Au Cameroun, on préfère les « Lionnes indomptables »

J’ai dragué Madeleine Mani Ngono en 2005, à Yaoundé. Elle sortait d’un entraînement avec son club de l’époque. Je me suis approché de la fille, et je lui ai dit : « Tu dribbles bien, hein ! » (Je sais, ce n’est pas terrible).

Toujours est-il que la fille m’avait repoussé au bout de quatre phrases seulement, mais cette histoire-là n’a plus d’importance ! Parce que c’est grâce à Mani que je suis tombé amoureux du football féminin camerounais. Continuer la lecture

Le top 4 des superstitions camerounaises

Quand j’étais petit à Nkongsamba, je ne comprenais pas pourquoi c’était mon père qui devait manger la tête de la viande (pourquoi toujours lui ?). Et puis on disait à ma mère que les femmes n’ont pas le droit de manger la viande du serpent, sauf si elles sont déjà arrière-arrière-grand-mères (même goûter ? Dis-donc !).

Et à nous les enfants on disait que si tu croises les jambes devant quelqu’un qui te dépasse en âge, eh bien tes jambes vont rester collées comme ça jusqu’à la fin de tes jours…

 

Nous on pense que notre destin dépend de l'environnement

Nous on pense que notre destin dépend de l’environnement

 

1- AU CAMEROUN, IL N’EST PAS CONSEILLÉ DE PASSER AU MILIEU DE DEUX PERSONNES

Parfois tu discutes avec ton ancien camarade de classe, et puis vous vous écartez un peu. Mais quand les gens vous rencontrent sur leur passage, vous wandayez qu’ils préfèrent contourner 1000 km pour vous éviter, plutôt que de passer tout droit entre vous deux…

Je ne comprends pas, ça doit être un héritage de nos ancêtres qui avaient peur de passer au milieu de deux baobabs. Parce que chez nous ici, on pense que si tu passes au milieu de deux personnes, ils vont « capturer » toute ta chance. Ils vont t’ « attacher », ils vont t’ « enfermer », ils vont « t’encercler », ils vont te « mettre dans la bouteille » (tout ça pour toi ?). Et pourtant ça n’a même rien à voir ! Voilà Lionel Messi qui passe tous les jours entre les défenseurs, mais est-ce que ça l’empêche alors d’être le meilleur footballeur du monde ?

 

2- ON INTERDIT MÊME AUX GENS DE TE DONNER L’ARGENT AVEC LA MAIN GAUCHE

Je ne comprends pas nos commerçants ! Surtout nos commerçantes. Si ton bras droit est occupé et que tu lui donnes l’argent avec la main gauche, tu as seulement attaqué les abeilles ! Elle va te dire de changer de main rapidement, et que si tu ne veux pas payer normalement tu lui remets vite sa marchandise !

Je ne comprends pas… Et si je suis gaucher alors ?

Et puis c’est la même chose quand elle te rembourse, c’est la même chose quand ton patron te donne ton salaire au bar, c’est la même chose quand tu donnes l’argent de la semaine à ta petite amie (pour ceux qui donnent encore leur argent à une Camerounaise).

Ici chez nous on pense que si tu donnes l’argent avec la main gauche comme le FMI, c’est que tu vas récupérer ça avec la main droite comme la Banque Mondiale…

 

3- ICI CHEZ NOUS SI TU N’ES PAS LÀ, PERSONNE NE PEUT OUVRIR TA BIÈRE !

Ça ce n’est même pas une superstition, mais personne ici ne peut y désobéir : ouvrir la bière de quelqu’un quand il n’est pas là ! Vous êtes malades ?

Donc c’est devenu une loi ici, et d’ailleurs quand la serveuse arrive elle te demande d’abord si c’est ta bière. Si on lui dit que tu es allé pisser derrière le bar, elle préfère repasser dix fois. Ou mieux, elle laisse une fois son ouvre-bière sur votre table…

Dans le Cameroun de Paul Biya, tout le monde a peur de n’importe qui. « Vous ouvrez ma bière quand je ne suis pas là que je sais que vous allez mettre quoi dedans ? Hein ? ». Et c’est comme ça que l’autre jour je suis allé faire des galipettes avec une fille à Oyag, mais elle m’a d’abord demandé de retirer mon collier et mon bracelet… Tsuip ! N’est-ce pas elle croyait que j’avais mis ça pour capturer son énergie ?

Enfin bref ! On rit entre nous quand on est au bar, mais on se surveille. Car il y a des gens ici qui sont capables de t’empoisonner pour un moindre rien ! Donc si je me lève pour aller draguer une fille, je dois absolument dire à mon meilleur ami de rester surveiller ma bouteille et ma nourriture. On n’a plus confiance ici dehors !

 

4- ET MÊME SI TU AIMES FAIRE LE MÉNAGE N’IMPORTE COMMENT, IL NE FAUT JAMAIS BALAYER DANS LA SOIRÉE

Balayer dans la nuit ? Tu veux appeler les mauvais esprits ou quoi ! Hein ? Tu étais où dans la journée ?

Dans notre Cameroun-ci, on ne balaye pas dans la nuitée. D’abord parce que ça va faire un bruit qui va perturber les ancêtres, mais aussi parce que tu ne peux pas attendre le matin ? Dis-donc ! Tu veux montrer que tu es propre plus que les qui ? Et d’ailleurs tu crois que tu vas balayer la nuit comme ça sans que Eneo ne coupe la lumière ?

 

les Camerounais interprètent tous les signes

les Camerounais interprètent tous les signes

 

LE TOP 1 MILLION DES SUPERSTITIONS CAMEROUNAISES

Je me suis limité à 4 superstitions, parce que moi je ne crois plus à ces machins-là depuis 1989. Mais si quelqu’un se met à vous citer tout ce que les Camerounais imaginent ici dehors, vous allez seulement mettre les deux mains sur la tête !

 

Nous on croit que si tu attaches les feuilles de manioc après avoir avalé tes bobòlòs, tu es comme ça en train d’attacher tout ton avenir.

Nous on pense que si tu traverses quelque chose en route sans même regarder ce que tu traverses, tu vas attraper un éléphantiasis que hein, même les chirurgiens de Laquintinie vont dire que « Nous on ne peut pas-nous arranger la qualité-là oooh ! »

Nous on se dit que si ta mère t’accouche avec une longue tête qui est pointue vers l’arrière (et qui te donne le front de Kimbo), ça veut dire que tu ressembles à quelqu’un qui aura l’argent en 2035.

Nous, on est persuadé que si un papillon entre dans votre maison familiale, il faut vite le chasser sinon c’est toute votre famille qui va connaître la Malédiction…

 

Et c’est comme cela partout, et tout le temps. On ne siffle pas dans la nuit ici, on ne compte pas l’argent dans la main de quelqu’un ici, les femmes n’ont même pas le droit de manger le gésier… Dis donc ! Et c’est pour ça que les Camerounais crachent d’abord par terre avant de pisser contre les murs…

Et si vous remarquez bien, vous allez voir que ces superstitions sont en général des interdictions. Ce sont des intimidations, voire même de la discrimination. Sinon expliquez-moi pourquoi dans notre grande maison de Nkongsamba, en 1989, il n’y a que mon père qui avait le droit de gueuletonner avec la tête du crocodile !

 

 

Ecclésiaste DEUDJUI

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

Nous sommes Camerounais, nous sommes chiches jusqu’ààààà

N’est-ce pas que si tu viens d’arriver au Cameroun, tu vas penser que les Camerounais sont très généreux ? Hein ? N’est-ce pas que quand tu vas les voir faire des tournées dans les bars, tu vas te dire qu’ils ne sont même pas un peu calculateurs ? N’est-ce pas ?

N’est-ce pas que lorsque tu vas les voir offrir des chawarmas aux filles qu’ils sont en train de re-draguer, tu vas te dire que tu aimerais aussi rencontrer un Camerounais dans ta vie ? Norr ?

Et pourtant laisse-moi te dire une chose, il n’y a pas plus radins que les gens qui habitent ici où 5 francs CFA ne cherchent même pas son petit-frère…

 

le sport préféré des Camerounais, c'est l'égoïsme

le sport préféré des Camerounais, c’est l’égoïsme

 

NOUS SOMMES CAMEROUNAIS, NOUS NE DONNONS JAMAIS DE POURBOIRES

Entre nous, est-ce que vous avez déjà vu un Camerounais qui laisse un pourboire quelque part ? Hein ? Dites votre vérité ! Que ce soit dans une boutique, dans un bar, dans un snack-bar, dans un restaurant, dans une boulangerie, ngannn !! Même 10 francs CFA, il ne va jamais laisser !

Tu es là tu passes le temps à dire à la serveuse qu’elle est jolie, qu’elle te plaît, que tu as besoin d’une femme comme elle dans ton foyer, mais quand elle te rembourse tu commences à gesticuler : « Je dis hein, la bière c’est 650 depuis quand ? Hein ? Pardon amène-moi mes factures pour que je calcule le total là par moi-même ! »

 

NOUS SOMMES CAMEROUNAIS, NOUS NE PAYONS JAMAIS LE TAXI NORMALEMENT

Franchement les Camerounais sont trop chiches ! Un gars vient de déposer deux cuvettes de Heineken dans une boîte de nuit, c’est-à-dire presque 40 bières, mais dès qu’il rentre avec sa copine il commence à supplier le taximan : « Type ! Pardon laisse-nous là à l’école publique à 250… »

Deux collègues sortent du bureau, et dès qu’ils prennent le taxi c’est chacun qui commence à réfléchir : « Je demande hein, le gars-ci croit que c’est moi qui vais payer nos deux places ? »

Et même quand ils sont tout seuls c’est la même chose, ils sont toujours radins envers les transporteurs. Pour t’embrouiller il dit que « Laisse-moi là à côté ». Ah bon hein, c’est toi qui lui mets le carburant là ?

Et puis parfois ils ont leur machin là de 100 francs dans 2000. Donc toi le bendskineur tu dois vider toute ta monnaie, parce que le salopard va te donner ses pauvres 100 francs CFA ? Vous jouez à quoi au juste ?

 

NOUS SOMMES CAMEROUNAIS, NOUS SOMMES TRÈS RADINS ENVERS LES FILLES

Ne voyez pas comme les gars vous offrent le chawarma le 1er jour hein, pardon. Nous sommes Camerounais, on sait pourquoi on vous donne le chawarma les 1ers jours…

Ici chez nous quand un gars te donne de l’argent, toi la fille, ça veut dire qu’il est en train de faire son investissement (un peu comme on vous donne la bière pendant les élections). Le gars préfère saigner comme ça et rentrer tremper son tapioca, en attendant le jour où tu vas te déshabiller sur son matelas : c’est là que tu vas rembourser tout ce que tu avais mangé là…

La preuve c’est que quand le gars est déjà monté sur toi, il ne te donne presque plus rien. Tu vas lui faire quoi ? Parfois même il crée des faux problèmes pour que vous vous disputiez, tout simplement parce qu’il ne veut pas te donner l’argent de la coiffure.

Hum ! On connaît la technique là hein !

 

NOUS SOMMES CAMEROUNAIS, NOUS SOMMES DURS AVEC NOTRE PROPRE CORPS

Là ça concerne beaucoup beaucoup de Camerounais. Des gars qui ne savent même pas se faire plaisir, parce qu’ils ont toujours besoin d’une Lionpantigresse (lionne + panthère + tigresse) pour les aider à manger leur argent… Je vous dis la vérité ! Il y a des gars ici qui ouvrent des boutiques à leurs araignées du dehors, mais eux-mêmes ils n’ont jamais acheté une paire de babouches pour leurs propres orteils ! Tsuip !

Et puis on a des amis qu’on emmène au bar chaque jour, mais eux ils n’ont jamais l’argent pour nous offrir à boire. On a des gars que si il n’y a pas une fille qui l’intéresse sur votre table, même le chewing-gum il n’aura pas l’argent pour acheter ! On a des copines qu’on invite chaque fois que les dragueurs nous amènent dans les grands restaurants, mais elles, elles sont toujours en train de dire que « Mon gars n’a pas lui l’argent oooh ». Comme si quand nous on l’invitait, c’était parce que nous on avait trop…

Nous sommes Camerounaises, nous sommes très très très chiches ! Si tu ne rationnes pas ta femme à la maison, même si elle a 1 million de francs CFA sur elle, eh bien vous allez sauf que dormir affamés ! C’est comme l’histoire d’une Camerounaise qui avait dépensé 250 francs au call-box, parce qu’elle voulait dire à son mari que les allumettes de 25 francs étaient terminées à la maison.

 

Louis de Funès dans le film L'Avare

Louis de Funès dans le film L’Avare

 

NOUS SOMMES CAMEROUNAIS, NOUS SOMMES CHICHARDS JUSQU’ÀÀÀÀÀ

Et donc les étrangers qui se baladent dans nos villes le soir, à Yaoundé ou bien à Douala, ils pensent que nous sommes généreux jusqu’à-jusqu’ààààààà… Sans savoir que nous on compte l’argent dans la poche avant de retirer ce qu’on va donner à notre petite sœur !

 

Nous sommes Camerounais, nos frères manquent de médicaments dans les hôpitaux, mais dès qu’ils meurent nous sommes les premiers à organiser des funérailles extraordinaires.

Nous sommes Camerounais, quand un ami vient nous rendre visite, on attend d’abord qu’il parte avant de dire aux enfants de nous apporter notre nourriture.

Nous sommes Camerounais, quand quelqu’un occupe de hautes responsabilités ici chez nous, il détourne tellement d’argent qui aurait pu servir aux chômeurs, aux orphelins, aux retraités, etc.

 

Et puis il part se prélasser en Suisse ou bien au Luxembourg, pendant que ses compatriotes croupissent ici au Cameroun. Et si tu lui demande ce qu’on peut faire pour aider quelques Camerounais qui sont misérables, il va d’abord froisser le visage avant de te répondre : « Je demande hein, parmi les gens du gouvernement c’est seulement moi que tu as vu ? »

 

 

Ecclésiaste DEUDJUI

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

Vous voyez comment la langue française déteste les femmes ?

Dernièrement c’était la fête des Mères. Et comme je pensais à la femme qui m’a fait venir dans ce monde, je me suis aussi demandé pourquoi les femmes sont toujours marginalisées. Je me suis demandé pourquoi les hommes les maltraitent autant, alors que ce sont les femmes qui nous ont pourtant donné l’existence…

Parfois j’ai envie de comprendre pourquoi nous les aimons de tout notre cœur, mais que nous ne les respectons même pas un peu. Parfois je trouve un semblant d’explication à tout ce mépris, mais je finis toujours par aboutir à la même conclusion : c’est à cause de notre dictionnaire ! Continuer la lecture