Comment habiter chez un Camerounais sans le fatiguer ?

Pendant les vacances de l’année 2016, un ami est venu squatter chez moi parce qu’il avait rencontré quelques difficultés. Le premier jour il m’a dit « Ecclésiaste, je vais rentrer demain mercredi ». Puis le mercredi il m’a dit que « ça te gênerait que je reste chez toi jusqu’à ce dimanche soir ? » et je lui avais répondu « non », évidemment.

Mais je l’ai fait partir le lundi matin parce qu’il n’a pas su comment on peut cohabiter avec un Camerounais sans le fatiguer…

 

dessin individu regarde télévision

Il ne faut pas seulement regarder la télévision. Dessin: CHRIB /image réutilisée avec l’aimable autorisation de l’auteur

 

Règle N°1 : Il faut participer aux tâches ménagères

Mon ami dont je vous parle, il n’a jamais participé aux tâches de la maison. Pourtant c’est bien connu que quand tu viens quémander l’asile politique dans le domicile d’un tiers Camerounais, eh bien il faudrait quand même que tu mettes un peu la main à la pâte !

Alors que quand moi je me levais et que lui il dormait encore, j’étais parfois obligé d’attendre que le bon monsieur se réveillât afin que je puisse –enfin ! – dresser mon matelas. Parfois quand je lui disais que je partais faire la lessive, le salopard faisait jusqu’à il ajoutait même ses pantalons déchirés sur mes propres vêtements sales. Parfois quand j’appelais ma cousine qui vit à PK14 pour venir m’aider à faire le nettoyage, mon type se permettait même de la baratiner devant moi (mince alors !). Et il la baratinait comme ça en jouant-lui ses mots-fléchés hein, et pourtant nous on cherchait une troisième personne qui allait pouvoir nous aider à faire déplacer le congélateur…

 

Règle N°2 : Il faut participer aux charges financières

Même si tu ne participes pas aux tâches ménagères parce que tu préfères plutôt t’amuser avec la télécommande, ça peut se compenser digérer si tu participes quand même un peu aux charges financières. Parce que vrai-vrai hein, il y a des gens ici que, quand ils viennent pour squatter dans ton appartement ou bien dans ta chambrette, ils ne regardent même pas un peu les factures qui traînaillent là-bas au bas de votre fenêtre (je n’ai pas dit de payer hein, mais je dis qu’ils ne font même pas un peu semblant de vouloir regarder ces factures)…

Alors que normalement, quand tu décides d’habiter chez quelqu’un de façon provisoire, il faudrait parfois acheter quelques yaourts à ses petits enfants. Il ne faut pas seulement penser à venir vider son réfrigérateur, mais il faudrait aussi le remplir par surprise. Il faut montrer à la personne qui t’héberge que « Je ne suis pas un parasite chez toi hein ! » Et lui faire comprendre que si tu n’avais pas rencontré ces difficultés qui t’ont mis à genoux, tu n’allais jamais te retrouver sous son toit en train de te discuter quelques plats de nourriture avec sa nièce.

 

homme noir vaisselle assiettes

Il faut participer aux tâches ménagères. Crédit photo: Adolph Tomasino /CC0, image utilisée avec l’aimable autorisation de son auteur

 

Règle N°3 : Il faut savoir se rendre invisible

Je crois même que ça c’est le point focal. Ça veut dire que si tu habites chez un Camerounais de façon temporaire ou même pour l’éternité, il faudra toujours t’arranger de façon à te rendre complètement in-vi-si-ble !

Même si tu sors pour aller vadrouiller mais pourvu que tu reviennes très tard dans la soirée, tu auras déjà marqué un très grand pas ! Même si tu traînes dans les carrefours (pas le supermarché hein) pour aller taper les commentaires avec les parieurs-chômeurs du quartier qui n’ont rien à faire, ce sera fondamental ! Parce que si moi j’héberge quelqu’un chez moi et que je le vois devant mes yeux le matin, à midi et le soir avant de me coucher, eh bien il va très-très vite me fatiguer ! Je n’aurai même plus l’impression que c’était mon meilleur ami auparavant. Je vais commencer à le trouver envahissant, indisposant et gênant. Je vais même me substituer à sa grand-mère pour lui demander que « Je demande hein, Pierre La Paix Ndamè ! Tu n’avais pas prévu d’aller visiter ton grand-père à Dibombari ? »

 

Règle N°4 : Il faut toujours donner sa date de départ

Ceci est la conséquence logique de la règle N°3. Puisque quand tu disparais le matin pour chercher à te rendre invisible, il faut bien que tu rentres le soir pour nous dresser le compte-rendu de toutes tes (dé)marches. Mais attention ! Ce compte-rendu-là doit absolument nous renseigner sur la nouvelle date de ton départ…

C’est un peu ce qui s’était passé avec mon ami le deuxième jour. Puisque quand il était rentré le mercredi soir fatigué, il m’avait directement annoncé que son voyage pour le Congo avait été reporté. Puis il a mis ses deux mains sur les hanches, il m’a regardé fixement et il m’a demandé : « Ça te gênerait que je reste chez toi jusqu’à ce dimanche soir ? » Et je lui avais répondu que « non », évidemment.

Mais après ça il ne sortait plus beaucoup, il ne participait jamais aux tâches ménagères ni financières de la maison, et il commençait déjà à s’installer progressivement dans ma petite garçonnière. Il a même commencé à me faire comprendre qu’il ne maîtrisait plus précisément la nouvelle date de son voyage hypothétique…

 

homme Noir couché en bas du bureau

Il faut se rendre le plus invisible possible. Source: Facebook.com /CC0

 

Comment habiter chez un Camerounais sans même se déranger ?

Et donc si je bavarde comme ça, c’est parce que moi aussi j’ai déjà habité chez quelques Camerounais et chez quelques Camerounaises : à Sangmélima on m’avait chassé, à Yaoundé on m’a expulsé, et même ici à Douala j’ai un ami qui m’avait régulièrement foutu à la porte ! …

 

Sans te fatiguer, il faut que tu apportes de la bonne humeur dans la maison où on te loge.

Sans fatiguer tes hôtes, il faudrait que toi-même tu sois un hôte de bonne éducation, et que tu ne vives pas dans cette maison-là comme si tu étais un espion ou alors un voyeur.

Si tu veux habiter chez un Camerounais sans même te fatiguer et sans le turlupiner (même si tu es son épouse), il faudrait quand même que tu apprennes un peu à corriger tes sales caractères.

 

Parce que si tu es un ronfleur comme mon ancien meilleur ami, ce ne serait vraiment pas une très bonne chose. Si tu amènes souvent les prostituées à la maison alors que tu n’es même pas dans ton domicile, ce serait vraiment très exaspérant et très désespérant. Si tu passes toujours ton temps à rentrer soûl et à venir perturber les gens avec tes odeurs de cigarettes, on n’aura même plus envie de te supporter là-bas jusqu’à la semaine prochaine.

Et on risque même de te chasser le lundi matin comme un malpropre, parce que tu manges comme un éléphant alors que tu n’as jamais regardé les factures que le bailleur venait souvent déposer là-bas au bas de votre fenêtre…

 

Ecclésiaste DEUDJUI, moi je ne fatigue personne

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

3 réflexions au sujet de « Comment habiter chez un Camerounais sans le fatiguer ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *