Pourquoi y a-t-il autant de morts sur les routes du Cameroun ?

Rien que pour le mois dernier, nous avons recensé plus de cent cinquante morts sur les accidents de la circulation qui ont eu lieu au Cameroun. Et tel que je vois les choses, ce genre d’hécatombe n’est pas encore vraiment près de s’arrêter dans notre pays.

 

Un camion qui s’enlise sur une route non goudronnée. Crédit: panoramio.com

 

C’est à cause de nos routes

C’est probablement ça le premier problème. Parce que quel que soit le voyage que tu veux faire, tu vas parfois te confronter à des pistes défectueuses, boueuses, non goudronnées, étroites, non éclairées et que sais-je encore !

Et même sur les routes nationales comme Yaoundé-Douala-Bafoussam-Yaoundé (le Triangle de la mort), aucun aménagement n’a été fait. Aucune autoroute n’est présente. Aucun itinéraire n’est linéaire. Mais au contraire les trajets sont bifurqués, sinueux, tortueux. Ça monte et ça descend au gré des collines et des vallées, et la route peut même se diviser en deux comme on avait vu à Matomb et c’est cela qui avait provoqué la catastrophe ferroviaire de 2016 à Eséka

 

C’est à cause de nos voitures

De nos vieilleries, vous voulez dire ! De nos mécaniques importées. De notre brocante à deux balles. De nos tuyaux d’échappement qui sont vraiment très usés jusqu’à ça parvient même déjà à nous dégrader complètement notre couche d’ozone…

Et le pire dans tout ça, c’est que les Camerounais n’achètent jamais de voitures neuves. Les Camerounais achètent les voitures « d’occasion » comme Pierre La Paix, ou bien ils attendent quand il y aura les « ventes aux enchères » que les douaniers organisent régulièrement au Port de Douala.

Les Camerounais ne font jamais la révision de technique de leurs vieilles voitures. Ils sont eux-mêmes des mécaniciens du dimanche. Ils disent que toutes les pièces du véhicule ne sont pas nécessaires. Ils disent que « Ça a déjà tué qui ? » Ils utilisent une vieille guimbarde pendant plus de quarante ans, et quand elle se décrépit ils ne vont jamais remplacer ni le rétroviseur, ni les phares, ni les amortisseurs, ni les vitres, ni les essuie-glaces, ni le radiateur, ni le moteur et que sais-je encore !…

 

Plusieurs cyclistes sont victimes d’accidents chaque année. Crédit: shutterstock

 

C’est à cause de notre sécurité routière

Moi j’appelle ça « l’insécurité routière ». Parce que si nos gendarmes passent leur temps à laisser passer des cercueils ambulants parce que le chauffeur de ces corbillards leur a glissé mille francs CFA dans la poche arrière, où est donc la Sécurité ou bien la Prévention routières dans ce type de mauvais comportements ?

Si nos syndicats ont bien remarqué que les bus sont surchargés (il y a parfois des passagers qui s’asseyent sur les escaliers), pourquoi alors ils nous laissent circuler dans ces conditions inacceptables ? Si nos chauffeurs chauffards prennent le volant en étant en état d’ébriété, que nos routes ne sont pas balisées et que les radars nous ont surpris en flagrant délit de vitesse maximale, pourquoi alors les policiers vont-ils toujours nous laisser continuer notre voyage de manière presque paisible ?

Parce que ce qu’il faut expliquer à notre ministre des Transports et à notre Gendarmerie nationale, c’est que LA SÉCURITÉ N’EST PAS UN JEU ! Hein ? Est-ce qu’ils m’entendent ? La sécurité n’est pas un amusement comme je les vois en train de plaisanter et de batifoler avec la vie des Camerounais sur tous les axes routiers.

 

C’est aussi à cause de nos mentalités

Le plus triste dans tout ça, c’est que les Camerounais sont les principaux responsables de leur propre mort. Oui-oui, je suis sérieux ! Parce que je ne comprends pas comment certains passagers peuvent dire à leur chauffeur que « Accélère, dis donc ! » Je ne comprends pas comment est-ce qu’ils peuvent accepter de se serrer eux-mêmes dans les taxis et dans les cargos comme s’ils étaient dans une boîte de sardine, et que cela ne les émeuve pas outre mesure. Je ne comprends pas comment ils considèrent encore les mauvais dépassements comme une performance. La ceinture de sécurité comme une inutilité. Les pistes de pesage comme des postes de péage. Les mauvais stationnements comme une bonne habitude. Les motor-boys qui se métamorphosent en chauffeurs comme une normalité. La corruption des policiers comme une formalité. La surcharge des bagages comme un non-problème. La violation des feux de signalisation, la falsification ou le monnayage des permis de conduire dans les auto-écoles, la banalisation des accidents et la passivité devant les nids-de-poule qu’on retrouve pourtant partout ici sur les routes qu’il y a (ou pas) au Cameroun…

 

L’une des causes principales c’est la vitesse. crédit: pixabay

 

Pourquoi y a-t-il autant de cadavres sur les routes du Cameroun ?

Donc rien que pour le mois dernier, nous avons recensé presqu’une dizaine d’accidents graves sur quelques axes routiers. Et le pire hein, c’est que ce genre de catastrophe n’est pas encore vraiment près de s’arrêter…

 

Pourquoi y a-t-il autant de morts ? C’est sûrement à cause de nos grumiers qui circulent en pleine agglomération. Ou alors c’est à cause de nos conteneurs qui passent le temps à se renverser sur notre population.

Pourquoi y a-t-il autant de drames ? C’est certainement aussi parce que les Camerounais voyagent beaucoup dans la nuit et pour des futilités, alors qu’ils savent parfaitement que les conditions de sécurité sont vraiment très exécrables.

Pourquoi y a-t-il autant d’accidents de la circulation sur les routes du Cameroun, et que personne dans notre Gouvernement notre chef de l’Etat ne se mette pas en branle pour venir rapidement prendre des mesures ?

 

Parce que comme je vous ai dit tout à l’heure, il y a eu plus de cent cinquante personnes qui ont laissé leur vie sur les routes du Cameroun durant ce dernier mois d’août. Ils ont laissé leur vie à Muyuka, à Mbalmayo, à Bomono, à Bafang, à Edéa, à Ngaoundéré et que sais-je encore ! Mais ce qui me fait pleurer dans tout ça, c’est parce qu’il y a encore beaucoup de Camerounais qui vont continuer à mourir sur nos axes-lourds, mais que notre pays va toujours fonctionner normalement comme si aucun de tous ces malheurs ne s’était jamais déroulé ici chez nous au Cameroun…

 

Ecclésiaste DEUDJUI, c’est d’abord à cause des Camerounais

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *