Le problème de l’esclavage, ce n’est pas la Libye !

Depuis que CNN a diffusé son reportage sur les migrants africains qui sont vendus à Tripoli comme des esclaves, je vois beaucoup de personnes qui semblent s’émouvoir. Et pourtant, le problème de l’esclavage n’est pas seulement celui de la Libye…

 

des migrants en cage

Le reportage de CNN a été repris par pusieurs médias, dont France 3 /CC

 

Il y a de l’esclavage au Koweït, au Liban et en Arabie Saoudite

Depuis que CNN a diffusé son reportage, je vois beaucoup de personnes qui changent leur photo de profil sur Facebook. Et pourtant, la même chose se passe déjà au Koweït depuis des décennies, mais ça ne leur dit rien. La même chose se produit déjà au Liban presque tous les jours, il y a même des filles qui se suicident parce qu’elles ne peuvent plus supporter leur asservissement, mais jusqu’ici ça n’intéressait personne !

Ce qui se passe en Libye aujourd’hui, et qui, apparemment, émeut énormément les gens, ça se déroule déjà régulièrement en Arabie Saoudite. Ça se déroule au Maghreb, où les Noirs sont encore considérés comme des sous-hommes. Ça se déroule en Inde, avec les Intouchables et les Parias. Ça se déroule aussi en Birmanie avec les Rohingyas, qui viennent de fuir leur pays parce qu’ils étaient déjà régulièrement utilisés comme des marchandises…

 

Il y a l’esclavage des domestiques

Ça ne fait même pas une semaine, je vous expliquais que les femmes de ménage au Cameroun sont très généralement des esclaves ! On les recrute à la va-vite, on les exploite jusqu’à la lie (jusqu’au lit à vrai dire) et on les licencie quand elles sont déjà bien fatiguées.

Parfois, on part chercher un petit neveu au village pour qu’il vienne accomplir tous les pensums pour un salaire de misère. Parfois, on part carrément acheter des « débroussailleurs » anglophones là-bas, à Bamenda. Parfois, on achète des Maliens, des Mauritaniens, des Nigériens pour nous faire notre repassage.

Et jusqu’ici, je n’avais encore vu personne qui m’ait donné l’impression de s’en émouvoir !

 

Claudy Siar qui harangue la foule

Claudy Siar était présent lors du rassemblement devant l’ambassade de Libye à Paris. Source: Facebook /CC-BY

 

Il y a aussi de l’esclavage dans les couples

Pourquoi est-ce que vous avez peur des mots ? Hein, Pierre La Paix Ndamè ? Pourquoi vous  offusquez vous de ce qui se passe loin en Libye, mais ne vous indignez pas de ce qui se passe dans plusieurs foyers conjugaux, ici au Cameroun ? Hein ?

Parce que les femmes d’ici on les achète avec leur dot, et on les martyrise durant tout leur mariage ! On les transforme en bêtes de somme. On leur donne l’argent de la ration uniquement si on s’est bien réveillé. On leur impose de nouvelles coépouses au nom d’un traditionalisme biaisé. On leur pompe des enfants comme ça nous chante. On les esclavagise et on les tyrannise, parce que la bonne épouse c’est celle-là qui doit tout nettoyer, tout essuyer, tout récurer, tout accepter, tout balayer, tout sucer, tout effacer, tout supporter, tout endurer. Et surtout la bonne épouse ne doit pas se plaindre, puisque l’aboutissement de la vie d’une Camerounaise eh bien ça restera toujours le mariage !

 

Il y avait déjà de l’esclavage dans les pays africains

Au lieu de condamner la Libye et d’aller gesticuler devant les ambassades libyennes –qui n’ont aucune représentativité depuis que Kadhafi a été assassiné–, vous feriez mieux d’aller vous mobiliser devant les palais palaces présidentiels de tous les plénipotentiaires de notre continent Noir.

Car ces dirigeants-là, ils n’ont jamais rien fait pour aider notre population africaine. Ils se sont toujours contentés de s’enrichir individuellement et de dévaloriser le dynamisme de notre jeunesse. Ils ont pillé nos ressources naturelles pour aller les vendre brader aux Occidentaux, et ils nous ont plongés dans la pauvreté extrême et dans le chômage institutionnalisé. Ils ne sont jamais montés au créneau pour protéger la vie de nos prisonniers à l’extérieur, de nos migrants, de nos malades, de nos militaires et de nos ingénieurs. Ils ont installé un climat de terrorisme politique avec pour seul objectif de perdurer au pouvoir, et ils ont ainsi fini par briser les restes des petits rêves que nous nourrissions encore ici au Cameroun…

 

statue contre l'esclavage à Gorée

La statue contre l’esclavage à Gorée. Source: Wikipedia commons /CC

 

Le vrai problème de l’esclavage, ça n’est pas seulement la Libye !

Donc quand je vois les gens s’émouvoir subitement, c’est comme s’ils découvraient seulement aujourd’hui qu’il y a encore des esclavagistes en 2017 ! Et pire encore, c’est comme si le problème de l’esclavage, c’était simplement un problème de la Libye.

Le problème de l’esclavage, c’est le problème des employeurs et des proxénètes qui exploitent leurs employés jusqu’à la lie, qui ne les rétribuent pas, ni ne les considèrent à leur juste valeur.

Le problème de l’esclavage, c’est le problème des braconniers qui pratiquent quotidiennement les trafics d’organes humains.

Le problème de l’esclavage au XXIème siècle, c’est comme le problème de l’esclavage au XVIème et aussi au XVIIème siècle.

 

Parce que ce qui devrait normalement nous indigner, c’est que ce sont généralement les Noirs qui sont encore traités comme des esclaves. Ce qui devrait nous révolter et même nous révulser, c’est que ce soient nos propres frères qui aient transformé leurs propres enfants en marchandises. Ce qui devrait véritablement nous choquer, nous énerver et aussi nous pousser à changer notre photo de profil sur Facebook, c’est que l’esclavage que l’on voit en Libye n’a rien de neuf. Il n’est qu’une conséquence du désespoir qui sévit ici sur notre continent noir.

Et vous n’avez pas besoin d’une chaîne étrangère comme CNN pour vous en apercevoir…

 

Ecclésiaste DEUDJUI, je dis NON à l’esclavage

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *