Pourquoi personne ne veut parler de Bamenda ?

Depuis plus de trois semaines, les anglophones manifestent à Bamenda. Pourquoi ai-je l’impression que ça ne vous intéresse même pas un peu ? Puisque la CRTV n’en parle pas, le Gouvernement n’en parle pas, et les Francophones vivant à Yaoundé et Douala se comportent comme si rien de tout ça ne s’était jamais passé…

 

des jeunes de Bamenda qui brûlent les symboles du RDPC

Les manifestants ont brûlé les effigies du Parti au Pouvoir

 

Pourquoi la CRTV ne veut pas parler de Bamenda ?

Ce qui me surprend lorsque je me branche sur la CRTV (lorsqu’on a coupé le câble), c’est que personne ne parle de la situation à Bamenda ! C’est quand même étrange. Surtout que quand la CAN féminine se déroulait encore, on distrayait le peuple avec les chevauchées fantastiques de notre Gabrielle Onguéné…

C’est quand même étrange. On a détourné l’attention du peuple avec les Lionnes Indomptables, on a détourné l’attention du peuple avec la sécurité présidentielle, on a détourné l’attention des Camerounaises avec les séries brésiliennes. Et quand tu regardes le journal de la CRTV, alors que les anglophones manifestent à Bamenda depuis plus de trois semaines, rien. On dirait que rien de tout cela ne s’est jamais produit. Parce que nos « journalistons » ne font que déblatérer sur les élucubrations de votre parti au pouvoir.

 

Pourquoi le Gouvernement ne veut pas parler de Bamenda ?

Le seul geste du Gouvernement pour amorcer un début d’apaisement avec la partie anglophone de notre pays, c’est d’avoir envoyé Philémon Yang là-bas, à Bamenda (n’est-il pas lui-même anglo ? Est-ce que Biya pouvait envoyer un Francophone ?). Mais jusque-là ça n’a même rien donné. Car les manifestants ont demandé au Premier ministre de « rentrer chez lui là-bas à Yaoundé ! »

Ce qui est encore bizarre, c’est que le ministre de la Communication – qui bavarde d’habitude plus qu’un perroquet – est resté silencieux depuis le début des émeutes. Et quand il a ouvert sa bouche enfin, c’était pour dire des bêtises. Et c’est aussi pareil avec les autres ministres du Gouvernement qui vaquent à leurs occupations comme si rien de tout cela ne s’était jamais passé à Bamenda.

Pourquoi les réseaux sociaux déforment les informations ?

S’il arrive qu’un jour on suspende les réseaux sociaux au Cameroun, je ne suis même pas sûr que je m’y opposerais. Parce quand je vois comment certains camerounais détournent les informations sur WhatsApp, j’ai peur ! Quand je vois comment Facebook est devenu une vitrine anti ou pro sécessionniste, quand je vois comment mes compatriotes mentent, diffament, avilissent et salissent la vie des gens sans aucune autre forme de procédure, j’ai même envie de réclamer une certification avant qu’on puisse utiliser les réseaux sociaux ici au Cameroun.

Car même si le Gouvernement ne dit rien (est-ce qu’ils savent utiliser les réseaux sociaux ?), même si la CRTV nous embrouille avec ses vieux documentaires des années 1990 (ils ont l’autre ?), est-ce que ça nous donne le droit de partager de fausses informations sur les médias internet? Hein ? Est-ce que ça nous donne le droit de prendre des images de la Syrie, et de dire qu’elles proviennent de Bamenda ? Hein ? Est-ce que ça ce n’est pas par hasard le coup-d’Etat scientifique ? Est-ce que c’est normal que certains veuillent créer la zizanie, la panique et la déstabilisation, en racontant par exemple que le BIR a été envoyé à Bamenda pour tirer à balles réelles sur la population ?

 

Pourquoi les francophones ne veulent pas parler des anglophones ?

Ce qui me surprend depuis trois semaines, début des émeutes à Bamenda, c’est que les gens vivent à Sangmélima comme si rien ne s’était passé. Ici à Makèpè où j’habite par exemple, les gens boivent leur bière comme si rien ne s’était jamais passé. Là-bas à Kribi là où il y a les Mamy Wata avec les queues de sirène et aussi le bon maquereau braisé avec le piment, les gens se baladent à la plage comme si rien ne s’était jamais passé. Et c’est la même chose à Garoua, à Bafoussam, à Bertoua, à Foumban et même aussi un peu à Kolofata.

Jusqu’à Yaoundé où Paul Biya s’est filmé avec les Lionnes Indomptables pendant que des camerounais étaient en train de manifester mourir là-bas à Bamenda

 

Paul Biya au Palais avec les Lionnes Indomptables

Le chef de l’Etat recevait les Lionnes Indomptables pendant les émeutes

 

Pourquoi personne ne veut nous parler de Bamenda ?

Donc depuis le lundi 21 novembre 2016 à Bamenda, les Anglophones sont en train de manifester brûler les drapeaux, et il y a même déjà eu des morts sur le carreau. Mais ce qui me choque surtout, c’est que les autres Camerounais sont en train de faire comme si rien de tout cela ne s’était jamais passé…

Pourquoi personne ne veut parler de Bamenda ? Hein ? C’est parce que ce sont des anglophones ? Ou alors c’est parce que là-bas, il y a le fief du SDF ?

Pourquoi personne ne veut déposer la « question anglophone » sur notre table ? Hein ? Jusqu’à Paul Biya, qui ne prend même pas la peine d’effectuer un petit déplacement à Bamenda (même pas un discours, mon frère ?)

Pourquoi une partie du Cameroun est en train de vivre tranquillement et d’avaler des bières, tandis que l’autre partie de notre Cameroun est en train de vivre sous le couvre-feu ? Hein ?

 

Parce que comme vous ne voulez rien dire là, attendez votre tour ! Puisque vous voulez faire comme si vous étiez aveugles alors que vous possédez encore vos deux yeux et votre large bouche, attendez que ce soit votre tour, que ça arrive devant votre porte. Comme vous savez seulement parler sur les affaires du Gabon, parler sur la Gambie et parler sur les courbatures de Bidoung Mkpatt devant votre Président, attendez que ce soit à Edéa ou bien à Bafia.

Parce que je vous avertis, ce qui se passe dans la chambre des poules à Bamenda va également se reproduire dans votre chambre des canards…

 

Ecclésiaste DEUDJUI, moi je veux parler de Bamenda

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

9 réflexions au sujet de « Pourquoi personne ne veut parler de Bamenda ? »

  1. C’est étonnant que tu dises que personne ne veut parler de Bamenda. Depuis plusieurs semaines c’est pourtant le sujet principal de presque toutes les émissions sur les chaines de télévision camerounaises. Hier encore, je regardais les émissions dominicales que tu connais bien, et on en parlait partout. Pendant les troubles, mon téléphone s’est rempli d’images, de vidéos, d’audios sur Bamenda. Sans compter la presse écrite, les articles de blog (tu en as écrit quelques uns toi-même), les publications sur twitter (suis le hashtag #Bamenda) et facebook. Je suis vraiment, vraiment étonné que tu dises que personne ne veut parler de Bamenda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *