Cameroun: le pays du bois blanc

 

De plus en plus de femmes me demandent si je suis marié ou bien célibataire. Et quand je leur dis que je dors encore seul dans mon petit matelas, elles me demandent plutôt si je suis gay. Et quand je leur dis que je n’aime pas trop faire des bisous aux gens qui sont plus musclés que moi, elles me demandent comment je fais alors quand j’ai envie de faire l’amour…

Et donc parfois ça m’énerve, et parfois j’ai envie de leur crier dessus : « Qui vous a même dit que pour faire l’amour au Cameroun on avait d’abord besoin de tomber amoureux ? »

 

c'est dans les fêtes que les Camerounais recherchent leurs partenaires sexuels

c’est dans les fêtes que les Camerounais recherchent leurs partenaires sexuels

 

ICI AU CAMEROUN, ON A CE QU’ON APPELLE LES « balles perdues »

Pas besoin de se coltiner avec une petite amie que tu n’aimes même pas, alors que tu calcules seulement comment tu vas la déshabiller une fois par semaine. Nôôô, je ne suis pas moi dedans.

Ici au Cameroun, on a les filles qu’on appelle les « balles perdues ». Le genre de fille que quand tu es déjà à ta 3ème Mützig dans un bar, tu la siffles en route et elle vient s’asseoir à côté de toi. Tu ne lui demandes même pas où est-ce qu’elle allait, parce que tu sais déjà qu’elle n’allait nulle part !

Et ensuite tu lui donnes une bière et un poisson braisé vite fait, vous vous retrouvez sur la moto, et ensuite vous vous retrouvez dans ton petit matelas. Le matin tu la fais partir à 5h40 rapidement, parce qu’il ne faut surtout pas que tes voisins te voient avec ce genre de njoundjou kalaba

 

ICI CHEZ NOUS AU CAMEROUN, C’EST COMME DANS LA BIBLE : « qui a bu boira »

Pourquoi les gens même me demandent comment je fais ? Hein ? Ils sont même normaux ? Je n’ai pas de petite amie, mais je suis sûr que je fais l’amour plus que beaucoup de gars qui sont dans les « viens on reste » ici dehors…

Ici au Cameroun, on dit que « qui a bu boira ». Ça veut dire que quand tu es déjà sorti avec une fille et qu’elle te yaè vraiment , tu pourras la culbuter autant de fois que tu voudras dans le futur.

Je vous dis la vérité hein, je ne blague pas. Parfois ton ancienne copine est déjà mariée mais elle vient te rendre visite, parce qu’il y a quelque chose dans tes yeux qu’elle ne retrouve pas dans les yeux de son mari. Et c’est comme ça qu’elle t’embrasse langoureusement, qu’elle te force à lui faire l’amour (enfin, moi on ne me force jamais), et qu’elle rentre dire au père de ses enfants qu’elle sort comme ça de leur réunion de famille…

 

ICI DANS NOTRE RÉPUBLIQUE, ON A MÊME DÉJÀ ADOPTÉ LE « copinage de baise »

Est-ce que vous savez qu’on a déjà importé toutes les cultures des Blancs ici ? Hein ? Par exemple on drague même déjà sur Facebook jusqu’à ça aboutit au mariage ! Pardon, au coït interrompu. Il y a même déjà des entreprises qui organisent des rencontres amoureuses. Pardon, des parties de jambes en l’air. Et puis, surtout, il y a même déjà les copines de baise ici au Cameroun !

Ça veut dire une fille qui est ta camarade comme tes amis garçons, et qui ne te met aucune pression (elle ne va jamais te demander l’argent de taxi par exemple). Mais quand elle aura envie de sentir le bon munyenguè, elle va te demander de venir lui faire le machin-là là-là-là. Surtout si c’est sans préservatif.

Je n’ai pas encore expérimenté ce genre de camaraderie ; mais si une fille vient me dire un jour que je peux monter sur elle sans lui acheter 4 lots de greffes brésiliennes, je ne vais même pas attendre qu’elle termine sa phrase : « Tu veux que je commence à monter quand ? »

 

ET DANS TOUT ÇA IL FAUT AJOUTER LES CURIOSITÉS SEXUELLES, LES CONDITIONS, LE RAMASSAGE, ETC…

Les curiosités sexuelles, c’est quand tu entends un gars dire qu’il n’a jamais couché avec une fille géante, et qu’il est prêt à tout pour que ça arrive. J’ai même un ami qui avait dragué une nguénguérou comme ça, juste parce qu’il voulait goûter une albinos. Je connais aussi un gars qui fantasme rien que sur les handicapées. Et un autre qui ne jure que par les filles de Sangmélima. Parce quand il était petit, on lui avait raconté que les filles de Sangmélima libèrent jusqu’ààààààà…

Pour les conditions, j’ai encore quoi à vous apprendre ? N’est-ce pas parfois tu marches-toi dans la rue, et tu vois une femme qui sort de sa voiture et qui se déshabille subitement ? Hein ? Ce ne sont pas les conditions ? N’est-ce pas parfois tu vois un gars en train de faire l’amour avec une folle quelque part ? Parce qu’on lui a dit qu’en faisant ça, lui aussi il pourra devenir un grand sénateur quand la poule aura des dents ? Tsuip !

Et en ce qui concerne le ramassage, voici alors le sport préféré des Camerounais (oubliez les Lions Indomptables !). Tu vois un gars qui est cadre dans une grosse entreprise, mais il part coucher avec les petites filles du cours moyen 2 ! Wèèèh ! Tu vois un type qui est bien marié et qui a même 4 enfants, mais il saute sur la domestique chaque fois que son épouse sort de la maison… Dis donc ! Tu vois un gars que quand sa petite amie lui refuse le haricot, il lui dit « fiche-moi le camp ! »

Et il fouille son répertoire, à la recherche d’un numéro qui pourra venir lui livrer le machin-là…

 

parfois une Camerounaise se déshabille subitement en plein carrefour

parfois une Camerounaise se déshabille subitement en plein carrefour

 

CAMEROUN : LE PAYS DES FILLES QU’ON APPELLE LES « arachides du deuil »

Et donc quand les femmes me demandent si je suis marié ou bien célibataire, parfois ça m’énerve jusqu’ààààààà… Surtout quand elles osent me demander comment je fais lorsque j’ai envie de faire l’amour…

 

Le bois blanc, c’est une fille qui s’intéresse beaucoup à toi mais toi tu ne t’intéresses jamais à elle.

Le bois blanc, c’est le genre de fille que tu appelles seulement quand ton bangala est déjà bien debout.

Le bois blanc, c’est une fille que tu n’embrasses même pas sur la bouche pendant que tu lui fais l’amour (on appelle ça faire l’amour ?).

Et ensuite tu éjacules sur elle, tu lui demandes de se rhabiller, tu ne lui réponds même plus lorsqu’elle t’adresse la parole…

 

Le bois blanc, ou bien les arachides du deuil, ce sont ces filles qui te téléphonent et que toi tu ne décroches même plus. Ce sont tes maîtresses à qui tu avais promis le mariage, juste pour satisfaire ta libido. Ce sont tes voisines du quartier que tu ne trouves pas assez « présentables » pour s’afficher avec toi en public, et que tu invites uniquement à la tombée de la nuit (n’est-ce pas l’eau sale éteint le feu ?)

Le bois blanc, ou alors les arachides du deuil, ce sont ces filles qui sont malheureusement malheureuses à cause de toi, pendant que toi tu ne t’en rends même pas compte. Et puis d’ailleurs tu t’en balances, tu t’en fiches même à vrai dire ! Parce qu’on t’a déjà dit que pour faire l’amour à une Camerounaise, est-ce que tu étais même d’abord obligé de commencer par tomber amoureux de cette Camerounaise ?

 

 

Ecclésiaste DEUDJUI

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

Nous sommes Camerounais, nous mangeons sur le goudron

 

On a failli me lyncher à Logpom l’autre jour ! J’étais moi entré dans une usine de transformation traditionnelle de la farine (un beignetariat), et j’ai demandé à mamy makala de bien rincer mon assiette avant de me servir. « Quoi ça ? Rincer ton assiette ? Tu veux montrer que tu es propre plus que les qui ? »

Et c’est comme ça que tous les autres mangeurs se sont jetés sur moi et m’ont demandé de disparaître, parce que paraît-il, ici au Cameroun on dit que la saleté n’a jamais tué un homme à la peau noire…

 

la nutrition des enfants se fait selon les moyens du bord

La nutrition des enfants se fait selon les moyens du bord

 

NOUS SOMMES CAMEROUNAIS, NOUS MANGEONS DANS LES TOURNE-DOS

Je parle des tourne-dos de nos maguidas. Le genre où tu tournes ton dos à la voie publique, bien sûr, mais ce qui m’étonne là-bas, c’est la façon dont ils bricolent leurs omelettes : on te chauffe la poêle à 2000 degrés, on ne met ni le cube ni les condiments dans ton œuf-spaghetti, et après ça on te sert un truc bien brûlé dans ton assiette en aluminium… Tsuip !

Si j’ai un conseil à vous donner, c’est de ne plus jamais boire le café dans ces endroits-là. Ils utilisent une même eau pour laver les assiettes du matin jusqu’au soir, et c’est comme ça qu’ils ne rincent même pas les tasses. Dès que quelqu’un vient déjeuner là-bas avec sa tuberculose, tant pis pour la prochaine personne qui va commander une tasse de Nescafé…

 

NOUS SOMMES CAMEROUNAIS, NOUS MANGEONS CHEZ LES VOISINS

Vous n’avez pas encore remarqué que les Camerounais adorent le ndog ? Je vous dis vrai ! Quand quelqu’un veut venir te voir, c’est toujours vers les 12 h 30 qu’il arrive chez toi. J’ai même dit que dorénavant je vais demander à ma petite sœur de préparer vers les 17 h 15, pour esquiver ce genre de charognards. Mais ça va même changer quoi ? Il suffit qu’ils sentent l’odeur de la sauce d’arachide à travers leur fenêtre, et dans les minutes qui suivent tu vas les voir devant ta porte : « Je demande hein, c’est vraiment vrai que le comité d’anormalisation a prolongé Volker Tchounkeu Finke ? » Tsuip !

Vous partez manger chez les voisins alors que vous savez qu’ils ont préparé leur nourriture n’importe comment ?

 

NOUS SOMMES CAMEROUNAIS, NOUS MANGEONS DANS LES ANNIVERSAIRES

Est-ce que c’est seulement dans les anniversaires qu’on part remplir notre ventre ? Nous mangeons dans les baptêmes, nous mangeons dans les soutenances universitaires, nous tabassons dans les enterrements, nous nous goinfrons dans les tontines et dans les réunions de famille… Dans les mariages, nous entassons la nourriture dans les sacs en plastique pour aller garder ça dans notre congélateur.

Dans les voir-bébé, alors c’est grave ! Personne ne sait même comment le bébé s’appelle, mais chacun charge son plat comme une colline de Yaoundé, alors qu’il ne va même pas manger la moitié de l’assiette. Dis-donc !

Et il y a un mot qu’on aime beaucoup utiliser pour frimer dans nos fêtes camerounaises, c’est le mot « traiteur ». Ou il traite même quoi oooh ? Et après quand tu vas manger sa nourriture sur sa table bien dressée avec des bouquets de fleurs, tu vas plutôt aller consulter un « traitant » pour tes nouveaux problèmes de ventre…

 

NOUS SOMMES CAMEROUNAIS, NOUS MANGEONS CHEZ LA FEMME QUI VEND LA NOURRITURE AU BORD DE LA ROUTE

Voici alors la preuve que la saleté n’a jamais tué un homme noir ! Les femmes qui vendent la nourriture au bord de la route, on mange leur banane malaxée tous les jours. On ne veut même pas savoir si c’est sa sueur qui tombe dans la sauce pendant qu’elle te sert, ou bien si c’est sa salive, ou bien si elle a préparé la nourriture avec l’eau du marigot qui passe juste derrière les bacs de Hysacam…

Avec 500 francs CFA seulement, tu vas manger jusqu’ààààààà… Tu auras le poisson séché ou bien la viande, tu auras une montagne de kontchap que tu ne vas même pas terminer, tu auras le taro à la sauce jaune jusqu’à tu vas lécher tes dix doigts, et que sais-je encore ! Elle va même ouvrir sa grosse boîte de chocolat, et elle va te sortir un long maquereau avec la sauce à gogo. Tu auras même le complément jusqu’à ça va même te dépasser à finir…

Et c’est comme ça que les mécaniciens s’alignent devant elle, pour passer leur commande. Des bons cogneurs ! Il y a aussi les menuisiers, les bendskineurs, les gérants de bar, les call boxeuses. Il y a aussi les filles qui apprennent les soins esthétiques à côté, avec leur blouse blanche. Il y a également les étudiantes qui habitent loin à Village, et qui n’ont pas le temps de rentrer à la maison avant de revenir. Il y a en plus les jeunes stagiaires qui ont la cravate, mais qui viennent là se serrer à côté de nous (dis donc !). Il y a les commerçants ambulants qui s’asseyent un moment avant de reprendre leurs longues, très longues marches. Et puis il y a enfin les gars qui jouent au Parifoot, parce qu’il ne faut pas oublier que les gars qui jouent au Parifoot font désormais partie de notre paysage…

 

la viande que nous mangeons est traitée dans des conditions non contrôlées

La viande que nous mangeons n’est contrôlée.

 

NOUS SOMMES CAMEROUNAIS, NOUS MANGEONS NOUS TOUS SUR LE GOUDRON !

Je suis donc sorti du beignetariat de Logpom sans même regarder mon derrière, et j’ai directement pris une moto course pour qu’on me laisse vers Rhône-Poulenc à Makèpè.

 

Ici au Cameroun, tu peux manger la chair humaine dans un restaurant, mais on va te faire croire que c’est de la chèvre.

Dans notre pays-ci, les inspecteurs de l’hygiène sont comme une espèce en voie de disparition. D’ailleurs ils ont même déjà disparu.

Et si vous voulez que ma petite sœur vous dise, dans ma chambre il y a le désordre jusqu’ààààààà… mais ma chambre est 100 fois plus ordonnée que les cuisines qu’il y a dans nos plus grands hôtels !

 

Alors oui, la saleté ne tue pas l’homme noir. Surtout l’homme camerounais. Nous mangeons le wata-fufu n’importe où, nous mangeons les escargots dans l’obscurité, nous buvons le foleré avec les bouteilles qu’on a récupérées dans les bennes à ordures (yich !). Et si tu essaies de dire aux gens de laver leurs mains avant d’entamer le repas non contrôlé qui est devant eux, ils vont te faire ce qu’on a failli me faire à Logpom.

Ils vont même d’abord te demander de disparaître.

 

 

Ecclésiaste DEUDJUI

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

Vrai, vrai hein, à 77 ans ce n’est plus la jeunesse

Je me suis réveillé ce matin avec un mal de dos pas possible. Qu’est-ce qui m’arrive ? Pourtant je n’ai même pas encore 33 ans !

J’entends souvent les gens dire que la jeunesse c’est de 7 à 77 ans, mais pourquoi moi je me sens vieillir alors ? Hein ? Pourquoi je ne cours plus comme avant, je ne réfléchis plus comme avant, je ne suis plus en santé comme avant ? Hein ?

Mon idée c’est que la vieillesse commence beaucoup plus prématurément qu’on ne le pense…

en Afrique, les vieillards sont souvent considérés comme des personnes sages

En Afrique, les vieillards sont souvent considérés comme des personnes sages

AVANT JE COURAIS COMME UN LAPIN, MAIS ÇA C’ÉTAIT AVANT

Les enfants d’aujourd’hui m’amusent hein, ils pensent qu’ils sont trop forts ! Ils ne savent pas qu’en classe de terminale, je jouais déjà dans Racing de Bafoussam ! Ils ne savent pas qu’en première, j’étais déjà champion départemental du Mbam en tennis de table (ah oui !). Avant ? Ne me teste pas ! Je courais comme un cabri, et j’étais ce qu’on appelle en football un latéral moderne. Mais si je dis ça à un jeunot aujourd’hui, il va penser que je dis ça seulement pour impressionner les filles qui viennent de lire ce paragraphe… Tsuip !

Aujourd’hui, quand je veux courir, je sens comment mon corps ne m’obéit plus. Parfois je crois que je suis en train d’accélérer, avant de me rendre compte que depuis, je ne fais que courir sur place…

Pour mes poumons alors c’est grave ! Dès que je fais une petite remontée, je demande rapidement le remplacement. Et en ce qui concerne ma musculature, la dernière fois que j’ai fait des abdos je crois que Coco argentée n’étais même pas encore bien déviergée…

AVANT JE CALCULAIS COMME UN ORDINATEUR, MAIS ÇA C’EST QUAND J’ÉTAIS ENCORE JEUNE

Quand j’étais en seconde C à Ndiki, je pouvais te résoudre n’importe quel type d’équation paramétrique ; mais ça c’était avant ! Aujourd’hui, si tu me soumets un problème mathématique avec une seule inconnue, je vais aller jusqu’à te demander s’il n’y a pas 4 inconnues par hasard…  Sans blague.

Mon cerveau est devenu un peu rouillé, et je commence déjà à oublier beaucoup de choses. Par exemple quand je drague une fille, je peux passer toute la soirée à lui demander comment elle s’appelle. Et parfois quand elle me dit qu’elle est la mère d’une grande fille, le lendemain je lui demande comment se porte son petit garçon…

AVANT J’ÉTAIS RÉSISTANT JUSQU’À, JUSQU’À, MAIS AUJOURD’HUI J’ACCUSE LE VENTILATEUR

La 1ère fois que je suis monté sur une femme, j’avais presque dix-huit ans. Bon, c’est vrai que mon bangala nageait encore un peu, mais une fois qu’il était entré j’avais lancé le moteur. Une, deux, une, deux, une, deux. Va, vap. Et puis c’était la même chose avec les filles suivantes, je chauffais leur bas-ventre jusqu’ààààààà… Certaines ngas ont même pris leur courage pour me demander où je prenais ma part d’écorce !

Hélas, ce n’est plus du tout la même chose. J’ai compris des choses que mes reins refusent de comprendre. Je suis maintenant dans le na’yor-na’yor. Est-ce que c’est la course ? Est-ce que je suis à la Coupe du monde ? Et les nombreuses fois où mon Bic marron refuse d’écrire, j’accuse tout simplement mon ventilateur. Je dis à la fille que c’est parce qu’on a coupé la lumière que Dagobert n’arrive plus à rester debout normalement. Lui aussi, dis donc ! Ou bien j’accuse les gens qui bavardent à la télévision, parce qu’ils sont en train de me déconcentrer et après ça je baisse le volume. Mais à la longue j’ai fini par me rendre à l’évidence : il faut que je commence aussi à manger ma part de mbitakola !

AVANT JE POUVAIS PASSER DIX ANS SANS ALLER VOIR LE DOCTEUR. MAIS AUJOURD’HUI ?

Vrai,  hein, j’ai déjà vécu plus de dix ans sans visite médicale. C’était de 2001 à 2011. Il y a des moments où je me demandais même si le palu-là existait vraiment. Je ne connaissais pas la fièvre, la fatigue, le mal de dos comme à présent. Mais depuis un certain temps, si je me réveille un matin sans ressentir aucune douleur, ça voudra dire que je suis déjà cadavéré !

Quand j’essaie de m’étirer, je sens comment mon genou fait crac-crac-crac. Et mes articulations sont devenues raides, je ne peux même plus faire la moitié de la moitié d’un grand écart… Il arrive que mon oreille me chauffe à l’intérieur, comme si j’allais bientôt devenir sourd. Souvent ce sont mes dents qui refusent que je mange n’importe quelle sucrerie (même le Mambo ? dis donc !). Par moments j’ai plutôt un mal de cœur terrible. Le genre que tu as les palpitations, alors que tu ne vois même pas une Camerounaise qui va te faire tomber amoureux un jour… Tsuip ! Et je ne vous parle même pas de toutes ces maladies de civilisation qui m’attendent : éjaculation précoce, hypertension, diabète, AVC, cancer de la prostate, maladie de Parkinson, Alzheimer, etc. D’ici peu je crois que j’aurai même déjà les démangeaisons testiculaires.

Samuel Eto'o, se moquant de Mourinho qui l'avait traité de vieillard

Samuel Eto’o, se moquant de Mourinho qui l’avait traité de vieillard

VRAI, VRAI HEIN, AVANT 77 ANS ÇA N’A JAMAIS ÉTÉ LA JEUNESSE…

Je m’adresse comme ça à tous les jeunes qui vont me lire, et qui pensent que leur jeunesse restera éternelle. Je m’adresse aussi à tous les vieux qui nous dirigent, pour qu’ils apprennent aussi à laisser le pouvoir. Car si moi je souffre comme ça alors que je n’ai même pas encore 33 ans, combien de fois pour les gens qui ont presque 50 ans de plus que moi ? Hein ? Vous voyez même de qui je parle ? […]

Donc c’est comme ça, les jeunes d’aujourd’hui seront les vieillards de demain.

Un jour, un enfant va t’appeler « Le Père », et c’est là que tu vas comprendre que tu es vraiment devenu vieux.

Un jour tu auras 18 ans, et le lendemain tu vas te retrouver dans le club des vétérans.

Un autre jour, une fille va te dire qu’elle est enceinte, et quand tu vas ouvrir les yeux, tu vas voir que votre enfant a déjà presque 40 ans !

Un jour, toutes tes phrases vont commencer par commencer par « À notre époque », parce que tu vas sentir toi-même que le nouveau monde-ci, avec toutes ses technologies, est déjà en train de vous échapper vrai-vrai…

Vrai, vrai hein, avant 77 ans ça n’a jamais été la jeunesse ! La vie va devenir de plus en plus pénible. Tu ne vas plus te précipiter pour changer le monde. Tu vas voir tous tes amis mourir un à un, et c’est comme ça que la mort ne va même plus t’impressionner. Et quand tu vas entendre les enfants dire que la jeunesse c’est de 7 à 77 ans, tu auras seulement envie de rire jusqu’ààààààà…

Parce que ces enfants-là ne savent même pas un peu ce qui est en train de les attendre.

Ecclésiaste DEUDJUI

WhatsApp: (+237) 696.469.637

Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org

Mes 4 règles d’or avec l’argent

Vrai-vrai hein, les Camerounais exagèrent. Partout où tu passes, tu entends seulement parler de problèmes d’argent. Tu dragues une fille, elle te soumet immédiatement ses problèmes de cotisation. Tu invites quelqu’un chez toi, il te dit qu’il a beaucoup de problèmes d’argent dans sa réunion. Tu veux même recruter un gars dans ton entreprise, mais la seule chose qui l’intéresse c’est « Mon premier salaire va passer quand ? »
Wèè’kè ! Cameroonian ! Est-ce que vous savez même que l’argent n’a jamais été un problème ?

 

nous vivons dans une société où tout s'achète avec l'argent

Nous vivons dans une société où tout s’achète avec l’argent

 

1- L’ARGENT NE DOIT PAS VOUS ÉTONNER
L’argent étonne trop les Camerounais. Si tu dis à quelqu’un que tu vas lui donner 10 millions de francs CFA, il va commencer à pisser dans son pantalon…
Et puis c’est quoi cette manière dès qu’on te demande de patienter un peu avant de te donner de l’argent, tu commences à gesticuler partout. Tu es pressé, pourquoi ? Tu connais un autre endroit où on va te donner de l’argent ?
L’argent ne doit plus vous étonner ! Si vous travaillez dur dans votre activité, et si vous faites tout pour devenir l’un des meilleurs, vous allez avoir l’argent en sock-sock. Les gens vont reconnaître votre talent et votre compétence, et ils vont venir vous mettre l’argent à terre ! C’est comme ça que Samuel Eto’o s’est étonné à son 1er contrat, ainsi que les X-Maleya, mais est-ce que depuis-là vous les avez encore vus s’étonner devant l’argent ?

 

2- L’ARGENT EST BON À TOUT MOMENT
Ça ne sert à rien d’aller vous suicider parce que quelqu’un n’a pas payé votre argent à temps. Ou bien votre dette. Nôôô. L’argent est bon à tout moment ! Même si la personne te tourne comme la chaise du coiffeur, et qu’elle finit par te rembourser un jour, l’argent là va sauf que te servir.
C’est comme les Lions de 1990 norr, est-ce qu’on avait fini avec leurs primes ? Mais si on leur donne l’argent aujourd’hui, vous croyez que ça ne va pas leur servir pour résoudre leurs problèmes de maintenant ?

 

3- L’ARGENT C’EST DANS LA TÊTE
La plupart des Camerounais ont des problèmes d’argent, alors que ces problèmes n’ont absolument rien à voir avec l’argent ! Par exemple, si ta femme refuse de faire l’amour avec toi, où est le problème d’argent là-dedans ? Si ton premier fils est bête comme son pied gauche, c’est en augmentant son argent de beignets que tu vas le rendre moins inintelligent ? Tsuip !
Sérieusement, l’argent c’est dans la tête ! C’est nous qui pensons que tous les problèmes passent par l’argent, et dès que nous avons la moindre difficulté nous commençons à chercher les usuriers de gauche à droite.
Pourtant il y a des problèmes qui peuvent se résoudre par des conseils, tout simplement. Par l’affection, par l’amour, par la psychologie, par la compétence, par l’entraînement, par la patience…
« Le meilleur moyen de gagner de l’argent, c’est de ne même pas y penser » (Bill Gates)

 

4- L’ARGENT N’EST PAS UN PROBLÈME
Si je me mets à la télévision et que je commence à dire ça, on va seulement me lancer les cailloux ici au Cameroun. Et pourtant ce n’est que la vérité : l’argent n’a jamais été un problème !
L’argent n’est qu’un moyen qu’on a inventé pour pouvoir remplacer le troc. L’argent ne vous garantit même pas d’obtenir le bonheur. L’argent permet seulement de faire plaisir aux gens qui nous entourent. Ça te permettra peut-être d’acheter le corps d’une femme, mais ça ne te permettra même pas d’acheter la moitié de son cœur…
L’argent a la valeur que les Américains décident de lui donner. C’est pourquoi je suis d’accord pour qu’on sorte enfin du franc CFA. Car il faut considérer l’argent comme un moyen et non comme une finalité, parce qu’il peut changer de valeur à tout moment (je m’adresse comme ça aux gens qui partent spéculer avec les bourses).

 

5- L’ARGENT N’EST PAS UNE ÉMOTION
J’ai bien dit 4 règles, mais permettez-moi d’en rajouter une cinquième : l’argent n’est pas une émotion !
L’argent c’est un chiffre ! Si tu viens me demander de l’argent en pleurnichant, si je n’en ai pas, je n’en ai pas ! Ce n’est pas parce que tu vas te rouler par terre que je vais subitement devenir le ministère des Finances !
Et puis, quand tu viens soumettre tes difficultés à quelqu’un, ce n’est pas la peine de lui raconter toutes tes histoires du début jusqu’à la fin. L’argent n’est pas une émotion, c’est un chiffre. « Tu as besoin de combien ? » Point. Laisse-moi tout le bavardage !

 

Samuel Eto'o Fils, symbole de la jeunesse africaine milliardaire

Samuel Eto’o Fils, symbole de la jeunesse africaine milliardaire

 

MES 4 RÈGLES D’OR AVEC LE BONHEUR
J’ai voulu m’appesantir sur ce sujet parce que les Camerounais aiment trop l’argent, et surtout parce qu’ils ont une conception trop matérialiste du bonheur (surtout les Camerounaises).

 

On a instauré l’argent parce que c’est le seul moyen de se procurer ce que les autres ont fabriqué, et qu’on est incapable de fabriquer soi-même.
Si l’argent était vraiment le problème, le Trésor public en fabriquerait suffisamment pour que toutes les populations soient milliardaires.
Au Bhoutan il n’y a pas seulement le Produit national brut, il y a également le Bonheur national brut.
Et puis lorsque vous avez des problèmes qui se succèdent dans votre vie, il faut les mettre en rang. Il ne faut pas vous contaminer avec les urgences inutiles…

 

Ainsi, une fois que votre relation avec l’argent ne sera plus factice, vous deviendrez quelqu’un de bien. Vous n’aurez plus trop envie de détourner l’argent du contribuable, ou bien de devenir un grand feyman. Votre seul objectif ne sera plus seulement d’enterrer l’argent derrière votre maison. Ou bien dans votre compte en banque. Ou bien d’être chichard comme les Bamilékés. Vous deviendrez moins susceptible aux tentatives de corruption. Et puis vous n’envierez plus tous ces faux riches qui vous impressionnent avec leurs grosses voitures, parce que votre part d’argent se cachera plutôt dans votre cœur.
Et la qualité de cet argent-là est inestimable, je vous assure, personne au monde ne pourra jamais vous prendre cette richesse !

 

 
Ecclésiaste DEUDJUI
WhatsApp: (+237) 696.469.637
Tous mes articles sur http://achouka.mondoblog.org