Le dictionnaire « Camerounaise » des mots-clés

J’ai déjà remarqué que quand je discute avec une Camerounaise, il y a certains mots-clés qui peuvent me mettre dans les problèmes. Et je préfère les lister ici afin que chacun d’entre vous soit responsable de ses propres turpitudes…

 

homme avec une femme triste

Les mots que nous prononçons peuvent modifier l’humeur d’une Camerounaise. Image: freepik.com /CC0

 

Il y a les mots-clés sur le travail

C’est-à-dire que si tu dis à une Camerounaise que tu « travailles » à Dibombari, ne lui dis surtout pas que tu possèdes un grand « bureau » et que cet espace de travail est alimenté par plusieurs « climatiseurs » ! Sinon la fille va penser que tu es un « boss » comme mon ami Pierre La Paix Ndamè (c’est lui qui gère la Maison de la Culture), et elle va immédiatement commencer à te soumettre tous ses problèmes d’argent.

Et même lorsque tu es un « chômeur », évite de dire à une Camerounaise que tu veux aller à la « banque » ou bien que tu souhaites ravitailler ta « carte de crédit ». C’est suicidaire ! Surtout que les gens qui touchent un gros « salaire » ou alors qui effectuent quelques « missions » à l’étranger, leur copine ne se gêne pas pour aller fouiller turlupiner leurs « collègues » et pour leur demander si tu n’avais pas encore reçu une « nomination » entre-temps…

 

Il y a les mots-clés sur la nourriture

Je vous avais déjà expliqué ici que la petite vient en mangeant. Surtout les petites camerounaises. Mais pour qu’elle vienne manger en courant, il y a certains mots-clés que si tu prononces hein, ce sera comme si la fille n’avait jamais entendu ces mots-là auparavant…

Sérieux ! Il y a d’abord les mots-clés « chawarma », « brochettes de porc » et « poisson braisé ». Il y a les mots comme « glace à la vanille » et aussi « plaquettes de chocolat ». Il y a la locution « gâteau d’anniversaire ». Il y a les expressions de type « plantain-vapeur » ou encore « dakéré sénégalais ». Il y a des mots que si tu prononces au téléphone comme « poulet DG » ou bien « Tchop et Yamo » par exemple, tu vas voir comment la fille va atterrir devant toi alors que tu n’avais même pas encore terminé de lui téléphoner hein !

 

filles africaines en boîte de nuit

Les filles camerounaises adorent les ambiances. Source: Facebook /CC0

 

Il y a les mots-clés sur les ambiances

Les filles d’ici aiment trop le « mouvement ». Sans blague ! Elles adorent la grande vie, surtout que ce ne sont jamais elles qui dépensent. Alors si elle te dit qu’elle boit les « Heineken » et que toi tu pars commander une grosse « cuvette » de bouteilles et de canettes qui sont bien fraîches, elle va subitement te trouver intéressant intelligent. Et si en sirotant tu lui parles du « whisky », du « vin rouge », du « champagne » et de toutes ces liqueurs frelatées qu’on retrouve déjà dans n’importe quelle « cave » ici à Douala, la fille va sauf que venir dorénavant à tous tes rendez-vous !

Si tu dis à une Camerounaise que tu vas l’inviter au concert de « Dadju », et que d’ailleurs tu es même l’ami personnel de « Fally Ipupa » en chair et en os, elle va aussi commencer à te regarder comme une demie star. Elle aura souvent envie d’effectuer plusieurs sorties en ta compagnie. Elle sera ravie lorsque tu seras le commandant de votre « bateau », et que la « chicha » ne sera pas non autorisée. Elle souhaitera même que vous ayez suffisamment de « carburant » pour faire le tour des snack-bars, et que de temps en temps tu lui donnes un peu de « farotage » pour qu’elle aille le glisser dans les écouteurs de votre « disc-jockey »…

 

Il y a les mots-clés sur les arts de vivre

Ou comment toi tu vis chez toi. Parce que c’est bien beau de discuter avec une fille sur WhatsApp ou alors de l’inviter en boîte de nuit pour faire sa connaissance (je sais, c’est bizarre), mais ça ne la renseigne pas sur la manière dont tu vis exactement lorsque tu te retrouves chez toi.

Alors, il ne lui reste plus que les mots-clés « Canal+ » que tu peux prononcer lorsque tu commences à déblatérer sur ton « écran plasma ». Il lui reste des mots comme « Tommy Hilfiger » lorsque tu lui parles de ton dernier « shopping ». Il lui reste ta montre « Rolex ». Il lui reste ton « jogging » hebdomadaire. Il lui reste ton « appartement » ou bien ta « villa » où tu résides. Tes « hôtels » lorsque tu es hors de la ville. Tes appareils électroménagers qui vont de ton « réfrigérateur » à ta « machine à laver », sans parler de la « domestique »  que tu viens de recruter et qui ne travaille que trois jours sur sept durant toute la semaine…

 

dessin cerveau de femme

Il y a trop de connexions neurologiques dans le cerveau d’une Camerounaise. Source: villagesante.ht /Dessin reproduit sous autorisation

 

Le dictionnaire « cameruineuse » des mots-clés

Donc depuis un certain moment hein, il y a certains mots-clés que j’évite ABSOLUMENT de prononcer lorsque je discute avec une Camerounaise.

Sinon ils vont dangereusement me mettre dans les problèmes !

 

Il y a les mots comme « héritier » ou bien « successeur ». Ce sont des mots que les Camerounaises adorent entendre, puisque leur réelle passion se trouve dans l’administration et la gestion de tout ton patrimoine.

Il y a le verbe « construire ». Car même si c’est votre relation que tu veux bâtir, la fille va d’abord s’imaginer que tu as déjà acheté un terrain quelque part et que tu veux déjà commencer à lancer les travaux sur votre chantier.

Il y a le mot-clé « mariage ». Et pour moi c’est même lui le mot-clé le plus dangereux !

 

Parce que quand je ne maîtrisais pas encore ce vocabulaire, je sortais les mots de ma bouche sans même mesurer l’effet de bombe atomique qu’ils produisaient dans le cerveau calculateur de nos Cameruineuses. Je me livrais en pâture sans même m’en rendre compte. J’exprimais naturellement mes sentiments parce que je pensais que c’était ce qui les intéresserait en premier lieu, et pourtant elles ne retenaient que mes mots-clés : « Blogueur », « Voyageur », « Célibataire ». Et c’est comme ça que les filles du Cameroun m’ont sérieusement déplumé, mais je ne leur en veux pas puisque chacun d’entre nous doit être responsable de ses propres turpitudes.

 

Ecclésiaste DEUDJUI, je n’utilise plus ce dictionnaire

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.