Le coronavirus ne l’emportera pas au Paradis

À l’heure où je vous parle, le covid-19 a déjà causé la mort de plusieurs centaines de milliers de personnes à travers le monde. Mais je suis persuadé que ce coronavirus ne l’emportera pas au Paradis…

la situation du coronavirus dans le monde, sur covidvisualizer.com
Le site covidvisualizer.com permet de voir la situation du coronavirus en temps réel dans n’importe quel pays du monde. /CC

Un virus vraiment dangereux

Je ne suis plus vraiment en colère contre le coronavirus, mais je suis abasourdi par sa dangerosité. Parce que je le trouve à la fois si contagieux, si malin, si pernicieux, si impitoyable, si dévastateur.
Je ne comprends pas pourquoi la contagion se fait à travers des individus paucisymptomatiques (ou même asymptomatiques) comme mon ami Pierre La Paix Ndamè. Je ne comprends pas pourquoi cette maladie se cache derrière une apparence de « grippette » ou bien de rhume ordinaire, puisqu’elle ne présente aucune caractéristique pathognomonique. Je ne sais pas ce qui rend ce virus si résistant au point où il peut persister sur certaines surfaces pendant des jours et des jours. Et surtout, je ne comprends pas ce tropisme pulmonaire qui amène le SRAS-Cov2 à se diriger irrémédiablement vers la cage thoracique de ses victimes ; et puis à perturber le bon fonctionnement de notre système respiratoire, de notre cœur, de nos reins et de notre système immunitaire en général, pour finalement nous entraîner inexorablement vers la mort et vers le cimetière

Une économie agenouillée

Le coronavirus a presque démantelé toute l’économie mondiale ! Parce que derrière ses airs de bataille sanitaire, il s’y cache en réalité un véritable danger de tensions sociales, de crise économique et de famine.
Je m’explique : fermetures des frontières, cessations des activités économiques, licenciements à la chaîne, baisse de la production alimentaire et industrielle, etc. Ce qui entraîne l’inflation, le chômage, la récession, l’augmentation du banditisme, la dévaluation monétaire, les crises sociopolitiques et les contestations, la faim, etc.
Il s’agit là d’un véritable problème. Parce que si cette crise s’éternise, on risquera de se retrouver devant des situations de pillages. On risquera d’avoir des forces de l’ordre débordées par des manifestations anti-confinements généralisées, et peut-être même aussi dans un chaos internationalisé. Si ce coronavirus continue d’envoyer les Américains dans la dèche par dizaines de millions de chômeurs, j’ai un peu peur que certains Yankees se munissent de mitraillettes et commencent à semer la rébellion dans leurs propres mégalopoles.
Et puis, il ne faut pas se cacher. La crise actuelle va surtout pénaliser les États qui sont dépendants de leurs importations, mais elle va aussi déstabiliser les économies qui équilibraient leur balance commerciale grâce à leurs exportations…

Immeuble siège de la BEAC à Yaoundé
La BEAC a envisagé la dévaluation du franc CFA à cause du coronavirus. Image: financialafrik.com /CC

Des décès par milliers

Nous sommes aujourd’hui à plusieurs centaines de milliers de morts ! Et parmi lesquels il y a des personnalités publiques telles que Sergio Rossi, Toni Allen, Lorenzo Sanz, Patrick Devedjian, Osange Silou-Kiefer, Mark Blum, Franklyn Ndifor (il avait été candidat à l’élection présidentielle de 2018), François Mattéi (il a rédigé le Code Biya), Luis Sepúlveda le Chilien qui écrivait des romans d’amour, ou encore Aurlus Mabélé le roi du soukouss dans les années 1980 et 1990…
Pape Diouf ! Il n’avait que 68 ans, et évidemment que l’ancien président de l’OM avait encore beaucoup-beaucoup de choses à nous offrir. Tout comme Manu Dibango qui reste incontestablement, selon ses ennemis, l’un des plus grands saxophonistes de tous les temps ! Mais je n’oublie pas non plus tous ces milliers d’anonymes qui sont décédés –ou qui vont décéder–  par centaines de milliers. Que ce soit en Italie, en Espagne, en Amérique du Sud, aux États-Unis, au Cameroun, en Chine, en Tunisie, en Corée du Sud, en Afrique du Sud, en Grande-Bretagne et que sais-je encore ! Et le pire c’est que les cérémonies funéraires sont interdites dans les 185 pays concernés par cette pandémie, ce qui signifie que toutes les obsèques devront être organisées de façon sommaire et expéditive.
Et c’est là une deuxième mort pour toutes ces personnes qui disparaissent ainsi dans l’indifférence la plus complète, dans une période aussi compliquée, et à qui les proches parents n’ont même pas la possibilité de leur adresser un dernier regard ni un dernier au revoir…

Une terreur insoutenable

En réalité, moi j’ai parfois peur ! Parce que j’envisage déjà l’idée de trépasser dans les prochains jours, et j’anticipe aussi l’idée de perdre certains amis ou certains membres de ma famille d’ici quelques temps…
Et c’est bien cela le plus terrible ! Parce que le coronavirus n’est pas vraiment différent d’un terroriste. Parce qu’on a l’impression qu’il est presque partout. Parce qu’il a fini par nous rendre schizophrènes, maniaques de la distanciation sociale et de l’hygiène systématique des mains, paranoïaques envers tout le monde, et même aussi un peu des criminels qui s’ignorent puisque c’est nous-mêmes qui transmettons le virus autour de nous…
J’ai peur ! Je me dis que je vais bientôt mourir. Je me demande comment est-ce que ce petit micro-organisme de rien du tout et qui n’est même pas visible sur un microscope optique (on ne l’aperçoit que sur le microscope électronique), a pu réussir à nous semer ainsi la terreur. Je suis devenu stressé, angoissé, inquiet, effrayé. Je me suis enfermé dans un confinement anxiogène et je regarde les informations à chaque seconde, puisque tous les médias du monde entier en parlent 24h/24 et ils sont tous unanimes sur le verdict : le continent africain devrait se préparer au pire !

Manu Dibango
Manu Dibango nous a quittés le 24 mars 2020 à cause du coronavirus. Source: Facebook /CC

Le coronavirus ne remportera pas le paradis…

Donc à l’instant où je vous parle, trois cent seize mille neuf cent vingt-cinq personnes ont déjà perdu la vie à cause du covid-19 à travers le monde. Mais je reste persuadé que ce coronavirus-ci ne l’emportera pas au Paradis…

Le covid-19 ne nous vaincra pas ! Parce que quels que soient ses dégâts immenses, les êtres humains repartiront de l’avant et nous recommencerons toutes nos activités, notre sport, notre économie, notre culture, etc.
Le covid-19 ne nous exterminera pas ! Puisque nous ne mourrons pas tous de cette maladie. Nous trouverons même son médicament et d’ici quelques mois nous aurons fabriqué son vaccin qui nous permettra de nous immuniser.
Le coronavirus a bousculé l’Humanité entière comme cela n’avait plus été fait depuis la Seconde guerre mondiale en 1939, mais je puis vous réconforter que ce microbe-là ne l’emportera pas au jardin d’Eden.

Parce que même s’il est vraiment très dangereux, même s’il a mis toute l’économie internationale à genoux et même s’il a causé des centaines de milliers de décès sur notre planète, il ne réussira pas à nous expédier tous en enfer ! Puisque tôt ou tard notre vie finira bien par redevenir comme auparavant…


Ecclésiaste DEUDJUI, les Camerounais l’emporteront au Paradis.
WhatsApp: (+237) 696.469.637
Tous mes articles sur https://achouka.mondoblog.org

Partagez

Commentaires