Si je suis fiancé et j’ai un terrain, je serai un bon Camerounais

Jusqu’aujourd’hui, ma famille maternelle pense que je suis un raté. Chaque fois que je vais voir mon père à Souza, il me demande d’abord que « Je demande hein, tu as déjà acheté un terrain ? » Et comme il sait que je ne réponds pas, il me demande ensuite si j’ai déjà même pensé à me marier un jour…

Pour ma famille, je suis un mauvais Camerounais. Surtout que quand je fréquentais encore, ils avaient vainement insisté pour que j’accepte de faire les concours de la Fonction Publique… Continuer la lecture

Les Camerounais boivent hein, mais ils ne sont pas bêtes

Ça ne fait même pas trois jours, une fille m’a déclaré que je suis un bon salopard ! Seulement parce que quand je l’invite, je suis toujours en possession de quelques bouteilles de bière.

Elle m’a donc traité de mauvais Bamiléké, de garçon sans avenir, et elle est même allée jusqu’à me dire que c’est terminé entre nous deux ! Tout ça parce que dans notre pays-ci, les buveurs de jus ont toujours pensé qu’ils étaient plus responsables que les nous-autres… Continuer la lecture

Radioscopie du tribalisme à la camerounaise

Je discutais avec un étudiant de Ngoa-Ekellé l’autre jour. Je crois qu’il doit faire sociologie. Il m’expliquait comment le Cameroun est un pays qui ne connaît même pas la xénophobie (ah bon ?). Je n’ai pas eu besoin d’un laser pour lui prouver que nous sommes un vrai peuple de tribalistes.

J’ai juste eu besoin de quelques rayons X. Continuer la lecture

Mes 4 règles d’or avec l’argent

Vrai-vrai hein, les Camerounais exagèrent. Partout où tu passes, tu entends seulement parler de problèmes d’argent. Tu dragues une fille, elle te soumet immédiatement ses problèmes de cotisation. Tu invites quelqu’un chez toi, il te dit qu’il a beaucoup de problèmes d’argent dans sa réunion. Tu veux même recruter un gars dans ton entreprise, mais la seule chose qui l’intéresse c’est « Mon premier salaire va passer quand ? »
Wèè’kè ! Cameroonian ! Est-ce que vous savez même que l’argent n’a jamais été un problème ?

 

nous vivons dans une société où tout s'achète avec l'argent

Nous vivons dans une société où tout s’achète avec l’argent

 

1- L’ARGENT NE DOIT PAS VOUS ÉTONNER
L’argent étonne trop les Camerounais. Si tu dis à quelqu’un que tu vas lui donner 10 millions de francs CFA, il va commencer à pisser dans son pantalon…
Et puis c’est quoi cette manière dès qu’on te demande de patienter un peu avant de te donner de l’argent, tu commences à gesticuler partout. Tu es pressé, pourquoi ? Tu connais un autre endroit où on va te donner de l’argent ?
L’argent ne doit plus vous étonner ! Si vous travaillez dur dans votre activité, et si vous faites tout pour devenir l’un des meilleurs, vous allez avoir l’argent en sock-sock. Les gens vont reconnaître votre talent et votre compétence, et ils vont venir vous mettre l’argent à terre ! C’est comme ça que Samuel Eto’o s’est étonné à son 1er contrat, ainsi que les X-Maleya, mais est-ce que depuis-là vous les avez encore vus s’étonner devant l’argent ?

 

2- L’ARGENT EST BON À TOUT MOMENT
Ça ne sert à rien d’aller vous suicider parce que quelqu’un n’a pas payé votre argent à temps. Ou bien votre dette. Nôôô. L’argent est bon à tout moment ! Même si la personne te tourne comme la chaise du coiffeur, et qu’elle finit par te rembourser un jour, l’argent là va sauf que te servir.
C’est comme les Lions de 1990 norr, est-ce qu’on avait fini avec leurs primes ? Mais si on leur donne l’argent aujourd’hui, vous croyez que ça ne va pas leur servir pour résoudre leurs problèmes de maintenant ?

 

3- L’ARGENT C’EST DANS LA TÊTE
La plupart des Camerounais ont des problèmes d’argent, alors que ces problèmes n’ont absolument rien à voir avec l’argent ! Par exemple, si ta femme refuse de faire l’amour avec toi, où est le problème d’argent là-dedans ? Si ton premier fils est bête comme son pied gauche, c’est en augmentant son argent de beignets que tu vas le rendre moins inintelligent ? Tsuip !
Sérieusement, l’argent c’est dans la tête ! C’est nous qui pensons que tous les problèmes passent par l’argent, et dès que nous avons la moindre difficulté nous commençons à chercher les usuriers de gauche à droite.
Pourtant il y a des problèmes qui peuvent se résoudre par des conseils, tout simplement. Par l’affection, par l’amour, par la psychologie, par la compétence, par l’entraînement, par la patience…
« Le meilleur moyen de gagner de l’argent, c’est de ne même pas y penser » (Bill Gates)

 

4- L’ARGENT N’EST PAS UN PROBLÈME
Si je me mets à la télévision et que je commence à dire ça, on va seulement me lancer les cailloux ici au Cameroun. Et pourtant ce n’est que la vérité : l’argent n’a jamais été un problème !
L’argent n’est qu’un moyen qu’on a inventé pour pouvoir remplacer le troc. L’argent ne vous garantit même pas d’obtenir le bonheur. L’argent permet seulement de faire plaisir aux gens qui nous entourent. Ça te permettra peut-être d’acheter le corps d’une femme, mais ça ne te permettra même pas d’acheter la moitié de son cœur…
L’argent a la valeur que les Américains décident de lui donner. C’est pourquoi je suis d’accord pour qu’on sorte enfin du franc CFA. Car il faut considérer l’argent comme un moyen et non comme une finalité, parce qu’il peut changer de valeur à tout moment (je m’adresse comme ça aux gens qui partent spéculer avec les bourses).

 

5- L’ARGENT N’EST PAS UNE ÉMOTION
J’ai bien dit 4 règles, mais permettez-moi d’en rajouter une cinquième : l’argent n’est pas une émotion !
L’argent c’est un chiffre ! Si tu viens me demander de l’argent en pleurnichant, si je n’en ai pas, je n’en ai pas ! Ce n’est pas parce que tu vas te rouler par terre que je vais subitement devenir le ministère des Finances !
Et puis, quand tu viens soumettre tes difficultés à quelqu’un, ce n’est pas la peine de lui raconter toutes tes histoires du début jusqu’à la fin. L’argent n’est pas une émotion, c’est un chiffre. « Tu as besoin de combien ? » Point. Laisse-moi tout le bavardage !

 

Samuel Eto'o Fils, symbole de la jeunesse africaine milliardaire

Samuel Eto’o Fils, symbole de la jeunesse africaine milliardaire

 

MES 4 RÈGLES D’OR AVEC LE BONHEUR
J’ai voulu m’appesantir sur ce sujet parce que les Camerounais aiment trop l’argent, et surtout parce qu’ils ont une conception trop matérialiste du bonheur (surtout les Camerounaises).

 

On a instauré l’argent parce que c’est le seul moyen de se procurer ce que les autres ont fabriqué, et qu’on est incapable de fabriquer soi-même.
Si l’argent était vraiment le problème, le Trésor public en fabriquerait suffisamment pour que toutes les populations soient milliardaires.
Au Bhoutan il n’y a pas seulement le Produit national brut, il y a également le Bonheur national brut.
Et puis lorsque vous avez des problèmes qui se succèdent dans votre vie, il faut les mettre en rang. Il ne faut pas vous contaminer avec les urgences inutiles…

 

Ainsi, une fois que votre relation avec l’argent ne sera plus factice, vous deviendrez quelqu’un de bien. Vous n’aurez plus trop envie de détourner l’argent du contribuable, ou bien de devenir un grand feyman. Votre seul objectif ne sera plus seulement d’enterrer l’argent derrière votre maison. Ou bien dans votre compte en banque. Ou bien d’être chichard comme les Bamilékés. Vous deviendrez moins susceptible aux tentatives de corruption. Et puis vous n’envierez plus tous ces faux riches qui vous impressionnent avec leurs grosses voitures, parce que votre part d’argent se cachera plutôt dans votre cœur.
Et la qualité de cet argent-là est inestimable, je vous assure, personne au monde ne pourra jamais vous prendre cette richesse !

 

 
Ecclésiaste DEUDJUI
WhatsApp: (+237) 696.469.637
Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

Rituels funéraires : les Bamilékés ont tout compris

Les Bamilékés ont compris la mort !

Cette idée m’est venue toute seule, comme un miracle. Ça m’est venu aux funérailles de ma belle-sœur. Les gens dansaient tout autour de moi, et d’autres battaient dans un tam-tam qui ne leur avait pourtant jamais rien fait de mal…

Sérieusement, ça m’est apparu comme la Vierge Marie apparaît souvent à certains esprits lubriques ! Il y avait des ténors qui tapaient dans le tam-tam, donc, et puis il y avait un rang qui était en réalité un cercle. Les gens entraient dans ce cercle en désordre, et puis en ressortaient. De temps en temps ils reprenaient en chœur les paroles des animateurs, en patois, et puis ils accéléraient la cadence de leur danse qui consistait à taper les pieds dans la terre, et qu’on appelle au Cameroun le bend-skin.

Il était minuit trente. Continuer la lecture