanga Nji, le ministre qui s’oppose à Maurice Kamto. Source: cameroon-info.net /CC

Le coronavirus continue son chemin

Comme je disais, le coronavirus continue de progresser sur notre territoire national : déjà 832 cas officiellement enregistrés ; 14 décès ; 98 guérisons ; 720 malades actifs. Sans compter que tous ces chiffres ne sont que des bilans provisoires selon mon ami Pierre La Paix Ndamè, puisque la réalité est certainement beaucoup plus effrayante. Puisque nous sommes déjà passés au stade terminal de l’épidémie et que la propagation se fait déjà de façon communautaire. Puisque nous n’avons même pas encore commencé à affronter la vague des hospitalisations massives, et que les prochaines semaines vont certainement se révéler déterminantes pour la sécurité sanitaire de millions de Camerounais.

Ce n’est donc pas le moment de rappeler que ce n’est pas le moment de pratiquer la politique politicienne sur la vie des gens, alors que le danger nous guette par dehors ; et que nous devons plutôt mobiliser nos énergies pour l’affronter tous collectivement comme un seul homme.

Comment comprendre cette crise ?

À vrai dire, il y a plusieurs explications. Ceux qui soutiennent le gouvernement vont dire que Kamto avait raison sur le fond, mais tort sur la forme. Et qu’il aurait dû se conformer à la loi, c’est-à-dire solliciter une autorisation de la part du ministère de l’administration territoriale. Ils pourraient même ajouter qu’on ne connaît pas exactement la destination de ces fonds collectés, leur traçabilité, leurs desseins réels. Car certains sont déjà en train de parler de blanchiment d’argent, ou encore de cotisation pour acheter des armes dans le seul but de déstabiliser la République du Cameroun…

Ceux qui sont de l’autre côté diront évidemment le contraire, puisqu’ils ont un autre argumentaire : 1°)  Doit-on laisser le peuple mourir alors que son président ne lui adresse plus la parole, et que certains Camerounais ont besoin de soutien pour s’acheter des masques, du savon et des équipements de protection ? 2°) Pourquoi a-t-on laissé passer les appels à générosité publique lors de la campagne présidentielle de Cabral Libii en 2018 ? 3°) Est-ce qu’il ne serait pas plutôt judicieux de se rassembler et d’unir nos forces face à la pandémie, au lieu de se lancer dans des bisbilles inutiles et des querelles d’égo politiques ?

Parce que pour moi qui vous parle, je pense que le Ggouvernement est surtout jaloux de voir que des milliers de Camerounais ont cotisé et continuent de cotiser pour la cagnotte improvisée de Maurice Kamto, alors que personne ne veut donner jeter son argent dans la « cagnotte gouvernementale » dont on sait bien qu’on n’aura aucun droit de regard sur la gestion finale et encore moins sur son utilisation (cf. le Coup de cœur de 1994).

Christian Penda Ekoka
Christian Penda Ekoka est le président du comité de gestion du projet Cameroon Survival. Source: cameroonvoice.com /Image reprise sous autorisation

Au Cameroun, le coronavirus ne serait donc pas plus contagieux que Maurice Kamto !

Donc pendant que le monde entier est en train lutter contre cet ennemi qui a déjà tué plus de 120 000 personnes, le gouvernement camerounais est uniquement focalisé sur son altercation avec Maurice Kamto.
Incompréhensions.

Le coronavirus ne serait pas plus dangereux que Maurice Kamto ! La preuve, il suffit que ce dernier prenne la parole pour faire réagir à la fois Jacques Fame Ndongo (ministre de l’enseignement supérieur), Grégoire Owona (ministre du travail) et bien évidemment Paul Atanga Nji qui est le défenseur numéro un de ce gouvernement.

Le coronavirus ne serait pas aussi dangereux que le MRC ! Car même si le Covid-19 peut décimer des dizaines de milliers de Camerounais, il inquiète moins que le MRC qui risque tout simplement de nous prendre arracher le pouvoir !

Le coronavirus n’est même pas une priorité pour les gens qui nous dirigent, à vrai dire, puisqu’ils ont décidé de nous laisser continuer à vivre sans aucun confinement !

Ils ont décidé de ne pas nous apporter les mesures d’accompagnement nécessaires. Ils ont décidé de ne pas nous offrir les masques et les solutions hydroalcooliques. Ils ont demandé à la population de participer au fonds d’aide de solidarité gouvernementale (en gros, ils veulent aussi qu’on cotise), alors qu’ils avaient dépensé des centaines de milliards de francs CFA pour une CAN et un CHAN qui finalement n’auront pas eu lieu.
Et ils veulent nous faire croire que le problème de ce pays s’appelle Maurice Kamto.


Ecclésiaste DEUDJUI, Kamto n’est pas plus dangereux que nos dirigeants
WhatsApp: (+237) 696.469.637
Tous mes articles sur https://achouka.mondoblog.org


Le sanglot de l’Homme Noir

Cette histoire que les Africains sont toujours en train de pleurnicher : « On ne veut pas de votre vaccin ! », « On ne veut pas de votre vaccin ! », franchement ça commence à me fatiguer ! Et ça ressemble à ce que l’écrivain Mabanckou avait appelé le sanglot de l’Homme Noir…

deux médecins français sur LCI
La discussion entre ces deux médecins sur le vaccin en Afrique a créé la polémique. Source: trackmusik.fr /CC

Le sanglot de la victime

Cette histoire de victimisation commence à me fatiguer ! Car depuis 1865 que le commerce triangulaire a été aboli, il y a toujours des Africains qui se considèrent comme en esclavage ; et qui continuent de se comporter comme s’ils étaient encore en asservissement dans un champ de coton.
Ça commence à m’exaspérer ! Parce que depuis la vieille histoire des tirailleurs sénégalais pendant la Seconde Guerre mondiale en 39-45, il y en a qui continuent jusqu’aujourd’hui à se morfondre. Il y a des pseudos néo-panafricanistes qui ne cessent de se remémorer la colonisation et le néocolonialisme, pour sempiternellement se présenter en victimes. Et leurs discours sont bien rôdés car ils tournent essentiellement autour du franc CFA, des Nations-Unies, des matières premières, des conflits sous-régionaux qui seraient soi-disant préfinancés par les puissances occidentales, etc.


Le sanglot du plus riche du monde

J’ai parlé des matières premières. Parce que lorsque vous écoutez un Africaniste essentialiste se morfondre sur notre sort, il va toujours répéter que « Ils veulent piller tout le continent noir », « Ils veulent vider nos ressources humaines », « Ils veulent exploiter toutes nos matières premières parce que c’est grâce à ces matières premières qu’ils sont devenus ce qu’ils sont devenus aujourd’hui », et j’en passe !
Et nous donc ? Pourquoi n’exploitons-nous donc pas nous-mêmes nos si précieuses matières premières ? Hein ? Sommes-nous si stupidissimes ? Sommes-nous si égoïstes ? Sommes-nous si faiblards et si incapables, qu’il faille que ce soient des étrangers qui viennent sur notre territoire afin d’exploiter nos ressources qui se trouvent pourtant sous notre propre sous-sol ?

homme invisible en costume noir
Certains Africains sont plus occidentalisés que les gens qu’ils critiquent. Crédit: pinterest /CC

Le sanglot du complotiste

Ils l’ont ramenée avec le vaccin contre le Covid-19 : « On ne veut pas de votre vaccin ! », « On ne veut pas de votre vaccin ! » Et moi je leur réponds : « Qu’est-ce que vous nous proposez d’autre ? Hein ? Est-ce que vous avez proposé des vaccins made in Africa et les gens qui résident sur votre continent les ont refusés ? »
Parce que ce qui m’irrite en réalité, c’est cette propension à la dénégation et à la conflictualité. C’est cette contestation systématique et généralement sans grands fondements. Ce sont ces révisionnismes à deux balles, ces théories démagogico-économiques qui ne visent qu’à prouver une seule chose, c’est que les Hommes Noirs seraient la cible de toutes les attaques ! Et toutes les méthodes pour le prouver sont donc les bienvenues, du moment que c’est l’Homme africain qui en demeure le héros principal : fake news, détournements de l’information, théories du complot, dénigrement, racisme inversé, jérémiades, repli identitaire, etc.


Le sanglot du traditionaliste

Ça m’amuse de constater que certains Africains sont généralement des traditionalistes quand ça les arrange, et des occidentalisés selon d’autres circonstances. Ils critiquent les Blancs qu’ils considèrent comme de « grands satans », et pourtant ils s’habillent en costume et cravate comme ces mêmes personnes qu’ils cherchent à diaboliser. Ils lisent quotidiennement la Bible de Jérusalem comme mon ami Pierre La Paix Ndamè. Ils sont abonnés aux dernières technologies et particulièrement aux réseaux sociaux tels que WhatsApp et Facebook. Ils sont contestataires de la civilisation occidentale et ils prônent ardemment le bantouïsme, mais ce sont eux qu’on retrouve dans de grosses maisons avec de larges écrans plasma qu’ils ont sûrement achetés dans de grands magasins.
Il faut arrêter ça ! Il faut cesser l’hypocrisie. Il faut arrêter d’avoir un double-langage et de faire semblant de contester ce que vous pratiquez pourtant assidûment. Il faut arrêter de vous faire passer pour des traditionalistes alors que vous communiquez essentiellement en langue française, et que vous êtes fondamentalement et comportementalement des produits finis de vos « adversaires ».

Alain Mabanckou est l'auteur du sanglot de l'Homme Noir
Alain Mabanckou avait déjà développé le sujet dans son essai. Source: creoleways.files.wordpress.com /CC-BY

Le sanglot des Hommes Noirs

Donc cette histoire que les Camerounais sont toujours en train de pleurnicher que « On ne veut pas de votre vaccin ! », « On ne veut pas de votre vaccin ! », franchement ça commence à me taper sur le système ! Et ça ressemble invariablement à ce que Mabanckou avait appelé le sanglot de l’Homme Noir…

Le sanglot des égyptologues ! Oui, la civilisation égyptienne était certainement la plus révolutionnaire au monde, mais est-ce nous devons continuer à avoir des références qui datent déjà de près de cinq mille ans ?
Le sanglot des néocolonisés ! C’est bien beau de valoriser le potentiel négro-africain sur les plateaux de télévision, mais pourquoi vous ne faites jamais confiance à vos propres tradipraticiens ? Ou à vos entraîneurs de football ? Ou à vos économistes locaux ? Ou à vos ingénieurs qui vous soumettent régulièrement des projets ?
Le sanglot de l’Homme Noir est le véritable fléau qui ralentit le développement de notre continent noir, parce que nous sommes toujours en train d’accuser les autres au lieu de nous concentrer sur notre propre responsabilité.

Nous sommes toujours en train de croire que nous sommes la cible des Américains, des Européens, du FMI et de la Banque mondiale. Nous sommes toujours en train de nous victimiser. Nous sommes toujours en train de soupçonner leurs subsides, de confronter la République de Chine avec la Russie soviétique, et de penser que tous nos conflits sont fomentés depuis l’extérieur par des forces exogènes qui seraient tapies dans l’ombre.
Sans savoir qu’on ne développera jamais notre continent si nous nous contentons perpétuellement de pleurnicher…


Ecclésiaste DEUDJUI, moi je ne sanglote pas
WhatsApp: (+237) 696.469.637
Tous mes articles sur https://achouka.mondoblog.org


Confinements

Personnellement le confinement ne me dérange pas parce que je n’ai pas souvent l’habitude d’effectuer des déplacements superfétatoires. Mais je pense que cette nouvelle habitude va entraîner des conséquences psychologiques auprès de nombreux Camerounais…

courbe de contaminations
Le confinement permet d’aplatir la vague des contaminations lors d’une épidémie. Source: santeplusmag.com /CC

Le confinement de couple

Ça va changer beaucoup de choses à l’intérieur des relations amoureuses. Par exemple, les hommes qui ont plusieurs copines seront obligés de rester confinés ꟷmalgré euxꟷ auprès de la maman de leurs enfants. Pareil pour les femmes qui ont plusieurs amants actionnaires ! Et ça va devenir une difficulté pour les araignées et pour les maîtresses professionnelles, puisque les hommes n’aiment pas dépenser leur argent sur les femmes qu’ils ne voient pas et surtout qu’ils ne peuvent même plus inviter dans un restaurant…
Le confinement de couple, ce sera très difficile ! Parce qu’il y a des hommes ici qui n’étaient séduisants que parce qu’on ne les côtoyait que rarement. Il y a des conjointes qui sont carrément invivables ! Il y a des partenaires amoureux qui te fatiguent à longueur de journée avec leur bavardage stérile, et avec les faux problèmes qu’ils cherchent à créer. Et c’est pour ça qu’il y aura sûrement des séparations à la fin de ce confinement vers le mois de mai, et qu’il y aura aussi beaucoup d’accouchements à partir du mois de décembre ou au plus tard en janvier 2021…


Le confinement de promiscuité

C’est très facile de dire aux gens de se confiner afin de promouvoir la distanciation sociale, mais que va-t-on faire de tous ces millions de gens qui habitent encore dans la promiscuité ici au Cameroun ?
Parce que dans mon quartier par exemple, juste en face de moi, il y a une petite chambrette qui héberge au minimum sept habitantes : la mère de la maison,  ses trois filles et ses trois petites-filles !
Je ne plaisante pas. Parce que dans un pays où le logement et l’habitat sont en pleine crise depuis des décennies, il y a encore des gens ici qui se partagent le même matelas alors qu’ils sont des quadragénaires ! Il y a encore des voisins ici qui se partagent les mêmes toilettes. Il y a encore de nombreux enfants au Cameroun qui pataugent dans la même cour et dans la même véranda ; qui puisent de l’eau au même endroit, et qui parfois se retrouvent même en train de consommer leur nourriture non contrôlée dans la même marmite…
Or ce type de confinement est plutôt favorable à la propagation du coronavirus au sein de notre société.

problèmes de couple
La vie de couple peut subir un coup durant un long confinement. Source: avocat-bernard-broucaret.fr /Image reproduite sous autorisation

Le confinement de solitude

Ça c’est mon cas. Parce que depuis le vendredi 20 mars 2020 à 17h28, je me suis personnellement imposé mon auto-confinement. Et puisque je suis encore un célibataire qui malheureusement ou heureusement n’a pas encore fait des enfants officiellement, je me retrouve donc tout seul à la maison.
Ça ne me dérange pas réellement parce que je n’ai pas souvent eu l’habitude d’effectuer des déplacements superfétatoires. Je ne suis pas le genre de type qui va aller rendre visite à sa nourrice, à son meilleur ami ou bien à la femme de son petit-frère. Je ne suis pas quelqu’un qui affectionne spécialement le vagabondage. Je ne suis pas un agité du bocal qui aimerait se faire voir auprès du grand public ou bien sur Facebook, ou bien un parvenu qui cherche à gesticuler dans la cité comme si j’étais devenu un individu qui n’avait rien à faire.
Non ! Je suis dans le confinement de ma solitude, parce que c’est certainement l’outil principal d’un bon écrivain (Louis Pauwells). Parce qu’ « un homme sensé doit trouver en lui-même une compagnie suffisante » (Emily Brontë). Parce qu’ « être un homme, c’est être seul » (Jean Rostand). Parce qu’ « il est préférable d’être malheureux tout seul que d’être malheureux avec quelqu’un » (Marilyn Monroe).
Et parce que tout le malheur des hommes vient justement du fait qu’ils ne savent pas demeurer tranquillement au repos, tout seuls couchés sur un lit dans une chambre comme dirait Blaise Pascal…


Le confinement de survie

Personnellement je suis favorable au confinement total afin de tenter d’éradiquer la pandémie du covid-19 ici au Cameroun. Mais pour que cela soit bien applicable, il faudra absolument que le chef de l’État nous encourage à travers plusieurs mesures d’accompagnement.
Parce que c’est bien beau de demander aux gens de rester chez eux, mais qui s’occupera donc de nourrir leurs nombreux enfants ? C’est bien beau de fermer les petits commerces et les étals, mais qui s’occupera donc de payer le loyer de tous ces débrouillards ? C’est bien beau de leur parler de la santé, de la salubrité et tout le bazar, mais est-ce que le Gouvernement camerounais sait qu’il y a de nombreux individus qui survivent ici au jour le jour ?
Alors le confinement, d’accord ! Mais il faudra à tout prix nous fournir du savon, de l’eau courante, de l’électricité, de la nourriture, du carburant, du papier hygiénique et que sais-je encore ! Mais si vous ne faites rien et que vous vous contentez de nous dicter vos directives, il y a plein de gens ici qui vont préférer mourir du coronavirus ; que de rester mourir de faim à la maison à cause de votre soi-disant confinement mal accompagné…

les bendskineurs camerounais
Beaucoup de Camerounais survivent au jour le jour, et ne peuvent pas résister au confinement. Photo: afrique.le360.ma /Image reprise sous autorisation

Enfermements

Donc personnellement hein, le confinement ne me dérange pas parce que je n’ai jamais eu l’habitude d’effectuer des pérégrinations superfétatoires. Mais je pense que cette nouvelle attitude va entraîner des traumatismes psychologiques auprès de mon ami Pierre La Paix Ndamè

Confinement ! Il ne s’agit pas de rester en prison comme j’entends certaines personnes dire, mais plutôt de s’isoler, de se protéger et de ne se déplacer qu’en cas de suffisante nécessité.
Confinement ! C’est une occasion en or pour redécouvrir votre épouse. C’est un prétexte intelligent pour renouer avec vos enfants. C’est une période intéressante pour pratiquer le bricolage ou bien pour vous lancer dans la lecture.
Le confinement ne me pose pas véritablement de problème pour le moment, puisque depuis le 20 mars j’ai commencé à m’intéresser particulièrement aux cours de cuisine.

Mais je sais qu’il y a beaucoup de Camerounais qui vivent en couple, et qui vont traverser ce moment péniblement. Je sais qu’il y a plusieurs individus qui vivent aujourd’hui dans la promiscuité. Je sais que nous avons de nombreux compatriotes qui se retrouveront probablement dans la solitude, et que certains aussi ne savent même pas comment ils vont faire pour pouvoir survivre.
Et j’ai bien peur que ce confinement soit plus dangereux que la maladie qui nous menace…


Ecclésiaste DEUDJUI, je suis confiné
WhatsApp: (+237) 696.469.637
Tous mes articles sur https://achouka.mondoblog.org


Restez chez vous !

Le monde entier traverse actuellement une crise sanitaire presque sans précédent. Et le président Paul Biya a demandé aux Camerounais de rester chez eux !
un homme et une femme à la maison
En restant chez vous, vous sauvez des vies. Source: francetvinfo.fr /CC

Prenez la menace au sérieux !

Il s’agit du coronavirus, bien sûr ! Puisque comme au départ ça n’affectait pas beaucoup le continent noir, certains Africains se sont mis à colporter que « Le virus ne résiste pas à la peau noire », « Le virus ne supporte pas la chaleur », « Le virus ne peut pas se propager en Afrique subsaharienne parce que nos anticorps sont extrêmement résistants », etc.

C’est faux ! Archifaux, même. Puisque depuis quelques jours on a enregistré des centaines de nouveaux cas sur notre continent, avec quelques décès malheureusement en Algérie, en Égypte, en Tunisie, au Burkina Faso et certainement aussi dans de nombreux pays très prochainement. Car cette menace est sérieuse, et la vague de contaminations va bientôt nous frapper avec la plus sévère des dangerosités si on continue à ne rien faire…

Ne cédez pas à la panique, mais soyez vigilants !

Il n’est pas question ici de céder à la psychose. Ni de se laisser intimider par des informations contradictoires, ni de s’enfermer dans un stress quasi-traumatique dont la cause est ce contexte anxiogène qui est involontairement créé par les médias.

Non ! Il faudrait simplement prendre conscience de l’imminence de ce grand danger, mais tout en restant calme. Car la panique peut nous amener à faire des erreurs qui pourraient s’avérer dévastatrices. Alors nous devons donc respecter les consignes et particulièrement les mesures de confinements qui nous ont été imposées par le Gouvernement de monsieur Paul Biya.

Sans oublier de pratiquer systématiquement les gestes barrières qui constituent notre seule protection, à savoir : se laver régulièrement les mains avec de l’eau propre et du savon ; tousser dans son coude ; éviter les contacts rapprochés ; supprimer les déplacements inutiles.

Le Gouvernement camerounais a dicté 13 mesures pour combattre le covid-19
Le Gouvernement a pris 13 mesures de restrictions de déplacements pour lutter contre le coronavirus. Crédit_ Moutoumbou Source: moutoumbou.com /CC-BY

N’écoutez plus les fake news !

Et donc, nous devons éviter esquiver les informations contradictoires qui proviennent généralement de sources non vérifiées. Puisque dans des circonstances aussi graves, il ne faut en référer qu’aux autorités sanitaires et gouvernementales qui sont en charge de nos politiques publiques. Il ne faut se renseigner que sur les supports officiels de l’OMS, notamment pour avoir les dernières informations sur le virus, sur ses symptômes, sur le traitement, sur la prévention, sur les statistiques des personnes déjà contaminées dans le monde entier, etc.

Puisque dès le départ on a vu poindre des tas de fake news sur cette dangereuse pandémie à travers les réseaux sociaux ; et certaines de ces fausses informations se sont avérées mortelles comme en Iran, où il y a eu cinquante morts qui ont consommé beaucoup d’alcool parce qu’ils avaient lu que c’était un remède-miracle contre le coronavirus !
Et c’est l’occasion pour moi de rappeler que ce dangereux virus n’est pas un produit de laboratoire, et encore moins un outil de déstabilisation contre une quelconque puissance chinoise ou encore néo-panafricaniste. Et c’est l’occasion pour moi de répéter que le covid-19 ne se guérit pas par de l’eau chaude, ni par l’ail, ni par les écorces, ni par le thé, ni par les potions magiques, ni par les prières, ni par le gingembre, ni par les anti-inflammatoires, ni par les décoctions traditionalistes, etc.

Encouragez notre personnel médical !

Pendant toute cette crise, j’aimerais bien que nous félicitions et encouragions notre dispositif médical, et en particulier son personnel humain dont surtout son administrateur principal : le ministre Manaouda Malachie !

Car dans un contexte aussi préoccupant et déjà très inquiétant, ce sont sûrement les infirmières qui seront en première ligne. De même que les médecins et les urgentistes, voire aussi les pneumologues et les traumatologues. Mais il faudra aussi compter sur nos psychologues et nos sociologues qui devront instamment être sollicités. Sans compter les infectiologues, les chimistes, les microbiologistes et les virologues, bref tous ces scientifiques qui pourraient nous aider à affronter cette maladie qui nous paraît insaisissable.

Et moi je suis déjà impressionné par tous ces individus qui ont décidé de sauver des vies, je suis admiratif de leur carrière. Je suis reconnaissant et je souhaite bon courage à tous ceux qui exercent dans le domaine médicinal ici au Cameroun !

le marché central de Yaoundé
Les Camerounais vont au marché sans tenir compte des mesures de précaution au covid-19. Source: camer.be /Image reproduite sous autorisation

Restons chez nous !

Et donc comme je disais, le monde entier traverse actuellement une crise sanitaire qui demeurera sans précédent. Le président Paul Biya a même demandé aux Camerounais de rester chez eux, c’est dire !

Restez chez vous ! La période d’incubation de ce virus est très rarement de plus de quatorze jours, ce qui signifie que nous pouvons l’éradiquer au bout de quelques semaines de confinement…
Restez chez vous ! En vous isolant vous allez vous protéger vous-même, bien entendu, mais vous protégerez également votre famille, vos amis, vos enfants, vos collègues, vos partenaires amoureux, etc.
Restez chez vous une bonne fois pour toutes, je vous en prie, car c’est le seul moyen que nous avons actuellement pour freiner l’évolution de cette épidémie.

Puisque nous avons d’abord connu un cas de maladie, puis cinq cas, puis vingt-sept cas, puis soixante cas et un décès actuellement. Puisque nous avons certainement des milliers de cas qui se baladent dans la nature et qui n’ont pas encore été identifiés ni diagnostiqués. Puisque le problème du coronavirus est un véritable problème de santé publique internationale. Puisque l’économie n’est rien devant la maladie, ni même le sport, ni la culture, ni  la politique et encore moins la religion que pratique mon ami Pierre La Paix Ndamè.

Alors, sans relâche, je continuerai à vous supplier de rester chez vous !


Ecclésiaste DEUDJUI, je suis chez moi !
WhatsApp: (+237) 696.469.637
Tous mes articles sur https://achouka.mondoblog.org


[VIDÉO] Moi je ne suis pas un homophobe !

L’homosexualité et l’orientation sexuelle sont considérées au Cameroun comme étant des sujets discriminatoires. Et même si la société condamne violemment ces pratiques, moi j’ai finalement décidé de ne pas devenir un homophobe !
N’oubliez pas de vous abonner à ma chaîne YouTube et de laisser vos commentaires comme l’a déjà fait mon ami Pierre La Paix Ndamè.

Coming Out : Non je ne suis pas homophobe ! / Ecclésiaste au Cameroun

🚨Ecclesiaste fait son coming-out : il n'est pas homophobe ! 🚨Parce qu'au Cameroun, comme dans beaucoup d'autres pays, être homophobe est presque normal et les agressions font partie du quotidien des personnes homosexuelles de ce pays. 📝 Il y a 70 ans, la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme a été signée au Théâtre national de la Danse de Chaillot à Paris. Aujourd'hui, ces droits semblent acquis, et pourtant…À cette occasion, on lance une série de 10 vidéos dans lesquelles 10 jeunes du monde entier racontent cette lutte constante et malheureusement actuelle pour les Droits de l'Homme dans leur pays.Ils vont à la rencontre de personnes qui agissent pour faire bouger les choses.Rien n'est encore gagné… Alors #Résiste ! 💪TV5MONDE TV5MONDE Afrique Chaillot – Théâtre national de la Danse Nations Unies United Nations Human Rights INSTITUT FRANÇAIS

Publiée par Les Haut-Parleurs sur Mardi 4 décembre 2018

MIXAGE & MONTAGE :
Ecclésiaste Deudjui


LIEUX DE TOURNAGE :
Dibombari, CAMEROUN


Ecclésiaste DEUDJUI, je ne suis pas un misanthrope
WhatsApp: (+237) 696.469.637
Tous mes articles sur https://achouka.mondoblog.org


Tout ce qu’il faut savoir sur le coronavirus au Cameroun

Le docteur Manaouda Malachie, ministre de la Santé, a annoncé la survenue d’un premier cas de coronavirus sur le territoire camerounais. De quoi nous préparer à affronter une inquiétante épidémie…
infographie sur le coronavirus
Quelques informations principales sur le coronavirus. Source: leparisien.fr /Infographie reprise sous autorisation

C’est quoi le coronavirus ?

Pour faire simple, il s’agit d’un virus grippal. C’est-à-dire un virus dont le seul but est de se multiplier dans l’organisme et de provoquer le rhume, la toux, les difficultés respiratoires, etc.
Le virus dont il est question actuellement est nommé Covid-19. Il appartient à une famille de virus qu’on appelle les coronavirus, et qui peuvent provoquer des infections pulmonaires létales comme l’avait fait le SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) en 2002 ou encore le MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) en 2012.

Le Covid-19 a un taux de contamination très élevé. Sa mortalité est estimée à environ 2% chez les personnes en bonne santé comme mon ami Pierre La Paix Ndamè, mais elle peut rapidement monter jusqu’à 15% chez les individus fragiles. La période d’incubation est comprise entre un et quatorze jours, mais la meilleure solution pour combattre ce virus actuellement reste la prévention. Car il n’existe pas encore de vaccin ni de médicament pour lutter contre ce microbe émergent, puisqu’il n’a été découvert sur l’homme que récemment en décembre 2019…

Quels sont les cas recensés au Cameroun ?

Officiellement, le Cameroun ne compte « que » deux malades actuellement. Puisque dans la matinée du vendredi 6 mars 2020, le ministre de la Santé a publié un communiqué qui faisait état d’un cas de coronavirus confirmé dans la ville de Yaoundé. Puis on a dû retracer le parcours de ce patient franco-camerounais, pour constater que l’une de ses partenaires sexuelles était à risque, et ensuite elle a aussi été testée positive !

Mais ce qui m’étonne m’inquiète c’est que le bon monsieur était déjà revenu au Cameroun depuis le lundi 24 février, et que les autorités sanitaires aéroportuaires n’avaient malheureusement rien détecté. Ce mbenguiste a donc pu tranquillement se balader dans la ville de Yaoundé et ses environs, puisqu’il est même sorti de l’arrondissement pour aller assister à un enterrement. Et ce n’est pas moi qui vais vous apprendre qu’il a dû forcément embrasser des tas de gens, faire des salutations de toutes sortes, serrer des mains à gauche à droite, pratiquer la gymnastique litique avec toutes ces araignées qui lui avaient certainement demandé le visa auparavant, etc.
Et ce n’est pas à moi de vous révéler que le nombre de personnes contaminées au Cameroun actuellement, eh bien ce nombre-là est certainement plus important que celui qui nous a été donné officiellement à la télévision…

lavage des mains
Se laver les mains reste le meilleur moyen de se prémunir contre le coronavirus. Source : news.harvard.edu /CC-BY

Quelles sont les mesures qui ont été prises ?

En réalité, le ministre Manaouda Malachie est certainement le meilleur ministre de la Santé dont le Cameroun aurait pu disposer en pareille crise. Car depuis janvier 2019 qu’il est aux affaires, il a entrepris plusieurs réformes dont le service d’accueil dans les hôpitaux publics, la prise en charge des patients, l’administration sanitaire, les infrastructures, la diminution des coûts de traitement et des médicaments, etc.

Il a même pris les devants pour tenter de contrer ce coronavirus au Cameroun, malgré nos moyens dérisoires. Et l’une des mesures c’est qu’il a mis sur pied un numéro vert ouvert au public, le 1510 ! Un numéro que n’importe quel citoyen ou résident peut composer afin de se faire dépister au Covid-19, puis se faire prendre en charge en cas de contamination ou d’infection (gratuitement, je précise). Il a aussi mis sur pied un système d’alerte, afin de connecter tous les hôpitaux et de briefer tous le corps médical national en cas de nouvelle information sur cette épidémie. Il a également fait installer des thermoflash (capteurs de température corporelle) dans les aéroports et quelques postes frontières.

Enfin, et j’avoue que je suis agréablement surpris par ce dispositif, il a organisé un système de recherche des personnes entrées en contact avec les éventuels patients contaminés, et en plus un système d’isolement complet et de mise en quarantaine.

Ce n’est pas suffisant, certes, mais c’est le maximum qu’il pouvait faire dans un pays dont les établissements hospitaliers sont véritablement mal équipés !

Faut-il s’en inquiéter ?

À vrai dire, je pense que oui. Car même si cette maladie n’est pas aussi mortelle que le choléra ou encore Ebola par exemple, elle ferait des ravages auprès de certaines populations jugées à risque : les personnes âgées, les malades atteints de diabète, d’hypertension, de cancer, de problèmes cardiaques, d’insuffisances respiratoires, d’hépatites virales, etc.

Elle est tellement facilement transmissible que vous pouvez la répandre tout autour de vous, même si vous n’avez pas vous-même développé les symptômes de cette pathologie. Elle est si silencieuse et si pernicieuse au sein des organismes fragiles, qu’elle ferait pleurer des dizaines de milliers de familles si son expansion n’était pas rapidement circonscrite et contrôlée.
Et donc je vais vous rappeler quelques règles de prévention :

  • se laver régulièrement les mains avec de l’eau propre et du savon ;
  • éviter de se toucher le visage avec les mains ;
  • se tenir à plus d’un mètre de ses interlocuteurs ;
  • éviter d’entrer en contact avec les éternuements, les toux et les postillons ;
  • utiliser des mouchoirs jetables ;
  • laver ses aliments correctement et bien les cuire avant la consommation ;
  • éviter les espaces confinés et mal aérés, les endroits surpeuplés, etc.
  • isoler les malades et les personnes âgées.
le ministre Manaouda Malachie contre le coronavirus
Le ministre Manaouda Malachie (en bleu ciel, au centre) est à pied d’oeuvre pour tenter de contrer l’épidémie de coronavirus au Cameroun. Source: actucameroun.com /CC

Tout ce qu’il faudrait savoir sur le coronavirus au Cameroun

Donc le docteur Manaouda Malachie, ministre de la Santé, venait d’annoncer la survenue d’un premier cas de coronavirus sur notre malchanceux territoire camerounais.
De quoi nous préparer à affronter une épidémie qui va vite devenir assez préoccupante…

Tout ce qu’il faut retenir sur le coronavirus, c’est que les symptômes en sont la grippe, la fièvre, la toux, les maux de gorge, avec un risque de détresse respiratoire aiguë ainsi qu’une insuffisance rénale assez sévère.
Tout ce qu’il faut savoir sur le Covid-19, c’est que c’est un virus qui ne reste pas très longtemps dans l’air, qui ne se transmet pas par voie sexuelle mais qui peut survivre hors d’un organisme vivant pendant environ quarante-huit heures !
Tout ce qu’il faut savoir sur cette propagation qui fait déjà trembler la planète entière, c’est que les Camerounais ne doivent surtout pas céder à la panique et à la psychose.

Parce que si nous appliquons scrupuleusement les règles élémentaires de l’hygiène de base, nous pourrons facilement vaincre cette maladie. Si nous cessons de croire aux charlatans qui nous vendent de fausses potions traditionnelles anti-coronavirus, alors nous pourrons probablement nous en sortir. Si nous cessons d’écouter les fake news, les pseudo-panafricanistes qui racontent que ce virus a été fabriqué en laboratoire dans l’optique de déstabiliser le continent noir, alors nous aurons sûrement fait une grande avancée contre cette dangereuse menace.
Mais il faut déjà batailler tout de suite pour que cette épidémie ne se transforme pas en une pandémie !


Ecclésiaste DEUDJUI, combattons ce virus !
WhatsApp: (+237) 696.469.637
Tous mes articles sur https://achouka.mondoblog.org


[VIDÉO] Coronavirus : faut-il s’inquiéter pour le Cameroun ?

L’épidémie de Covid-19, encore appelé coronavirus, est rapidement devenue une urgence sanitaire de portée internationale (selon l’OMS). Et face à cette menace qui devient de plus en plus imminente, on est en droit de se demander comment réagiront les États africains pour contrarier cette maladie, et particulièrement un pays comme le Cameroun.
N’oubliez pas de vous abonner à ma chaîne YouTube et de laisser vos commentaires comme l’a déjà fait mon ami Pierre La Paix Ndamè.


MIXAGE & MONTAGE :
Ecclésiaste Deudjui

LIEUX DE TOURNAGE :
Logpom, Douala, CAMEROUN


Ecclésiaste DEUDJUI, je suis inquiet
WhatsApp: (+237) 696.469.637
Tous mes articles sur https://achouka.mondoblog.org