Cameroun : bienvenue chez les « ambassadeurs »

J’ai un défaut hein, moi je n’aime aller dormir chez une fille (même si c’est chez la femme de mon père). Pourtant il y a des hommes ici qui habitent chez les femmes jusqu’à ils ronflent même sur le matelas de leur petite amie, pendant des semaines et des semestres.

C’est alors la qualité de gars-là qu’on a surnommés les « ambassadeurs »… Continuer la lecture

Je ne veux plus voir un Camerounais derrière ma sœur !

Quand je faisais Terminale à Bafoussam, un gars nous avait mis à genoux parce qu’on était venu chercher sa petite sœur. Il nous a ensuite bastonnés avec ses uppercuts et ses coups de pied, avant de nous verser une gigantesque marmite qui était pourtant remplie d’eau chaude !

Et même si j’ai eu du beaucoup de mal à lui pardonner, je comprends pourquoi le gars-là ne voulait plus laisser un Camerounais rôder derrière l’une de ses sœurs…

Continuer la lecture

Un rendez-vous galant camerounais

Mince alors ! Tu te rends compte que nous sommes assis dans un bar, et qu’un gars se permet de nous commander les brochettes de 400 francs CFA seulement ? Hein ? Alors que nous sommes presque huit sur la table ?

Tout ça parce que comme sa petite vient d’arriver, il veut donc absolument respecter les étapes qu’il y a dans un rendez-vous galant camerounais normal. D’ailleurs je vais vous dire quelles sont ces étapes… Continuer la lecture

Comment une femme peut détester un homme qu’elle a aimé

Quand je dis à mes grands amis que je n’ai pas de petite amie, certains pensent que je m’amuse. Mais quand ils constatent que ça me dérange, d’autres vont jusqu’à me demander que « Je demande hein, tu n’as pas une ancienne copine que tu peux récupérer ? »

Ce que mes amis ne savent pas, c’est que c’est impossible. Car même si je les aime encore toutes, la plupart des femmes qui me détestent sont parmi les filles qui m’ont aimé auparavant… Continuer la lecture

J’ai finalement lu « Revenge porn »

Depuis que Nathalie Koah a sorti son livre, les gens ne font que déblatérer sur Samuel Eto’o. C’est vrai qu’au départ je disais aussi que « Ah’ka ! Qu’est-ce que la pute-là peut bien écrire de bon ? » Mais j’avoue que j’ai changé d’avis depuis que j’ai parcouru cette fameuse revanche pornographique… Continuer la lecture

Cameroun: le pays du bois blanc

 

De plus en plus de femmes me demandent si je suis marié ou bien célibataire. Et quand je leur dis que je dors encore seul dans mon petit matelas, elles me demandent plutôt si je suis gay. Et quand je leur dis que je n’aime pas trop faire des bisous aux gens qui sont plus musclés que moi, elles me demandent comment je fais alors quand j’ai envie de faire l’amour…

Et donc parfois ça m’énerve, et parfois j’ai envie de leur crier dessus : « Qui vous a même dit que pour faire l’amour au Cameroun on avait d’abord besoin de tomber amoureux ? »

 

c'est dans les fêtes que les Camerounais recherchent leurs partenaires sexuels

c’est dans les fêtes que les Camerounais recherchent leurs partenaires sexuels

 

ICI AU CAMEROUN, ON A CE QU’ON APPELLE LES « balles perdues »

Pas besoin de se coltiner avec une petite amie que tu n’aimes même pas, alors que tu calcules seulement comment tu vas la déshabiller une fois par semaine. Nôôô, je ne suis pas moi dedans.

Ici au Cameroun, on a les filles qu’on appelle les « balles perdues ». Le genre de fille que quand tu es déjà à ta 3ème Mützig dans un bar, tu la siffles en route et elle vient s’asseoir à côté de toi. Tu ne lui demandes même pas où est-ce qu’elle allait, parce que tu sais déjà qu’elle n’allait nulle part !

Et ensuite tu lui donnes une bière et un poisson braisé vite fait, vous vous retrouvez sur la moto, et ensuite vous vous retrouvez dans ton petit matelas. Le matin tu la fais partir à 5h40 rapidement, parce qu’il ne faut surtout pas que tes voisins te voient avec ce genre de njoundjou kalaba

 

ICI CHEZ NOUS AU CAMEROUN, C’EST COMME DANS LA BIBLE : « qui a bu boira »

Pourquoi les gens même me demandent comment je fais ? Hein ? Ils sont même normaux ? Je n’ai pas de petite amie, mais je suis sûr que je fais l’amour plus que beaucoup de gars qui sont dans les « viens on reste » ici dehors…

Ici au Cameroun, on dit que « qui a bu boira ». Ça veut dire que quand tu es déjà sorti avec une fille et qu’elle te yaè vraiment , tu pourras la culbuter autant de fois que tu voudras dans le futur.

Je vous dis la vérité hein, je ne blague pas. Parfois ton ancienne copine est déjà mariée mais elle vient te rendre visite, parce qu’il y a quelque chose dans tes yeux qu’elle ne retrouve pas dans les yeux de son mari. Et c’est comme ça qu’elle t’embrasse langoureusement, qu’elle te force à lui faire l’amour (enfin, moi on ne me force jamais), et qu’elle rentre dire au père de ses enfants qu’elle sort comme ça de leur réunion de famille…

 

ICI DANS NOTRE RÉPUBLIQUE, ON A MÊME DÉJÀ ADOPTÉ LE « copinage de baise »

Est-ce que vous savez qu’on a déjà importé toutes les cultures des Blancs ici ? Hein ? Par exemple on drague même déjà sur Facebook jusqu’à ça aboutit au mariage ! Pardon, au coït interrompu. Il y a même déjà des entreprises qui organisent des rencontres amoureuses. Pardon, des parties de jambes en l’air. Et puis, surtout, il y a même déjà les copines de baise ici au Cameroun !

Ça veut dire une fille qui est ta camarade comme tes amis garçons, et qui ne te met aucune pression (elle ne va jamais te demander l’argent de taxi par exemple). Mais quand elle aura envie de sentir le bon munyenguè, elle va te demander de venir lui faire le machin-là là-là-là. Surtout si c’est sans préservatif.

Je n’ai pas encore expérimenté ce genre de camaraderie ; mais si une fille vient me dire un jour que je peux monter sur elle sans lui acheter 4 lots de greffes brésiliennes, je ne vais même pas attendre qu’elle termine sa phrase : « Tu veux que je commence à monter quand ? »

 

ET DANS TOUT ÇA IL FAUT AJOUTER LES CURIOSITÉS SEXUELLES, LES CONDITIONS, LE RAMASSAGE, ETC…

Les curiosités sexuelles, c’est quand tu entends un gars dire qu’il n’a jamais couché avec une fille géante, et qu’il est prêt à tout pour que ça arrive. J’ai même un ami qui avait dragué une nguénguérou comme ça, juste parce qu’il voulait goûter une albinos. Je connais aussi un gars qui fantasme rien que sur les handicapées. Et un autre qui ne jure que par les filles de Sangmélima. Parce quand il était petit, on lui avait raconté que les filles de Sangmélima libèrent jusqu’ààààààà…

Pour les conditions, j’ai encore quoi à vous apprendre ? N’est-ce pas parfois tu marches-toi dans la rue, et tu vois une femme qui sort de sa voiture et qui se déshabille subitement ? Hein ? Ce ne sont pas les conditions ? N’est-ce pas parfois tu vois un gars en train de faire l’amour avec une folle quelque part ? Parce qu’on lui a dit qu’en faisant ça, lui aussi il pourra devenir un grand sénateur quand la poule aura des dents ? Tsuip !

Et en ce qui concerne le ramassage, voici alors le sport préféré des Camerounais (oubliez les Lions Indomptables !). Tu vois un gars qui est cadre dans une grosse entreprise, mais il part coucher avec les petites filles du cours moyen 2 ! Wèèèh ! Tu vois un type qui est bien marié et qui a même 4 enfants, mais il saute sur la domestique chaque fois que son épouse sort de la maison… Dis donc ! Tu vois un gars que quand sa petite amie lui refuse le haricot, il lui dit « fiche-moi le camp ! »

Et il fouille son répertoire, à la recherche d’un numéro qui pourra venir lui livrer le machin-là…

 

parfois une Camerounaise se déshabille subitement en plein carrefour

parfois une Camerounaise se déshabille subitement en plein carrefour

 

CAMEROUN : LE PAYS DES FILLES QU’ON APPELLE LES « arachides du deuil »

Et donc quand les femmes me demandent si je suis marié ou bien célibataire, parfois ça m’énerve jusqu’ààààààà… Surtout quand elles osent me demander comment je fais lorsque j’ai envie de faire l’amour…

 

Le bois blanc, c’est une fille qui s’intéresse beaucoup à toi mais toi tu ne t’intéresses jamais à elle.

Le bois blanc, c’est le genre de fille que tu appelles seulement quand ton bangala est déjà bien debout.

Le bois blanc, c’est une fille que tu n’embrasses même pas sur la bouche pendant que tu lui fais l’amour (on appelle ça faire l’amour ?).

Et ensuite tu éjacules sur elle, tu lui demandes de se rhabiller, tu ne lui réponds même plus lorsqu’elle t’adresse la parole…

 

Le bois blanc, ou bien les arachides du deuil, ce sont ces filles qui te téléphonent et que toi tu ne décroches même plus. Ce sont tes maîtresses à qui tu avais promis le mariage, juste pour satisfaire ta libido. Ce sont tes voisines du quartier que tu ne trouves pas assez « présentables » pour s’afficher avec toi en public, et que tu invites uniquement à la tombée de la nuit (n’est-ce pas l’eau sale éteint le feu ?)

Le bois blanc, ou alors les arachides du deuil, ce sont ces filles qui sont malheureusement malheureuses à cause de toi, pendant que toi tu ne t’en rends même pas compte. Et puis d’ailleurs tu t’en balances, tu t’en fiches même à vrai dire ! Parce qu’on t’a déjà dit que pour faire l’amour à une Camerounaise, est-ce que tu étais même d’abord obligé de commencer par tomber amoureux de cette Camerounaise ?

 

 

Ecclésiaste DEUDJUI

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

Cybersexualité : panorama des faux Blancs

L’autre jour j’entrais moi au cyber pour changer ma photo de profil Facebook (n’est-ce pas tout le monde est déjà devenu Charlie ?). Je suis tombé sur une ancienne voisine qui se plaignait, car depuis des années sur Internet elle n’a pas encore pu trouver le Blanc idéal…

J’ai rapidement consulté sa liste de prétendants sur Messenger, et je lui ai dit en seule phrase : « Je sais où se trouve le problème ! » Continuer la lecture