20 juin 2022

J’ai participé à l’assemblée générale des blogueurs…

L’assemblée générale de l’ABC s’est tenue ce samedi à Douala, au club PAD. Et j’ai été extrêmement ravi d’y participer…


Dania Ebonguè lors de l'AG de l'ABC en juin 2022
Le président Dania Ebonguè a ouvert les travaux de l’assemblée générale de l’ABC. Crédit: Essola /CC

Les préparatifs

Selon les statuts de l’association des blogueurs du Cameroun (ABC), une assemblée générale ordinaire doit se tenir au moins une fois par an. C’est donc à cette obligation que les membres du bureau exécutif se sont astreints, au cours de préparatifs qui ont duré approximativement quatre semaines.
Le choix du lieu a été défini à l’issue d’un vote général, pendant lequel la majorité des blogueurs a privilégié la ville de Douala. La date initiale était prévue pour le 11 juin, mais à cause des multiples occupations du président il a fallu la surseoir d’une semaine. Et c’est finalement la salle du club PAD qui a été retenue pour les travaux de l’AG, là-bas à Bonanjo. Il s’agit d’un espace de détente avec courts de tennis, piscines, terrain de basket-ball, etc. Ce qui explique pourquoi Olivier Charly et Joe Firmin ne se fatiguaient jamais de recommencer à se faire des selfies…


L’assemblée générale

Comme toujours, les blogueurs sont arrivés en retard. Pour une assemblée prévue à 9 heures, on a débuté les travaux à 10 h 30 ! Les gens de Yaoundé et de Bamenda étaient déjà sur place à partir de 8 h 15, tandis que les gens de Douala leur téléphonaient pour demander que « Mais je dis hein, le club PAD est situé de quel côté ? »
Il y avait aussi un représentant du port de Douala qui était habillé comme un volleyeur. Il y avait quelques membres de l’association qui étaient absents parce qu’ils étaient en mission recommandée à Kribi. Il y avait le vice-président qui était enrhumé là-bas à Yaoundé (il n’a même pas présenté un certificat médical), ainsi que quelques blogueurs-farceurs qui ont profité du vide statutaire, pour ne pas daigner effectuer le déplacement.
Heureusement, le président Dania Ebonguè était bien présent. D’ailleurs il a commencé la réunion en me sermonnant parce que je n’avais pas bien révisé son plan d’action de l’année 2022. Le secrétaire général était là également, et on lui a passé un savon parce qu’il devait recommencer toutes les cartes de membres qu’il avait mal réalisées. Le censeur était aussi dans la salle, même si c’est Frank William Batchou qui se chargeait de distribuer les bouteilles d’eau et de faire circuler la fiche de présence.
Sur le fond, nous avons parlé du bilinguisme au sein de l’association, même si une rébellion sécessionniste n’est pas encore à l’ordre du jour. Le président a présenté son bilan semestriel, et le secrétaire général a fait un état sur la situation actuelle des membres. En l’absence de la trésorière qui s’occupait de la restauration, c’est le commissaire aux comptes qui a exposé sur les finances de l’association, et je l’ai trouvé plutôt bégayant. Certaines mauvaises langues disent d’ailleurs qu’on lui aurait certainement donné une enveloppe, afin qu’il nous produise ce bilan financier sans aucun chiffre, sans aucune pièce comptable ni justificatif, et sans aucun numéro de compte bancaire !
Enfin, les gens du PAD —c’étaient quand même nos hôtes— sont revenus dans la salle avec leurs tenues de volleyeurs, pour nous présenter leur institution. Ebel Olinga qui est leur chargé de relations publiques a terminé son exposé, avant de nous inviter à monter dans un car spécialement affrété pour nous faire découvrir le port autonome de Douala.


Le port de Douala
Des bateaux stationnés dans le port de Douala. Crédit: Ecclésiaste Deudjui /CC-BY

La visite du port

Elle a duré exactement 46 minutes. Entre le moment où nous avons quitté le club PAD et le moment où nous y sommes revenus. Nous étions accompagnés par un agent de sécurité du port qui était comme notre laisser-passer, et devant notre véhicule il y avait également un pick-up qui nous servait de cortège.
On avait un guide en la personne de l’officier Songuè, que certains blogueurs ont voulu baratiner mais malheureusement elle n’utilise pas les réseaux sociaux. C’était une jeune femme intelligente qui m’a impressionné par son cursus, mais surtout par sa politesse, son sens de l’humour et son vocabulaire. Elle m’a par exemple appris des mots tels que « amodiation », « capitainerie », « consignataire » ou encore « dégroupage ».
On n’a pas pu visiter l’intégralité du port autonome de Douala, qui s’étale tout de même sur mille hectares ! Mais nous avons parcouru quelques quais, et nous avons observé quelques gigantesques bateaux. Nous avons traversé le terminal à conteneurs qui était autrefois administré par le très controversé Bolloré. Nous avons visité le parc à bois qui s’étend à perte de vue. Nous avons stationné devant un supertanker et nous étions impressionnés par le travail extraordinaire des manutentionnaires. Nous avons visité quelques entreprises qui sont installées à l’intérieur du port, ainsi que quelques infrastructures internes comme la gendarmerie du port, l’infirmerie du port, la boulangerie du port, etc.
Nous avons aussi observé quelques déguerpissements et quelques casses de la part du PAD, mais l’officier Songuè n’avait curieusement pas trop envie de s’exprimer sur le sujet…


L’after

Après la visite, nous sommes revenus au club PAD pour le déjeuner. Enfin, si on peut dire qu’une maigre tête de poisson et quelques minguilis plantains frits constituent réellement un déjeuner. D’ailleurs Tchakounté Kemayou a dû exiger une deuxième gamelle, afin de tenter au moins d’essayer un peu de se rassasier…
Le président n’a pas tenu un dernier discours. Il a plutôt confisqué les dernières boissons gazeuses pour aller les « sécuriser » dans son hôtel. Rodrigue Djengoué était surtout inquiet parce qu’il était déjà en retard pour le match amical des Lionnes indomptables. Ghislaine Digona était pressée d’aller retrouver le père de son futur enfant (eh oui, elle est enceinte !). Armelle Sitchoma était déjà rentrée avant même la visite du port, car cette blogueuse-là ne termine jamais un événement de l’ABC. Frank William Batchou m’a ensuite invité dans un endroit cossu là-bas à Bali, où nous étions en compagnie du président Dania, bien sûr, mais aussi de Nadia Edzengté, Kareyce Duchesse, Etienne Talla, Olivier Charly et Sidoine Focguo Feugui qui est un blogueur en provenance de Yaoundé.


les blogueurs prennent un verre après l'assemblée générale
Après l’AG, le blogueur Frank William Batchou nous a invités quelque part à Bali. Crédit: Ecclésiaste Deudjui /CC-BY

J’ai participé à l’assemblée générale de l’ABC…

L’assemblée générale de l’ABC s’est tenue ce samedi 18 juin à Douala, au club PAD de Bonanjo. Et j’ai été extrêmement honoré d’y participer…

J’ai participé à l’assemblée générale ! Il s’agit d’un devoir statutaire, mais c’est l’occasion pour chaque membre d’exprimer son implication, sa dévotion pour l’association mais aussi son engagement dans le suivi et l’évaluation de nos activités.
J’ai participé à l’assemblée sur Twitter ! Je n’avais jamais autant twitté de ma vie, car en une seule journée le hashtag #PadAbc2022 a touché sensiblement 1,2 millions de personnes !
J’ai participé à l’assemblée générale ordinaire de l’ABC, et le prochain rassemblement est déjà programmé pour décembre 2022.

Et même s’il n’y avait pas mon ami Pierre La Paix Ndamè, nous nous sommes quand même bien amusés. Les retrouvailles ont été chaleureuses comme d’habitude, et la visite au port a été un extraordinaire moment de détente. Les blogueurs camerounais continueront de faire ce qu’ils savent faire le mieux, c’est-à-dire écrire selon les usages mais surtout dans le respect de la législation en vigueur et de la vie privée d’autrui.
Tout le contraire de ce que nous observons malheureusement sur les réseaux sociaux


Ecclésiaste DEUDJUI, je suis un membre actif de l’ABC
WhatsApp: (+237) 696.469.637
Tous mes articles sur https://achouka.mondoblog.org

Partagez

Commentaires

Badal Fohmoh
Répondre

Très bel article. Moi qui ai été absente, J'ai aimé le récap. Merci

Ecclésiaste Deudjui
Répondre

Merciiiii Badal. Ton absence m'a un peu dérangé mais tu étais en mission c'est normal.