Avatar : beaucoup de bruit pour rien

Article : Avatar : beaucoup de bruit pour rien
6 octobre 2014

Avatar : beaucoup de bruit pour rien

A force de les lire, on a fini par les croire ! Les statistiques, bien entendu. Les records. James Cameron a battu James Cameron. Le record d’entrée en salles de Titanic battu en brèche ! On a fini par les croire, et c’est comme ça que tout le monde (enfin, presque) a voulu voir Avatar parce que si tout le monde l’a vu, c’est qu’il est forcément génial. Et pourtant…

 

S’il faut lui attribuer un mérite, le long-métrage de Cameron est avant tout un chef-d’œuvre sur le plan technologique. Et principalement sur la 3D, car avec des lunettes adaptables c’est le premier film qu’on peut visionner en ayant l’impression de faire partie de la mise en scène. C’est également une réussite sur le plan cinématographique. Parce qu’il ne faut pas oublier que le cinéma, c’est d’abord de la cinématographie. Et sur ce coup, chapeau bas à l’équipe du film : couleur parfaite, photographie impeccable, déguisements réussis, effets spéciaux à la hauteur, cadrage, plans et mouvements de caméra irrésistibles… on ne parle pas du jeu des acteurs car aucun d’entre eux n’est à reprocher, même si personne ne se dégage spécialement !

 

Ceci dit, Avatar n’est pas le film spectaculaire que les journaux et les critiques nous ont tant vanté. Outre les mérites techniques attribués ci-haut, ça reste un long-métrage à l’intrigue plate. Ça reste une pâle copie de Matrix. Ça reste une guerre du Viêtnam revisitée. Et s’il fallait qu’il y ait des habitants sur une autre planète, pourquoi fallait-il qu’ils soient humanoïdes ? Pourquoi fallait-il qu’ils soient des êtres primaires ? Comme si ce sont toujours les terriens (pour ne pas dire les Américains) qui doivent apporter la lumière aux autres et jamais l’inverse ?

 

On a vu plein de films plus élaborés « scénaristiquement » que Avatar. On a vu beaucoup de films moyens avec des personnages plus développés, plus complexes, plus épais, plus humains que dans Avatar. On a déjà eu des effets spéciaux plus impressionnants que des tyrannosaures Rex remodelés. Avatar est un « movie » hollywoodien comme on en produit une quinzaine par année. C’est un bon film, mais c’est tout. Sa réussite fulgurante vient du nom de son réalisateur, et surtout du fait qu’il soit le détenteur des précédents records en salles.

Sa réussite vient aussi de sa stratégie commerciale. Et sur ce point le titre du film l’y a bien aidé, car « avatar » se dit « avatar » dans la plupart des langues du monde, y compris en Scandinavie et au Danemark.

 

Enfin, le succès de « avatar » vient aussi de la révolution sociale internet dans laquelle nous vivons, avec les smileys sur Messenger, les avatars dans Second Life, les profils sur Facebook, les miniblogs sur Twitter, les vidéos sur Dailymotion etc… C’est fascinant pour nous de voir nos représentants numériques prendre des risques à notre place, mais si on y réfléchit… on avait déjà vu tout cela dans Matrix !

 

James Cameron aurait mieux fait de rendre son film un peu moins long : 1h45 tout au plus, au lieu de ces 2h30 d’impatience et d’ennui total. Il aurait été malin de ne pas utiliser une musique qui ressemble à celle que l’on retrouve dans Titanic. Il aurait dû épurer les longues scènes inutiles qui peuplent le scénario et qui n’apportent rien à l’épaisseur de son œuvre. Il aurait dû rendre la civilisation Na’vi plus crédible, en l’éloignant au maximum des civilisations humaines. Il aurait dû s’écarter de l’idée de révolution, et faire comme il l’a si bien réussi en 1997 avec Titanic : raconter une histoire simple avec des personnages crédibles !

 

Les histoires de fin de civilisation saupoudrées d’une pinte d’amour et d’héroïsme qui finissent par une ravageante révolution guerrière ? Non merci.

 

Ecclésiaste DEUDJUI

Partagez

Commentaires

Fotso Fonkam
Répondre

J'ai regardé ce film et j'ai aimé. je ne me suis pas du tout ennuyé, moi qui supporte difficilement de regarder un film pendant plus d'1h30...

Cameron aurait pu éloigner la civilisation Na’vi au maximum des civilisations humaines - je ne sais pas si ça l'aurait rendue plus crédible, si elle ne l'est déjà. Il aurait pu s’écarter de l’idée de révolution. Il aurait pu raconter une histoire simple. OU PAS...

Bref, moi j'ai adoré ce film, comme beaucoup de personnes. (Mal)Heureusement on ne peut pas plaire à tout le monde.