Cette fois-ci, les Camerounais vous disent non !

Chers Camerounais, je n’ai pas du tout envie de rire ! Parce que l’autre jour à l’hôpital Laquintinie, j’ai vu comment une femme est morte sur le sol parce qu’elle n’avait pas l’argent pour financer les frais de son accouchement. Hein ? On ne peut plus continuer à vivre dans ce genre de Cameroun…

 

Eva est une petite fille qui a été enlevée et mutilée

Eva est une petite fille qui a été enlevée et mutilée

 

LA SANTÉ AU CAMEROUN

Est-ce que vous savez comment on se soigne dans notre pays-ci ? Hein ? Quand c’est un ministre c’est une évacuation sanitaire en Belgique ou bien au Luxembourg, mais quand c’est moi je suis obligé d’aller acheter mon Paracétamol chez le même charlatan… Mince !

Est-ce que vous savez que quand tu arrives dans un hôpital, les gens ne te regardent même pas ? La première phrase du docteur, c’est toujours « Vous êtes déjà passé à la caisse ? » Les premiers soins de l’infirmière, c’est quand elle te secoue le grand matin pour te dire qu’il est déjà l’heure de venir régler tes factures…

Je dis non, non, non, non, non et non ! Je ne veux plus entendre les gens dire que « On va faire comment ? ». Hein ? Vous pensez que nous sommes le peuple le plus bête du monde ? Je ne veux plus voir un Camerounais mourir à cause de 1.250 FCFA ! Et si nos dirigeants continuent de faire comme s’ils sont sourds-muets et aveugles, je vous jure qu’ils vont finir par avoir ce que nous on ne veut même pas leur faire depuis 1982.

 

LA SÉCURITÉ AU CAMEROUN

Je ne parle même pas des agressions. Si tu es sorti pour boire ta bière et qu’on t’agresse dehors à 3h du matin, c’est ton problème ! Mais si tu dors tranquillement chez toi, pourquoi est-ce que la Police ne va jamais venir te sauver si tu les appelles au 118, et que tu dises qu’il y a des cambrioleurs qui sont déjà montés sur ta toiture ?

Laissons même ça ! Quand il y a un incendie, tu as déjà vu les pompiers qui sont arrivés à l’heure ? Quand il y a une inondation ou bien un éboulement, tu as déjà vu quelle ambulance qui est arrivée pour sauver les pauvres ?

Et puis quand tu pars à l’hôpital pour effectuer ta parturition, soit on va voler ton bébé comme on avait volé pour Vanessa Tchatchou, soit on va les retrouver morts si tu n’as pas l’argent pour payer ce simple accouchement…

 

OÙ SONT PASSÉES LES FEMMES DU 08 MARS ?

Et donc ce qui m’énerve encore plus, c’est que le 08 mars c’était la semaine passée. Où sont donc passées toutes les femmes qui soulevaient le kaba ? Hein ? Vous attendez seulement le pagne de l’an 2017 ?

Parce que si les femmes réfléchissaient un peu, elles allaient s’occuper de la femme qui est morte à l’hôpital Laquintinie l’autre jour. Puisque le 08 mars, c’est normalement pour réfléchir sur les problèmes de la Femme : accouchements, avortements, violences conjugales, scolarisation des filles, harcèlement sexuel, prison, etc, etc…

Mais vous êtes plutôt là pour nous casser les oreilles avec la question sur l’égalité des genres.

 

VOICI CE QU’IL FAUT FAIRE

Je ne sais pas ce qu’il faut faire hein, mais je vous assure que les Camerounais vous disent non ! Je ne veux pas savoir comment vous allez faire là-bas en haut, mais nous ici on n’a plus envie de mourir à cause de la simple fièvre ! Hein, monsieur le Président. Vous me comprenez bien ?

Trouvez-nous un système d’assurance-maladie pour que les médecins nous soignent d’abord, et que nous on va payer quand on s’en sentira capable. Essayez de mettre aussi de vrais managers à la tête de nos hôpitaux (ce n’est pas parce que quelqu’un a été un bon docteur qu’il sera un bon administrateur).

Et si malgré tout vous trouvez que je dis des bêtises, je préfère encore que vous détourniez les subventions de l’agriculture, du numérique, du pétrole… et que vous les orientiez intégralement vers la Santé de notre peuple !

 

Le drame en question s'est déroulé à l'hôpital Laquintinie à Douala

Le drame en question s’est déroulé à l’hôpital Laquintinie à Douala

 

CETTE FOIS-CI, JE VOUS JURE QUE LES CAMEROUNAIS VONT VOUS DIRE NON !

Le samedi 12 mars 2016 à midi, Koumate Monique a eu des contractions dans le taxi qui l’amenait à l’hôpital. Elle s’est évanouie à son arrivée, et les infirmières mettaient les mains dans les poches en lui disant que « Dis-donc tais-toi ! Si tu n’as pas l’argent pour payer ton carnet tu nous laisses respirer… »

 

Cette fois-ci, les Camerounais disent non à tous ces gens qui volent nos enfants et partent les mutiler pour pratiquer leurs mystiques rituelles.

Cette fois-ci, on ne veut plus voir nos icônes (comme Charles Ateba Eyené) mourir à cause d’une simple insuffisance rénale.

Cette fois-ci pour de bon, je demande à tous les Camerounais de ne plus jamais accepter l’inacceptable. Sinon ils vont toujours pardonner l’impardonnable.

 

Parce que si Monique était votre sœur, vous auriez vu comment elle avait des jumelles dans son ventre mais que les deux bébés sont décédés. Et puisque les médecins l’ont abandonnée, c’est sa petite nièce qui est allée acheter une lame de rasoir pour venir lui déchiqueter tout l’abdomen (wèèèh).

Si vous étiez là le jour-là, je vous assure, vous comprendriez pourquoi je dis qu’on ne peut plus continuer à vivre dans ce genre de Cameroun…

 

Ecclésiaste DEUDJUI, moi je suis Monique Koumate avec ses filles

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

 

6 réflexions au sujet de « Cette fois-ci, les Camerounais vous disent non ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *