Cameroun : leurs gestes trahissent leurs paroles

Franchement, je ne sais même pas pourquoi les Camerounais aiment gaspiller leur salive ! Quand tu les rencontres dans la rue, ils sont toujours en train de dire que « Pardon je ne veux plus le bavardage dans mes oreilles ! » Parfois, quand tu discutes avec une femme qui habite déjà avec un homme, elle est toujours en train de dire qu’elle ne comprend même pas ce qu’il y a dans la tête de son mari.

Alors que si tu veux savoir tout ce qu’il y a dans le cerveau d’un Camerounais, tu n’as même pas besoin d’attendre qu’il ouvre sa large bouche.

Ses gestes suffisent ! Continuer la lecture

Avant 2035, il nous faudra d’abord le développement personnel

J’ai assisté à un Voir-bébé il y a quelques semaines. Je vous le dis tout de suite, je ne sais même pas si le bébé-là était un garçon ou bien une fille. Toujours est-il que quand je suis allé boire mes Mützig avec son père, il m’a dit qu’il aimerait que son enfant obtienne sa licence professionnelle avant d’atteindre 2035.

2035 ? N’est-ce pas c’est le même mot que Paul Biya utilise pour nous embrouiller ? Parce que pour vous dire la vérité, on ne pourra jamais se développer en 2035 si on ne développe pas d’abord l’esprit des gens qui habitent ici au Cameroun… Continuer la lecture

Au Cameroun, on préfère les « Lionnes indomptables »

J’ai dragué Madeleine Mani Ngono en 2005, à Yaoundé. Elle sortait d’un entraînement avec son club de l’époque. Je me suis approché de la fille, et je lui ai dit : « Tu dribbles bien, hein ! » (Je sais, ce n’est pas terrible).

Toujours est-il que la fille m’avait repoussé au bout de quatre phrases seulement, mais cette histoire-là n’a plus d’importance ! Parce que c’est grâce à Mani que je suis tombé amoureux du football féminin camerounais. Continuer la lecture