En attendant que le Ciel me pardonne…

Parfois quand je suis seul, je me demande souvent si je suis vraiment une bonne personne. Parce que depuis dix ans que ma grand-mère cherche à me voir, je ne fais que lui faire de fausses promesses : « Je vais venir, Maman Gisèle ! Je vais venir à Foumban dès que j’aurai un peu de temps. »

Pourtant il est encore temps de me rattraper avant d’attendre que le Ciel ne me pardonne…

 

un petit garçon qui embrasse une petite fille

Il faut toujours montrer aux gens qu’on aime qu’on les aime

 

AVANT D’ATTENDRE LE CIEL, IL FAUT VITE QUE JE M’ARRANGE AVEC MA FAMILLE

Ma grand-mère n’est pas la seule personne qui me rend souvent nostalgique lorsque je suis tout seul. Parce qu’à côté de ça, il y a aussi le cas mon père. Celui-là il m’appelle presque quatre fois par semaine, mais moi je lui rends visite seulement deux ou bien trois fois pendant toute une année ! Et je n’ai pas envie d’attendre le jour de sa mort pour lui montrer que j’étais vraiment fier d’être son fils…

Il y a aussi mes derniers petit-frères. Ceux-là, ils m’aiment comme si j’étais leur propre père (c’est-à-dire comme si j’étais mon propre père). Mais pourtant je suis toujours absent, je ne suis jamais présent lorsqu’ils ont toujours besoin de me voir, et je ne leur téléphone que rarement. Et pourtant Dieu seul sait combien je les adore !

 

EN ATTENDANT LES CHÉRUBINS, IL FAUT BIEN QUE JE SOIS SÉRIEUX AVEC LES FILLES

J’ai eu à décevoir beaucoup de filles dans ma courte vie, et jusqu’aujourd’hui ça continue. Je suis sûr qu’il y a certainement beaucoup de femmes qui me détestent ici au Cameroun, et je suis certain qu’il y a aussi beaucoup d’autres femmes qui me détestent secrètement dans le reste du monde !

En attendant que la Mort me prenne, j’ai envie de leur demander pardon. Parfois je le faisais par ignorance, par snobisme ou tout simplement par libido. Parfois je m’étais mal comporté sans même savoir que je me comportais comme un cochon. Et pourtant quand tu t’approches d’une fille et que tu commences à lui raconter faire croire que tu l’aimes, elle va certainement commencer à t’admirer aussi. Et c’est comme ça que tu vas parfois briser la vie sentimentale d’une pauvre jeune fille Camerounaise…

 

Crédit: Les Beaux Proverbes

 

CE N’EST PAS NÉCESSAIRE D’ÊTRE SÉVÈRE AVEC MES AMIS

Quand j’étais petit à Edéa, je pouvais rester sans te parler pendant plus de 730 jours (même si tu étais mon meilleur complice) ! Mais quand je repense à cette attitude, je ressens désormais de la honte. Parce que la vie est trop courte pour qu’on passe le temps à « faire les ennemis » avec ceux qui sont censés être nos « meilleurs amis »…

Pourtant aujourd’hui encore, il y a encore beaucoup de gens qui sont capables de se mettre en colère pour un rien ! Il y a encore beaucoup de Camerounais qui sont capables d’oublier les moments inoubliables qu’ils ont passés avec leurs amis d’enfance, et de se disputailler avec eux sur un coup de tête ! Il y a des gens ici qui peuvent se bagarrer avec leur voisin ou bien leur collègue à cause d’une ridicule histoire de sandalettes ou bien de chaussettes !

Mais je vous dis hein, il ne faut plus jamais être sévères avec vos amis. Ne les laissez pas mourir comme ça ! Ne les laissez pas partir avant que vous ne leur présentiez toutes vos excuses. N’attendez pas le jour de leur mort pour venir faire un long requiem sur leur tombeau en disant que « Pierre La Paix Ndamè était mon meilleur compagnon. » Nôôô ! Profitez quand ils sont encore vivants car croyez-moi, il ne nous reste plus beaucoup de temps pour arranger nos amitiés avant d’attendre que le Ciel ne nous pardonne.

 

JE NE DOIS PLUS ATTENDRE MA MORT POUR DEVENIR QUELQU’UN DE BIEN

Parfois quand je suis seul, je me demande toujours si je suis vraiment une bonne personne. Je me demande souvent si je rappelle assez aux gens que j’aime de tout mon cœur que je les aime de tout mon cœur. Je me demande si j’ai déjà dit à ma jeune nourrice que « Tata Cécile ! Je te remercie pour tout ce que tu as fait pour moi », et si j’ai déjà dit à ma mère que « Maman Pauline ! Est-ce que tu sais même que je t’aime ? »

En attendant que la Mort ne me prenne, j’ai compris que ça ne sert à rien d’être méchant pour un rien. Ou bien ingrat. Ou bien jaloux. Ou bien vaniteux, ou bien différent. Parce que si tu veux devenir quelqu’un de bien ici au monde, il faut d’abord commencer par dire aux gens que tu aimes que tu les aimes de tout ton cœur…

 

dessin d'un vieux qui couvre son épouse avec un parapluie

Il ne sert à rien de jouer les orgueilleux

 

EN ATTENDANT QUE LES HOMMES ME PARDONNENT…

Donc depuis presque dix ans déjà, ma grand-mère n’arrive même plus à m’entr’apercevoir ! Ni même mes oncles. Ni mes tantes et mes cousines. Ni certains de mes meilleurs amis. Parce que quand ils cherchent à me rencontrer, je leur fais toujours des promesses que je n’arrive jamais à tenir : « Je vais venir, papa ! Je vais venir à Souza dès que j’aurai un peu de liberté. »

 

En attendant le Ciel, il faut d’abord que je commence à soutenir toutes mes nièces qui sont ici sur la Terre.

En attendant les Anges, il faut d’abord que je commence à téléphoner à mon grand-frère et à mes sœurs.

En attendant que la Mort me surprenne, il faudrait déjà que je demande pardon à tous les Camerounais qui se trouvent ici au Cameroun. Y compris ceux qui sont au Pouvoir depuis le premier jour de ma naissance…

 

Car le Ciel dont on nous parle et dont on dit qu’il serait le seul prétoire de toutes les repentances, personne de nous n’y est encore jamais allé. En tous cas, personne n’en est jamais revenu.

Alors moi je vais devenir bon, je vais devenir probe, je vais devenir généreux envers toutes les personnes que j’ai déjà offensées ici sur la Terre. Je vais redevenir quelqu’un de bien. Et lorsque je vais enfin passer du temps avec mes derniers petits-frères que j’adore de tout mon cœur et qui me considèrent comme si j’étais leur mon propre père, je n’aurai même plus besoin de pleurer lorsque je suis tout seul.

Parce que je saurai déjà que je suis une bonne personne.

 

Ecclésiaste DEUDJUI, je ne veux plus attendre le Ciel

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

5 réflexions au sujet de « En attendant que le Ciel me pardonne… »

  1. William de Pointe-Noire dit :

    Tsuiiipppp.

    Je préférais quand tu parlais des araignées et des panthères.
    Tu t’assagis trop jeune, in dirait kon t’a diagnostiqué un cancer….

  2. William de Pointe-Noire dit :

    Il est temps que pierre la paix t’emmène te  »ressourcer » à la rue de la joie à Deido.

    Sinon à part la flemme ou une certaine culpabilité, rien ne T’empêches de faire un tour à Souza ou à Foumban…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *