C’est une chose étrange à la fin que le Cameroun

Ou comment la lecture d’un livre de Jean d’Ormesson amène à une réflexion sur le pays de Paul Biya…

J’ai lu un livre de Jean d’Ormesson  hier soir ! Le titre, « C’est une chose étrange à la fin que le monde ». Si le père-là m’avait consulté avant de rédiger ce chef-d’œuvre, je lui aurais conseillé d’ajouter quelques pages pour parler un peu de notre Cameroun. Parce quand tu parles des mystères du Cosmos et de la Vie, tu ne peux pas ne pas parler du Triangle de Paul Biya. Surtout que c’est peut-être le pays le plus étrange du monde…

les Camerounais aiment se retrouver autour d'une bière

les Camerounais aiment se retrouver autour d’une bière

 

C’EST UNE CHOSE ÉTRANGE À LA FIN QUE LA « PAIX » CAMEROUNAISE

Jean d’Ormesson aurait dû commencer par ce chapitre, parce que les Camerounais ne connaissent même pas bien la paix. Eux ils pensent qu’ils vivent dans le pacifisme, alors qu’ils habitent sur un brasier qui peut exploser à n’importe quel moment ! Parce que la paix, ce n’est pas seulement l’absence de la guerre…

On dit que nous on habite dans la paix. Vous en êtes vraiment sûrs ? Et les crimes rituels de Mimboman alors ! Et les émeutes de février 2008 ! Hein ? Et les bébés qu’on nous vole dans les hôpitaux en pleine matinée ! Et les gens qui réclament leur salaire depuis les années 80 ! Hein ? C’est toujours votre qualité de paix-là comme ça ?

Les gens ont faim, mais ils disent qu’il y a la paix. Les gens n’arrivent pas à se soigner correctement, mais ils twittent qu’il y a la paix. Les gens ne peuvent même pas à obtenir un emploi décent malgré tous leurs diplômes, mais j’ai vu un hashtag qui dit que nous sommes sûrement le peuple le plus pacifique au monde… Tsuip !

Et c’est comme ça que nos policiers se bagarrent avec nos militaires, alors qu’on dit qu’il y a la paix. C’est comme ça que les enfants s’entretuent pour la succession de leur père, alors que j’ai lu sur Facebook qu’il y a la paix au Cameroun. C’est comme ça que nos prisons sont remplies de criminels et de meurtriers récidivistes, et pourtant j’ai entendu dire que notre président va recevoir son Prix Nobel en Norvège !

C’EST UNE CHOSE ÉTRANGE À LA FIN QUE LA « PRÉSIDENCE » CAMEROUNAISE

Justement. Si Jean d’Ormesson habitait à Bafoussam, il allait savoir que notre palais présidentiel est presque devenu un sanctuaire ecclésiastique. Il allait savoir que le type qui habite là-bas est devenu mythologique comme un dieu, et d’ailleurs certains ministres disent même publiquement qu’ils sont généalogiquement ses créatures (vous voyez jusqu’où peut aller la bêtise camerounaise ?)

C’est une chose étrange, à la fin, que notre président de la République. On ne le voit jamais en public, on ne le touche pas, on ne lui parle pas. On ne le voit jamais dans une interview télévisée, surtout si la télévision-là est camerounaise. On n’a jamais aucun compte à lui demander ! On a toujours besoin de notre Zorro pour régler les moindres problèmes du football (même les primes ?) ! On aimerait le rencontrer à Nkongsamba, à Lomié, à Bagangté, à Ngaoundéré, ou tout simplement dans un conseil de ministres ! Les gens passent à la radio pour nous dire ce que le type-là pense, ce qu’il prévoit, ce qu’il envisage d’ici 2035. Certains nous disent même qu’il est intelligent jusqu’ààààààà… mais que c’est son entourage qui nous saccage le Renouveau depuis 1982.

Et moi je me demande pourquoi notre Prince-là ne vient jamais se justifier lui-même, alors qu’il sait que les Camerounais sont fâchés de lui mal mauvais. Hein, prési ! Est-ce à dire que nous sommes si négligeables que ça ?

C’EST UNE CHOSE ÉTRANGE À LA FIN QUE LA « PAUVRETÉ » CAMEROUNAISE

Jean d’Ormesson se dit que les Camerounais sont très pauvres ! Qu’ils vivent avec moins de 1 dollar et demi par jour, comme on raconte dans les manuels d’économie de Harvard. Mais je veux savoir ! Expliquez-moi comment ces Camerounais remplissent les bars du matin jusqu’au matin, et du lundi jusqu’au lundi. Hein ? Expliquez-moi comment ils ne dorment jamais affamés, même quand ils te disent que ça ne les laisse pas ! Expliquez-moi comment ils font pour gérer 4 petites amies en même temps, alors que vous-mêmes vous savez comment les Camerounaises sont des Cameruineuses… Hein ?

La pauvreté camerounaise, c’est une chose très étrange. On dit que les gens d’ici n’ont pas l’argent, mais ils sont toujours en train de dépenser des fortunes dans les jeux de hasard. On dit qu’ils sont très-très-très pauvres (et même un peu endettés), mais ils construisent des immeubles et des châteaux forts dans les villages des Bamilékés. Et ils roulent en Limousine le jour de leur mariage ; et ils payent le coach des Lions Indomptables pour sortir dernier de sa poule ; et ils payent la chaise du président de l’Assemblée Nationale à presque 9 millions de francs, pendant que les sénateurs se plaignent que leur salaire mensuel est passé à 835.000 francs CFA « seulement »… Tsuip !

Franchement, j’ai parfois envie d’être pauvre comme certains responsables Camerounais.

C’EST UNE CHOSE ÉTRANGE À LA FIN QUE LA « NORMALITÉ » CAMEROUNAISE

Quand je dis normal, je parle de notre saleté. Un Camerounais laisse un bac à ordures pour aller balancer ses détritus sur le goudron. Quand je dis normal, je parle de notre incivisme. Un Camerounais va te dire « le cul de ta mère », avant d’aller pisser sur une plaque où on a écrit « INTERDIT D’URINER ICI ». Il gère ça ?

La normalité camerounaise, c’est une chose extrêmement étrange. Ici personne n’arrive jamais à l’heure quelque part ! Ici les gens qui détournent l’argent du contribuable, on les considère comme des héros. Ici quand tu obtiens ton permis de conduire, ça veut dire que tu vas maintenant apprendre à conduire. Ici quand quelqu’un est malade il n’y a pas l’argent pour acheter ses médicaments, mais quand il meurt, il y aura tout l’argent du monde pour organiser un enterrement inoubliable… Tsuip !

Au Cameroun, la corruption est devenue une seconde nature. Les gens qui viennent de mbeing ont vraiment beau mentir. La jalousie est devenue une religion nationale, ainsi que l’égoïsme pour ne pas dire l’individualisme. Le kongossa, c’est par comme ça que nous on s’informe ici. Les incendies et les inondations sont devenus monnaie courante. La justice populaire va bientôt remplacer le pouvoir judiciaire. L’exode rural a surpeuplé nos deux métropoles. Les dirigeants sont critiqués tous les jours à cause de leur médiocratie, mais leur caravane continue seulement. Et au final on vit dans un pays où tout devient normal, surtout lorsqu’on s’éloigne de la normalité.

C’est notre pays, on va faire comment ?

Beaucoup de Camerounais ont confié leur vie aux jeux de hasard

Beaucoup de Camerounais ont confié leur vie aux jeux de hasard

 

C’EST UNE CHOSE TRÈS ÉTRANGE À LA FIN QUE LE CAMEROUN DE PAUL BIYA

Et donc si Jean d’Ormesson m’aurait écouté il se serait focalisé sur notre pays-ci, et il aurait ajouté 4 chapitres sur son roman qui n’en demeure pas moins un best-seller.

Le Cameroun est un pays tellement étrange que la seule définition qui lui convienne, c’est de dire qu’il est lui-même !

Le Cameroun est un pays qui ne sait même pas exactement quel est le nombre de sa population.

Le Cameroun est un pays qui a effacé son histoire, oublié ses rebellions, déshonoré son 1er président.

Le Cameroun est un pays entièrement à part, parce que les gens d’ici ont osé cracher sur une étoile qu’ils n’auront plus avant 2 ou même 3 siècles : j’ai nommé Samuel Eto’o Fils !

Et c’est comme ça qu’ils vivent comme s’ils étaient des zombies, alors qu’ils sont quand même un peu intelligents. C’est comme ça qu’on ne sait pas si on est dans une dictature, ou bien si on est dans une démocratie. C’est pour ça qu’un marabout camerounais est plus important qu’un chirurgien camerounais. C’est pour ça que quand Yaoundé ne respire pas, on dit que c’est tout le Cameroun qui vibre.

C’est pour ça que tout devient étrange dans ce territoire ! Le sport, la culture, l’éducation, l’économie. Même le jardinage devient ésotérique. On est toujours enfermé dans les « à peu près », les « on va voir », les « impossible n’est pas camerounais ».

Et pendant que nous on tergiverse, vous croyez que les autres pays vont rester-là pour nous attendre ?

Ecclésiaste DEUDJUI (WhatsApp: (+237) 696.469.637)

►►► Retrouvez tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

8 réflexions au sujet de « C’est une chose étrange à la fin que le Cameroun »

  1. charlotte obi dit :

    Point l’envie de faire des passe passe de mots, juste une envie de pleurer, un gros dépit, et un comment nous sortir de là qui m’assaillent!

  2. Bel hommage à Jean d’Ormesson qui est aussi un des mes auteurs préférés. C’est vrai que le Cameroun passe pour un pays étrange avec des habitants tout aussi bizarres. Mais cette situation n’est-elle pas le résultat de notre passivité face aux difficultés, aux problèmes de développement qui se posent à nous? Les politiques sont autant responsables de cette situation que nous autres du bas peuple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *