Il y a quatre types de soûlards au Cameroun

Hier soir je buvais avec un type qui disait qu’il est plus fort que la forêt ! D’accord il était musclé, mais je crois qu’il voulait dire qu’il n’est pas encore un gars garé au garage. À un moment il s’est embarré, et il a même décidé de barrer le bar où on se beurrait avec nos barrettes de bière (il était fâché parce que nos capsules ne gagnaient pas). Et si vous pensez que hier soir j’étais en compagnie d’un poète ou bien d’un slameur, c’est faux !

Je buvais simplement avec un soûlard… Continuer la lecture

Le vrai problème du Cameroun, c’est le long français

Chaque fois que Paul Biya s’adresse aux Camerounais, moi j’ai toujours beaucoup de mal à le suivre. Car en dehors des mots comme « génération Androïd » et « génération d’agriculteurs », tout son discours sonne dans mes oreilles comme un vaste charabia.

En fait, je pense que long français est le véritable problème du Cameroun… Continuer la lecture

Pourquoi devenir un homme important ?

Mon ancien meilleur ami est devenu totalement mégalomane ! La dernière fois qu’on s’est vus, il me racontait que l’humilité était réservée aux faibles. Il a ensuite allumé sa cigarette, m’a regardé, et m’a dit : « Petit-frère ! La simplicité et la modestie c’est pour les pauvres… »

Mon ancien meilleur ami ne sera jamais un homme important. Voici pourquoi. Continuer la lecture

Cameroun : ces pontes qui se prennent pour des dinosaures

Est-ce que vous savez que devant la devanture du gouverneur du Littoral, les voitures n’ont même pas le droit de stationner un peu ? Hein ? Même pas cinq secondes ! Et c’est pour ça que hier j’ai passé presque 45 minutes à stopper le taxi sur la route qui passe devant les bureaux du gouverneur du Littoral, en vain.

C’est un chauffeur qui a été gentil et qui m’a dit que « Mon frère, va là-bas devant je vais te prendre. Tu veux qu’on vienne confisquer ma voiture ici ? » Continuer la lecture

Avec la bière, on sait seulement comment ça commence…

Franchement, je vais finir par ne plus rendre visite à quelqu’un ! Parce que chaque fois que je pars rencontrer un Camerounais, la soirée s’achève toujours par des beuveries interminables.

La dernière fois je suis allé voir mon ami Pierre La Paix Ndamè à l’hôpital, puisqu’il venait de se faire mettre un pansement gastrique. Mais la soirée s’est terminée à 4h du matin dans un snack-bar à côté de Bonamoussadi… Continuer la lecture