Cameroun : l’affaire Dôvv

La semaine dernière dans le quartier Essos à Yaoundé, il y a une dame qui est entrée dans le supermarché Dôvv et qui a proposé de payer les factures de quelques clients qui se trouvaient à côté d’elle. Mais la nouvelle s’est tellement vite répandue qu’il a fallu appeler la Police pour venir sécuriser la dame ainsi que tout le magasin…

 

l'intérieur du supermarché Dôvv

L’affaire Dôvv a permis de faire la publicité des magasins Dôvv. Image: www.quotidieneconomie.com /CC-BY

 

Le fait divers

La nouvelle s’est vite répandue comme une traînée de poudre. Puisque même sur les réseaux sociaux, tout le monde ne parlait que du supermarché Dôvv ! Et sur les photos on voyait des gens qui se bousculaient devant le magasin, d’autres qui se surchargeaient de marchandises, et d’autres encore qui se livraient à des actes de vandalisme mais également aussi des pillages !

Et donc en quelques minutes seulement, tout le carrefour était déjà plein ! On a dû téléphoner aux Forces de l’Ordre pour venir rétablir l’ordre, justement, et le supermarché a été fermé au grand public jusqu’à la restauration de l’ordre public…

 

Les rumeurs

Entre-temps les rumeurs allaient bon train. Tantôt on disait qu’il y avait une femme qui avait promis de payer les factures de tous les clients du supermarché qui se trouvaient à l’intérieur, tantôt on disait que son budget s’élevait à plus de deux milliards !

Tantôt les gens disaient que c’était une décérébrée, tantôt on racontait qu’elle était entrée dans le Famlà’à et qu’on lui avait demandé de dépenser tout cet argent obligatoirement avant la fin de la journée. Et c’est comme ça que ces mêmes rumeurs ont circulé sur les réseaux sociaux, et il y a des gens qui payaient leur taxi pour venir également se « servir » gratuitement dans ce supermarché. On a même raconté que la dame avait été séquestrée par la Police pour les besoins d’enquêtes, et qu’elle devait répondre devant la Justice de son initiative de payer inexplicablement les factures des clients inconnus qui s’étaient retrouvés à côté d’elle…

 

 

La version officielle

En réalité hein, toutes ces rumeurs-là étaient fausses ! Car il s’agissait simplement d’une dame qui était entrée dans le supermarché Dôvv en compagnie de sa petite fille, et qui avait effectué des achats d’un montant de 114 000 francs CFA. Et après cela, elle avait proposé de payer les quelques petites factures de quelques petits clients qui s’étaient trouvés à côté d’elle, mais sans plus. Et il se trouve que ces clients-là avaient fait circuler la « bonne nouvelle » autour d’eux, puis sur leurs smartphones, puis ils avaient déformé la petite offre de la dame en la transformant en une proposition internationale, et c’est comme ça que tout le Cameroun avait été informé de cette affaire et que tout le monde entier avait commencé à se servir dans le supermarché parce qu’on racontait qu’il y avait une femme là-bas qui voulait dépenser coûte-que-coûte un montant d’environ presque deux milliards…

 

L’interprétation

Et moi ça me fait mal. Parce que si en moins de vingt-cinq minutes on peut alerter tout le Cameroun sur un petit problème alimentaire comme celui-là, ça veut dire que les Camerounais sont encore au stade des besoins élémentaires ! Bref, nous sommes tous des aliénés. Ça veut dire que chacun de nous peut abandonner son travail (lorsqu’il en a) parce qu’il y aurait une femme à Essos qui pourrait lui offrir deux bouteilles d’huile d’arachides. Ça veut dire que nous ne croyons encore exclusivement qu’à la sorcellerie et au Mu’nkwagnè. Ça veut dire que ce pays mérite une exorcisation générale. Parce que sur une simple rumeur et sur une simple intention de bonne volonté d’une dame qui était probablement un peu maboule, voilà qu’il a fallu faire intervenir la Police et la Gendarmerie parce que les gens venaient de partout-partout afin de pouvoir bénéficier de la générosité de cette « bienfaitrice »…

 

Clarisse Wopso durant ses derniers jours

Les Camerounais se moquaient de Clarisse Wopso durant sa maladie. Source: youtube /Image reproduite sous autorisation

 

Le syndrome Dôvv

Donc le mercredi 1er août 2018 dans le quartier Essos à Yaoundé, il y a une dame qui est entrée dans un  supermarché Dôvv et qui a eu la mauvaise idée de vouloir imiter Pierre La Paix Ndamè en réglant quelques factures…

 

L’affaire Dôvv. Les Camerounais aiment le gratuit, les Camerounais aiment les rumeurs, les Camerounais adorent la facilité et c’est pour ça que 220 personnes étaient mortes à Nsam en 1998 à cause du simple carburant…

L’affaire Dôvv. Les gens d’ici ne croient plus à la générosité anodine. Les Camerounais se sont moqués de Wopso lorsqu’elle était vivante. Les Camerounais sont surtout obsédés par le mysticisme et le maraboutisme.

L’affaire Dôvv. La publicité du supermarché Dôvv me rappelle indiscutablement l’affaire de la Mida, et ça nous démontre que la plupart des Camerounais sont en réalité des misérables et des morts-vivants !

 

Parce que s’il s’agissait de les inviter à une causerie éducative ou alors à une vaste campagne de sensibilisation sur leur propre santé, personne de ces mendiants-là ne viendrait ! S’il s’agissait de les rassembler pour les inscrire sur les listes électorales, personne parmi eux ne répondrait présent ! S’il s’agissait de leur demander de travailler dur dans la vie, de réfléchir positivement, d’oser inventer ou encore d’aller s’exprimer lors de la Présidentielle du 07 octobre qui arrive, la plupart des Camerounais allaient te répondre que « Ah’ka ! Est-ce que c’est ça qu’on mange ? »

Mais ils sont prêts à courir voyager pour Essos parce qu’on leur a raconté qu’il y aurait une femme là-bas qui pourrait leur distribuer gratuitement quelques petits sachets de spaghettis…

 

Ecclésiaste DEUDJUI, moi je n’étais pas à Dôvv

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *