Ne paniquez pas, ce sont les petits mots de Yaoundé

J’ai eu un petit différend avec mon voisin d’en bas ce matin. Il paraît que quand je lave les assiettes dans ma cuisine, l’eau circule dans les tuyaux que mon cousin était venu m’installer l’autre jour, et ça part se verser dans le salon de mon voisin d’en bas.

Pour se venger, le gars a carrément bloqué mon compteur d’eau (c’est lui le bailleur ?). Et quand je suis allé lui demander ce qui se passe, il s’est mis à me sortir le long français de Yaoundé.

N’est-ce pas il voulait comme ça me faire paniquer ?

 

Certains Camerounais utilisent l'intimidation pour dominer les autres

Certains Camerounais utilisent l’intimidation pour dominer les autres

 

POUR ME FAIRE PANIQUER TOUT DE SUITE, IL M’A DIT : « Tu me connais même ? »

Vrai hein, j’ai d’abord cru qu’il voulait parler du « Connais-toi toi-même » de Socrate. Mais quand je regarde bien sa tronche, je ne suis pas sûr que le gars-là a réussi à fréquenter jusqu’à la classe de terminale…

Franchement, il veut que je connaisse quoi sur lui ? Hein ? C’est lui Samuel Eto’o ? Je sais déjà qu’il s’appelle Dagobert (regardez le nom de quelqu’un !) et ça me suffit comme ça. Et j’ai même su ça par hasard, parce que j’avais entendu comment le bailleur l’interpellait l’autre jour : « Dagobert ! Si tu me tournes encore je te coupe la lumière ! »

POUR QUE JE TREMBLE LÉGÈREMENT, IL A AJOUTÉ : « Tu es même né quand ? »

Il fait quoi avec ma date de naissance ? Il veut m’offrir un cadeau d’anniversaire ?

Sérieusement, les Camerounais m’amusent ! Quand quelqu’un veut venir te faire le sissia, il te demande que tu es né quand ? Où est le rapport avec le problème que vous êtes en train de discuter ?

À mon avis, c’est une façon pour eux de te demander de fermer ta sale bouche, parce qu’ils sont plus vieux mûrs que toi ; puisqu’on dit ici que les aînés ont toujours raison (c’est pour ça que Paul Biya ne se trompe jamais)… Tsuip ! Mais la prochaine fois que quelqu’un va me demander ça, je vais lui répondre du tic au tac : « Je suis né le jeudi 27 mai 1982 à Foumban, aux environs de 18 h 30. Ma mère réfléchissait sur mon prénom après l’accouchement, pendant que mon père était en train de nettoyer ses lunettes dans la salle d’attente. »

Bon, puisque tu sais tout désormais, tu peux maintenant aller me rouvrir mon compteur d’eau ?

POUR M’IMPRESSIONNER ET ME FAIRE TAIRE, IL M’A CRIÉ : « Tu vas voir le feu ! »

Quel feu encore ? Hein ? Franchement le gars-là exagère ! C’est toujours les intimidations comme ça ?

Pour me faire paniquer, Dagobert m’a dit que je vais voir le feu. Comme s’il pouvait m’apprendre quelque chose sur le feu ! Il sait même d’abord à quoi ça sert ?

Je lui rappelle que le feu a été inventé par hasard, il y a environ 500 000 ans. Les premiers hommes l’utilisaient pour se réchauffer, pour s’éclairer dans la nuit, pour faire peur aux prédateurs, mais surtout pour la cuisson de certains aliments durs. On a même retrouvé des traces de feu dans la poterie des hommes du paléolithique.

Qu’est-ce que mon voisin d’en bas-là veut encore me montrer sur le feu ?

POUR QUE JE VACILLE UNE BONNE FOIS POUR TOUTES, IL M’A MENACÉ : « Tu vas voir ! »

Mais évidemment que je vais voir ! Donc tu croyais que comme on se chamaille là, j’allais subitement devenir un malvoyant ? Dis donc ! Vous êtes même comment ici au Cameroun ?

Et ce qui m’amuse, c’est que quand un Camerounais te dit que tu vas voir, il prend sa main droite pour bien ouvrir son œil droit. Et si par malchance quelque chose t’arrive dans les jours qui suivent, il va maintenant bien ouvrir ses deux yeux avec ses deux index : « Tu as alors vu ce que je t’avais dit norr ? »

ET POUR M’ACHEVER POUR DE BON, DAGOBERT M’A DEMANDÉ : « Tu es fou ? »

Ça, c’est quand toutes les intimidations ne marchent pas comme prévu. C’est alors là qu’on te traite de fou, de maboul, de détraqué, de délinquant sexuel, de maquisard comme Um Nyobè, ou encore de dictateur comme Paul Biya. C’est là que le gars commence à capituler par lui-même, il te dit « Oui, j’accepte ! » Et il commence à dire que c’est même quelle malchance comme ça, que sa part est venue, que tu restes ça te trouve, qu’il a son oncle qui est commissaire, notaire, procureur, etc.

Quand tu l’énerves même trop, il te dit qu’il a un lien de parenté avec le ministre de la Défense…

 

altercation entre Assou Ekotto et Benjamin Moukandjo pendant le Mondial 2014

altercation entre Assou Ekotto et Benjamin Moukandjo pendant le Mondial 2014

 

NE PANIQUEZ PLUS, CE NE SONT QUE LES PETITS MOTS DES CAMEROUNAIS

J’ai donc fait ce que je fais souvent quand je colle une jolie fille en boîte de nuit, j’ai demandé à Dagobert (c’est aussi le nom de mon bangala) de se calmer un peu. Je lui ai dit que je sais qu’il a les grandes relations ici dehors ; mais que s’il pouvait nous trouver un simple petit plombier, un plombier seulement, ça nous résoudrait déjà bien le problème…

Les Camerounais sont toujours sur le qui-vive, et c’est pour ça qu’ils aiment dire que « Ce n’est pas parce que tu me vois comme tu me vois là hein ! »

Les Camerounais sont toujours sur la défensive, c’est pour ça qu’ils aiment vous mettre en garde : « Si tu me cherches, tu vas trouver ce que tu cherches ! »

Les Camerounais aiment vous faire croire qu’ils sont très importants dans cette République : « Si je passe un coup de fil, tu vas dormir à New-Bell aujourd’hui même ! »

 

Et pourtant on les voit souffrir avec nous tous les jours, et pourtant on les voit prendre le pain chargé et les beignets-haricot à crédit, et pourtant on les voit marcher à pied sur de longues, longues distances, sans que leurs soi-disant « relations » ne viennent leur porter secours.

Et vous voulez que moi-ci, Ecclésiaste Deudjui, je commence à paniquer quand un voisin me sort ses petits mots de Yaoundé ? Hein ? Vous m’avez bien regardé ? Est-ce que vous savez même d’abord exactement à qui vous avez affaire ?

 

 

Ecclésiaste DEUDJUI

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

10 réflexions au sujet de « Ne paniquez pas, ce sont les petits mots de Yaoundé »

  1. MDR…Petits mots vraiment! Quand les mots veulent dire ce qu’ils veulent et bien plus encore! (Les points communs sont étonnants avec nous hein, vrai vrai)
    Mais sinon, faudra demander à « Tonton-Dago » de ce qu’il pense de tout ça (« j’ai demandé à Dagobert (c’est aussi le nom de mon bangala) de se calmer un peu », celle-là m’a tué! )

  2. DeudjUi, ça c’est la meilleure, et apparemment ce sont les mêmes réalités partout ; Chez moi quand tu répond mal a quelqu’un qui t »intimides : il te répond est ce que tu me connais? Pourtant vous êtes dans le même bus et vous allez tous payés 150frs CFA
    Je vote volontier celui là meilleur article de la saison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *