Si je suis fiancé et j’ai un terrain, je serai un bon Camerounais

Jusqu’aujourd’hui, ma famille maternelle pense que je suis un raté. Chaque fois que je vais voir mon père à Souza, il me demande d’abord que « Je demande hein, tu as déjà acheté un terrain ? » Et comme il sait que je ne réponds pas, il me demande ensuite si j’ai déjà même pensé à me marier un jour…

Pour ma famille, je suis un mauvais Camerounais. Surtout que quand je fréquentais encore, ils avaient vainement insisté pour que j’accepte de faire les concours de la Fonction Publique…

 

Le mariage est parfois synonyme de réussite sociale

Le mariage est parfois synonyme de réussite sociale

 

JE SUIS UN MAUVAIS CAMEROUNAIS, JE N’AI MÊME PAS ENCORE ACHETÉ UN TERRAIN

Mon père pense ce qu’il pense parce que pour un Camerounais normal, le paradigme de la réussite commence par l’acquisition d’un titre foncier.

Ici chez nous, tu dois d’abord acheter ton terrain avant toute chose ! Même si tu n’as pas l’argent pour construire, achète d’abord ton terrain et tu auras tout le temps de t’occuper du reste après…

Au Cameroun, les gens ne regardent pas la terre comme vous la regardez là. Là où toi tu vas voir les herbes qui poussent, eux ils vont apercevoir les mètres carrés. Ils vont commencer à faire la démarcation dans leur tête, et se demander si cette aire peut recevoir une maisonnette de quatre chambres. Et quand ils vont dire à leurs amis que « J’ai un terrain borné de 510m² à Yassa », c’est tout le monde qui va les regarder avec une admirable fascination.

 

JE SUIS UN CAMEROUNAIS RATÉ, JE N’AI JAMAIS VOULU ÊTRE FONCTIONNAIRE

Je n’aime pas trop parler de ça, parce que ce serait comme si j’ai un problème personnel avec la Fonction Publique. Alors que moi j’ai seulement un problème avec les gens qui sont dans notre Gouvernement.

Pour nos parents, c’est tout le contraire !  Chaque papa et chaque maman rêve de voir son fils travailler avec le matricule (n’importe lequel). Peu importe la passion que tu avais, peu importent les rêves que tu nourrissais, on s’en balance ! Les gens vont te griffer pour que tu deviennes greffier, postier, inspecteur des impôts ou encore militaire. Quitte à ce que tu pratiques ta vocation pendant tes nombreux moments de vacation…

Et au final, c’est pour ça que vous allez voir certains policiers qui somnolent en route : c’est parce qu’ils avaient rêvé de devenir des footballeurs ! C’est pour ça que vous allez voir un enseignant qui ne vient jamais aux cours, parce qu’il voulait plutôt devenir un guitariste ! Mais qu’est-ce que vous voulez ? La Fonction Publique au Cameroun, c’est le seul secteur où tu es sûr d’avoir ton salaire jusqu’à la retraite, et ta retraite jusqu’à la mort…

 

JE SUIS UN CAMEROUNAIS QUI NE VAUT PAS LA PEINE, JE NE SUIS PAS ENCORE FIANCÉ

Quand mes oncles demandent ce que j’attends pour me marier, je réfléchis souvent beaucoup avant de ne pas leur répondre. Car je sais que si je dis la vérité, ils vont penser que je suis déjà un Camerounais non récupérable !

Papa, j’adore les femmes comme tu ne peux même pas imaginer ! Mais c’est pour ça que je reste célibataire, car il est hors de question que je confisque la vie d’une femme pour satisfaire ma libido mon égotisme.

Mes chers oncles, j’adore aussi les enfants ! Mais j’ai peur d’aller les retirer de la tranquillité de l’Inexistence, pour les emmener dans ce monde de violence. Car « Heureux les morts qui sont déjà morts, plutôt que les vivants qui sont encore vivants. Et plus heureux encore sont ceux qui ne sont pas nés, car ils ne voient pas la souffrance qui se passe ici sous le Soleil… » (L’Ecclésiaste).

Au Cameroun, les gens se marient parce qu’ils veulent ressembler à n’importe qui. Et quand on te voit vivre avec une femme qui te donne des rejetons, les gens se mettent à croire que tu es bienheureux jusqu’ààààààà… Alors que tu n’aimes même plus ta femme comme auparavant. Alors que le jour de votre mariage, c’était seulement un grand spectacle. Alors que parfois tu ne sais même pas ce que tu vas donner à manger à tes propres enfants…

Et c’est là que tu comprends que tu devais prendre tout ton temps, au lieu de te précipiter. Que tu ne devais pas gâcher ta vie pour prouver à tes oncles aux gens que tu es un Camerounais exemplaire.

 

JE NE SUIS MÊME PAS CAMEROUNAIS, JE FAIS SOUVENT COMME SI JE SUIS EN FRANCE

Parfois les gens me demandent si je suis vraiment Camerounais. Sérieux hein ! Parfois on me demande si je suis vraiment un vrai Bamiléké. D’autres demandent si je suis même normal. Ils attendent que je me querelle, et que je me bagarre. Ils veulent que quand ils me font une promesse, je parte me mettre à genoux devant leur portail à partir de 5h30 du matin… Mais je n’ai jamais eu envie faire ce genre de chose !

Dans mon ancien quartier à Déido, les voisins disaient que je suis un peu intelligent mais que je ne suis même pas sage (même pas un peu). Que quand on me donne l’argent pour aller faire une commission, je reviens toujours avec la différence. Que je ne connais même pas mentir que j’ai perdu un membre de ma famille, pour que les gens viennent me « réconforter » avec beaucoup de francs CFA. Que j’aime trop dire ce que je pense, et que je n’irai nulle part avec ça. Que je ne trouve pas un vrai travail parce qu’il n’y a que des vérités dans mon CV (« Dis donc ! Tu ne peux pas aussi mentir que tu as fréquenté à La Sorbonne ? »).

Que je suis un mauvais Camerounais, en somme. Parce que comme ils disaient, « je suis un peu intelligent mais je ne suis même pas sage. » Même pas un peu…

 

Celui qui possède une maison en étage est un homme qui a réussi

Celui qui possède une maison en étage est un homme qui a réussi

 

SI JE SUIS MARIÉ ET J’AI UNE MAISON, JE SERAI UN EXTRAORDINAIRE CAMEROUNAIS

Pour ma famille, je suis un mauvais Camerounais. Mais quand je vais voir ma grand-mère à Foumban, elle me dit souvent que « Ecclésiaste ! Tant que tu vas aimer notre pays, pour moi tu resteras un bon Camerounais. »

 

Je ne suis pas un mauvais Camerounais. Même si je ne suis pas dans la fonction publique, moi je fonctionne publiquement pour que les choses changent dans notre pays-ci.

Je suis un Camerounais acceptable. Parce que toutes les Camerounaises sont mes épouses, et tous les enfants camerounais comme mes enfants.

Je ne suis pas un si mauvais Camerounais que ça, n’allez pas croire ma famille. Parce que je possède tout de même un terrain de 475.441 Km².

 

Et donc quand je vais à Dschang je suis heureux, quand je vais à Kousséri je suis heureux, quand je vais Ekondo-Titi je suis épanoui jusqu’ààààààà… Et tant que vous continuerez à juger les gens sur le nombre de maisons en carreaux qu’ils possèdent, c’est aussi comme ça que vous cautionnerez inconsciemment tous ces Camerounais qui vous détournent des milliards.

 

Ecclésiaste DEUDJUI, moi je suis un bon Camerounais

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

12 réflexions au sujet de « Si je suis fiancé et j’ai un terrain, je serai un bon Camerounais »

  1. Djo, je « daccorise » trop avec ce que tu dis. Walahi, moi même j’ai beaucoup de mal à acheter terrain, à avoir une go fixe, parce que je pense à demain trop mal quoi. Et pour les mêmes raisons.

    Tu as mon soutien jusqu’à l’infini. Take your time bro !

  2. Je viens de lire quelques articles sur ton blog. C’est un humour particulier. Tu dis certes la vérité mais je trouve toujours qu’à force de vouloir changer les choses, on ne met en lumière que le mauvais, que les excès de ce pays dans lequel nous vivons malgré tout. C’est un choix que je comprends mais je crois qu’à force de rappeler aux gens le négatif, et surtout de tout mettre sur le dos du gouvernement, on leur fait oublier leur propre responsabilité. On justifie d’une certaine manière l’incivisme latent, le manque de patriotisme, de discipline et d’honnêteté prégnant, parce qu’on a pas les bons dirigeants. Et, on ne met pas assez de lumière sur les rares qui veulent faire différemment. En tout cas, keep going, il faut de tout pour changer le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *