Pascaline Assiémé au collège
deux homosexuels africains

Qui a donc le droit d’aimer ?

Partout ici au Cameroun, les gens se mêlent régulièrement de la vie sentimentale des autres Camerounais. Au point qu’ils ont décidé de qui a le droit d’aimer et de qui n’avait pas le droit d’être aimé également… Continuer la lecture

On ne peut pas coucher avec toutes les femmes du monde…

Quand je fréquentais encore à Ndikiniméki, j’avais un camarade qui salissait souvent son calendrier presque tous les week-ends ! Parce que quand il couchait avec une fille, il noircissait la date du jour-là.

On disait même qu’il avait envie de coucher avec toutes les femmes qu’il y a ici au monde. Continuer la lecture

Est-ce que je vous ai dit que j’ai un problème ?

Jusqu’à l’âge de vingt-cinq ans, certaines cousines disaient souvent que je suis un mauvais Bamiléké ! Puisque je n’assistais jamais aux réunions de famille, je ne partais jamais dans les mariages et dans les enterrements, et je ne suis jamais venu me plaindre chez elles que « Est-ce que vous savez que j’ai une petite amie et qu’elle est tombée enceinte ? »

Bref, je n’étais jamais parti me placer devant quelqu’un pour lui expliquer que moi j’avais un problème…

Continuer la lecture

Voici comment trouver le mari idéal

Pour dire vrai hein, je suis un mauvais petit ami ! Parce que quand j’ai déjà couché avec une fille, c’est très facile pour moi de ne plus jamais la rappeler. Et pourtant s’il faut bien voir, je ne suis pas un si mauvais compagnon que ça. Mais c’est parce que les femmes ne savent pas comment il faut se comporter pour rencontrer le mari idéal… Continuer la lecture

Aujourd’hui j’ai trente-cinq ans !

Quand je disais ici l’année surpassée que j’avais déjà trente-trois ans, moi-même je pensais que c’était la blague ! Mais samedi dernier pendant mon anniversaire, j’ai constaté que je viens d’avoir complètement trente-cinq ans. Et j’ai compris qu’il faut qu’on apprenne parfois à faire le bilan de notre vie… Continuer la lecture

En attendant que le Ciel me pardonne…

Parfois quand je suis seul, je me demande souvent si je suis vraiment une bonne personne. Parce que depuis dix ans que ma grand-mère cherche à me voir, je ne fais que lui faire de fausses promesses : « Je vais venir, Maman Gisèle ! Je vais venir à Foumban dès que j’aurai un peu de temps. »

Pourtant il est encore temps de me rattraper avant d’attendre que le Ciel ne me pardonne…

Continuer la lecture