Je viens de perdre mon travail !

J’ai perdu mon emploi le lundi 1er mai 2017 aux environs de 21 heures. Et pourtant c’était un jour férié hein ! Mais mon patron m’avait envoyé un SMS qui disait que « Tu es viré ! » Et puis il m’a téléphoné le lendemain pour me demander de passer au bureau afin que je récupère mes affaires…

lettre de licenciement

On perd généralement son travail par une lettre de licenciement. Image: Adobe stock /CC0

J’ai perdu mon salaire

Ce qui m’avait mis en colère lorsque je venais de perdre mon boulot, c’était d’abord –et surtout– parce que je venais de perdre mon salaire ! Car je savais que coûte-que-coûte hein, même s’il y avait des retards, je devais normalement être rémunéré au bout de trente-et-un jours…

Et même si tu réussis à te retrouver un autre job, est-ce que c’est sûr que tu recevras le même traitement salarial que précédemment ? Hein ? Est-ce que ce nouveau salaire sera régulier ? Et puis en attendant que tu te retrouves effectivement un autre job, comment est-ce que tu vas réussir à solder toutes ces nombreuses factures qui ne font que se multiplier et s’accumuler devant ton paillasson ?

J’ai perdu mes collègues

Ce qui m’a fait mal, c’est que j’avais des collègues qui avaient vraiment manifesté de la colère. Puisque quand ils ont appris la mauvaise nouvelle (ça va très vite hein, c’est comme pour les annonces de décès), certains m’avaient directement appelé pour me dire que « Courage, gars ! », « Sois fort ! », « Je suis désolé » ou encore « Je sais que tu vas t’en sortir. »

J’ai vraiment eu mal pour certains de mes collègues. Parce que même si moi je suis un je-m’en-foutiste à 100 %, il y a beaucoup de mes collaborateurs qui m’aimaient bien. Et c’est pour ça que quand tu perds ton boulot dans une entreprise ou bien dans une boutique, tu vas constater qu’il y a des gens que tu prenais pour des collègues mais qui étaient en réalité de vrais amis. Certains vont te téléphoner pour te demander quelle sera la suite de ton aventure. Et en fait hein, certains collègues ne sont même plus réellement tes collègues : ils sont déjà devenus tes compagnons de vie pour l’éternité !

coup de pied aux fesses

Il y a des licenciements qui sont un peu violents. Dessin: Lardon Source: skyrock.net /Image reproduite sous autorisation

J’ai perdu la pression du travail

J’avais un boulot exagérément stressant. Vraiment très-très-très stressant même ! Puisqu’on pouvait me téléphoner le week-end, me faire un e-mail à minuit, me commissionner pendant les heures de pause, etc. On pouvait même me renvoyer un jour férié et c’est ce que mon patron avait eu la malencontreuse idée de vouloir me démontrer…

Vrai-vrai hein, j’étais hyper tendu (rien à voir avec l’hypertension !). Je gérais plusieurs dossiers et je rentrais toujours à la maison très-très tardivement. Cela va un peu me manquer. Car même si les Camerounais se plaignent toujours que leur travail est difficile, et que c’est fort, il y a quand même une adrénaline sous la pression qui peut te donner la dépression si tu te réveilles un beau matin et que tu constates que tu seras dorénavant au chômage !

J’ai perdu le respect de mon entourage

À commencer par mon propre père ! Parce que quand il avait appris que j’avais été licencié, il a commencé à me téléphoner dix fois par jour comme si j’étais devenu sa petite amie. Et donc moi ça m’énervait, et donc parfois je ne décrochais même plus.

Et c’est d’ailleurs pour ça que je n’aimais plus trop dire aux gens que j’avais perdu mon travail. Puisque même mes propres amis allaient se fâcher. Puisque même mes copines allaient me lâcher (si, si). Puisque même les membres de ma famille qui me voyaient déjà comme un baobab allaient me demander que « Tonton Ecclésiaste, qu’est-ce qui ne va pas ? ». Sans compter mes voisins qui avaient l’habitude de me voir sortir tous les matins avec ma grosse moto, alors que dorénavant je me réveille parfois vers les 11 heures ou bien vers les midi. Et c’est à 13h que je pars souvent demander à ma voisine si elle peut un peu me prêter quelques bûchettes d’allumettes…

doigt d'honneur de démission

Certaines personnes quittent leur job d’elles-mêmes. Source: monbonpote.com /Image reproduite sous autorisation

Je viens de perdre mon boulot !

Donc le jour de votre fête du travail, c’est ce jour-là que je venais de perdre le mien. Mon patron m’avait envoyé un texto qui me disait que « Ecclésiaste, Tu es viré ! » Et puis il m’a téléphoné le lendemain pour me demander de passer au bureau afin que je puisse quand même récupérer toutes mes affaires…

Je viens de perdre mon travail, comme tous ces nombreux Camerounais qui sont congédiés tous les jours et qui ne bénéficient pas de la protection de notre société.

Je viens de perdre mon fauteuil de Directeur, mais parfois une porte se ferme et dans quelques temps tu vas voir comment de nouvelles autres magnifiques portes vont s’ouvrir.

Je viens de perdre mon travail comme Pierre La Paix avait perdu son travail le 21 avril de l’année 2016, mais je ne comprends pas pourquoi je n’arrive pas à en devenir malheureux.

Puisque quand je l’avais annoncé à ma mère, c’est elle qui m’avait dit que « Clesio, dans la vie il y aura toujours des hauts et des bas ». C’est elle qui m’avait rendu confiant et zen. C’est elle qui m’avait dit que je pourrai gagner beaucoup d’argent dans ma vie sans nécessairement travailler pour quelqu’un. Et si donc je peux me permettre un conseil, c’est de vous demander de vous reposer et de profiter de la vie avant de repartir au combat. Car ce n’est pas parce que vous avez perdu votre travail que vous allez penser que votre travail ici sur la Terre est déjà terminé…

Ecclésiaste DEUDJUI, j’ai trouvé un autre job

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

2 réflexions au sujet de « Je viens de perdre mon travail ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.