Le vrai problème du Cameroun, c’est le long français

Chaque fois que Paul Biya s’adresse aux Camerounais, moi j’ai toujours beaucoup de mal à le suivre. Car en dehors des mots comme « génération Androïd » et « génération d’agriculteurs », tout son discours sonne dans mes oreilles comme un vaste charabia.

En fait, je pense que long français est le véritable problème du Cameroun…

 

Les Camerounais draguent avec les encyclopédies

Les Camerounais draguent avec les encyclopédies

 

LE PROBLÈME DU CAMEROUN, CE SONT LES THÈMES OFFICIELS

Vous vous rendez compte ? Le thème de la Journée Mondiale de la femme en mars 2015, c’était « Mise en œuvre de la plateforme d’action de Beijing au Cameroun : bilan et perspectives. »

C’est quoi une mise en œuvre ? C’est quoi une plateforme ? C’est quoi une plateforme d’action ? C’est quoi Beijing ? C’est quoi un bilan et c’est quoi une perspective ? Hein ?

Franchement, je me demande à qui nos thèmes-là s’adressent même souvent. Parce que si c’est pour masturber le cerveau des gens qui travaillent au Ministère de la promotion de la femme et de la famille, d’accord ! Mais si on veut un thème qui va concerner la bayam-sellam, la call-boxeuse, la coiffeuse, la couturière, la ménagère et même l’intellectuelle, vous pensez vraiment que c’est avec le long français-là que nous allons sortir de l’auberge ?

 

LE PROBLÈME QU’IL Y A DANS CE PAYS, C’EST LE LANGAGE DANS LES MÉDIAS

Quand on invite un Camerounais à la télévision, ou il se transforme seulement oooh ! Le gars va commencer à parler un langage que personne ne comprend en dehors de lui. D’abord il va whitiser pour nous impressionner, puis ensuite il va utiliser des mots qui n’existent même pas dans notre vocabulaire… Je vous assure !

Le vrai problème du Cameroun, c’est d’abord le long français de La Sorbonne ! Parce que quand je vois les gens de la Fécafoot nous démontrer que Hugo Broos (lire « brosse ») est le meilleur entraîneur de l’univers, je suis sûr que je les écoute à l’envers ! Quand j’entends nos administrateurs qui s’occupent des droits d’auteurs de nos musiciens, j’ai parfois envie de leur demander que « Vous dites que les droits mécaniques c’est encore quoi ? »

Et c’est pareil pour nos hommes politiques. Quand ceux-là s’adressent aux populations, ils n’ont que des circonvolutions au bout de la langue. À mon avis, c’est parce qu’ils n’ont jamais rien eu de bon à nous dire…

 

LE PROBLÈME DE NOTRE INTELLIGENTSIA, C’EST LA LITTÉRATURE INTELLECTUALISTE

Ou c’est moi qui suis décalé ! Parce que quand j’ai lu le livre de Nathalie Nkoah, je me demandais pourquoi elle n’a pas écrit ça comme elle parle souvent au sous-quartier (est-ce que c’est même elle qui a écrit le livre là ?).

De toute façon pour moi c’est clair, Alain Mabanckou est le meilleur écrivain francophone de l’Afrique Noire. Puisque quand je lis ses livres, il ne s’y trouve aucune fioriture. Ce n’est pas comme ces écrivaillons Camerounais qui appâtent leurs lecteurs en les épatant. Ce n’est pas comme nos pseudo-penseurs qui s’essayent à être des essayistes, alors que quand tu les lis tu ne comprends même pas où est-ce qu’ils veulent en venir.

Franchement, notre intelligentsia manque cruellement de sobriété et de simplicité. Quand tu pars par exemple voir un médecin, il va te sortir tous les mots les plus compliqués de la terre ! Il va même te parler en latin et en grec ancien, alors que toi tu veux seulement savoir si tu souffres du paludisme ou bien de la tuberculose…

 

ON A AUSSI UN GRAND PROBLÈME AVEC NOS DIRIGEANTS

Et donc comme je disais pour les médias, nos administrateurs aiment trop se faire passer pour des académiciens (wèèèh) ! Nos fonctionnaires aiment quand ils arrivent dans une conférence de presse, et que l’assistance soit obligée de consulter un dictionnaire français-français. Notre ministre de l’enseignement supérieur est un tartarin, parce qu’il se gargarise de ses voltairianismes au lieu de se pencher sur la réalité de nos universités.

Et il en est de même des opposants comme des militants du RDPC. Pour peu qu’ils aient une cravate, ils vont te sortir le gros français jusqu’ààààààà… Alors que ce n’est même pas le français-là que le peuple leur réclame.

 

Nathalie a eu recours à un nègre pour rédiger son histoire

Nathalie a eu recours à un nègre pour rédiger son histoire

 

LE VÉRITABLE PROBLÈME DE NOTRE CAMEROUN, C’EST LE LONG-LONG FRANÇAIS

Donc chaque fois que Paul Biya fait un discours à notre jeunesse, je me demande si c’est vraiment à elle que ça s’adresse. Surtout que hormis son français balzacien, il ne fait que redire les mêmes-mêmes choses depuis 1982…

 

Lorsque vous parlez de l’agriculture à une grand-mère qui fait son champ au village, est-ce qu’elle a besoin de connaître l’alchimie ou bien les résolutions de la COP21 ?

Lorsque vous parlez des grossesses non désirées à nos adolescents, est-ce qu’ils ont besoin de savoir que vous avez déjà lu Jean Pic de la Mirandole ?

Lorsque vous entrez dans nos marchés pour nous expliquer qu’on va casser nos boutiques, pourquoi est-ce qu’on a toujours besoin d’un interprète pour bien vous comprendre ?

 

Tout simplement parce que vous avez lu Molière, Racine, Baudelaire. Parce que si on ne vous surveille pas, vous allez même enfiler une veste verte. Parce que dans votre esprit vous êtes des Prix Nobel de littérature. Vous voulez toujours nous émerveiller, vous allez nous montrer que vous avez fréquenté jusqu’à-jusqu’ààààààà…

Mais le jour où je vais croiser l’un de vous sur mon chemin, je lui poserai une toute petite question : « Je demande hein, vous croyez même que vous maîtrisez la langue française plus que les qui ? »

 

Ecclésiaste DEUDJUI, moi je parle le court français

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

10 réflexions au sujet de « Le vrai problème du Cameroun, c’est le long français »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *