Mais que se passe-t-il dans les églises réveillées ?

Pas plus tôt qu’au mois de mai, j’entendais des gens proférer que « Le Cameroun sera champion du monde 2014 » (sic). Hum, je précise hein, ils étaient culottés comme ça parce qu’on n’avait pas encore été déculottés par le Mexique (0-1), puis la Croatie (0-4), puis le Brésil (1-4).
Il paraît qu’il y a un certain TB Joshua, un [faux] Prophète, qui leur avait fait avaler cette chimère. Et moi je me suis dit non, non, non, mille fois non. Il ne faut pas que les églises réveillées nous endorment. Je m’explique.

DÉNOMINATION
Une église réveillée, ça ne veut pas dire une église qui ne dort jamais. C’est une confrérie improvisée qui ne repose que sur son leader spirituel, c’est-à-dire le pasteur. Les églises réveillées ne réinventent pas la religion, ni les textes sacrées : elles les réinterprètent. Et elles doivent partager leur « savoir » dans la condescendance, dans le mysticisme et dans la transe, dans la terreur, dans la vénalité et dans la durée. Pour espérer se faire une réputation pérenne et atteindre le plus grand nombre, il leur faut une appellation qui marque les esprits et qui témoigne de leur proximité avec le Seigneur. D’où le florilège de désignations bidons qu’on retrouve sur les pancartes dans nos sous-quartiers et dans nos ruelles.

INTERPRÉTATION
Un bon pasteur c’est avant tout un bon parleur et un bon dragueur. C’est quelqu’un qui a pour mission de décrypter les textes sacrés. C’est quelqu’un qui a de la prose et de l’emphase. Il ne faut pas se tromper sur leur argumentation, ce sont des gens qui lisent la Bible quarante fois par jour. Et qui parlent très bien français ou anglais. Et pour chaque verset d’un chapitre, ils peuvent te ressortir cinquante leçons de vie. Les pasteurs sont en perpétuelle réinvention de leurs discours, car ils ont l’obligation de paraître nouveaux à chacune de leurs interventions. Et quand ils veulent te convaincre de rejoindre définitivement leur congrégation, ils ne partent pas loin : ils prennent les exemples sur toi et ta famille.

FIDÉLISATION
La première chose pour qu’une église réveillée ait pignon sur rue, ce sont les fidèles. La stratégie est donc d’organiser les premiers rassemblements avec les membres de la famille et les amis du pasteur, puis de laisser faire le bouche-à-oreille. Les futurs prosélytes seront accueillis avec ferveur, et on les chouchoutera et on les nourrira (si, si). Afin que le néophyte ne se pose pas beaucoup de questions (qui pourraient l’amener à déserter), les séances de prière ont lieu quasiment tous les jours, et on lui demande de venir chaque fois avec le maximum de personnes de son entourage.

COTISATION
Quand le groupuscule d’illuminés a déjà atteint un nombre non négligeable, disons une cinquantaine, le pasteur passe à la phase financière. Il achète de gros registres pour ses bilans comptables. Il faut que les fidèles cotisent parce qu’il faut qu’on ait une cathédrale parce qu’il faut que notre église se développe parce qu’il faut que Dieu lui-même voit comment nous-là on se bat tous les jours… blablabla blablabla. Les leaders spirituels ont réussi à transformer la zakat qu’on trouve dans le Coran, en un revenu à fort potentiel économique. Prenez seulement 10% des revenus de cent mille fidèles, ça fait combien ? Et puis on raconte à ces fidèles que le taux fixé n’est pas fixe, qu’on peut aller au-delà si on aime trop Dieu (jamais en-deçà), et qu’on peut y ajouter des offrandes en nature et des victuailles (riz, chèvres, viande, poisson, etc.). Tsuip ! Tout ça va dans la poche du prédicateur.

PROLIFÉRATION
Les témoins de Jéhovah ne viendraient pas frapper à votre porte à Mvog-Atangana-Mballa, s’ils étaient restés tranquillement dans leur Massachussetts pour diffuser leurs enseignements. Ils ont des documents qu’ils éditent régulièrement (Tour de Garde et Réveillez-Vous !) et qu’ils s’attèlent à faire parvenir dans tous les recoins de la planète, au travers de leurs multiples évangélistes. C’est le schéma d’expansion préférentiel de nos églises nouvelles, qui s’implantent à Bépanda, à Bonabéri, à Bonamoussadi, à Makèpè, puis qui sortent de Douala pour aller édifier un lieu de culte à Yaoundé, puis à Bafia, puis à Garoua, puis sortent ensuite du Cameroun pour aller s’implanter en Afrique du Sud ou bien en Côte-d’Ivoire… Je l’ai toujours dit, les églises réveillées sont comme les virus.

PRÉDICATION
Le marché des églises nouvelles est tellement concurrentiel que pour s’en sortir et grappiller quelques cotisants, le pasteur doit faire preuve de plusieurs ingéniosités. L’une d’elles c’est la prédication. Entre-nous, qui n’est pas fasciné par quelqu’un qui est capable de te dire ce qui va se passer demain, après-demain, et même l’année prochaine ? Et qui ensuite va venir t’expliquer pourquoi rien de tout cela n’est arrivé ? Donc ces confusionnistes doivent haranguer à haute voix, proposer des devinettes et des charades, prouver aux fidèles qu’ils ont quatres-yeux, qu’ils voient tout ton avenir en un tour de main. Et puis, quand l’Argentine gagnera la coupe du monde et non le Cameroun, ils te diront que c’est le CHAMPION noor, n’est-ce pas ça commence par C et ça finit par N ? Ce n’est pas ce que je vous avais [pré]dis ?

THÉATRALISATION
Si tu veux voir le vrai théâtre, pas ce qu’on nous montre à canal 2 tous les jours, il faut aller dans les églises réveillées. On dirait que les pasteurs-là font exprès. Il y a un type qui parle en français et un autre qui traduit en anglais. Et celui qui traduit fait exactement les mêmes gestes que celui qui parle en français. Paapa, c’est la chorégraphie ? Et donc le francophone fait de grands gestes, il vocifère, il se balance à gauche et à droite sur les estrades, et son compère shakespearien fait les mêmes choses. J’ai parfois envie de [sou]rire devant ces chapelles, mais il paraîtrait que Dieu nous voit tous. Alors les deux messieurs descendent dans les allées de la salle, ils sautillent, ils transpirent, ils s’essuient la sueur sur le visage, ils se baladent entre les fidèles, ils énumèrent des anecdotes, et tout ça finit toujours par « Au nom de Jésus ! ». Goebbels avait raison de dire que si vous répétez une connerie assez souvent, eh bien les gens l’avalent !

INVOCATION, INCANTATION, EXORCISATION
Dans la foulée de la théâtralisation, on enchaîne avec les conversations. Ceux qui ont été émerveillés par ces pasteurs sportifs et déterminés à chasser le démon, sont appelés à faire don de leur âme au seigneur Jésus-Christ. Et donc on prie pour eux, on invoque les saints esprits. Puis on chante en commun, parce que chanter une fois, c’est comme prier dix fois. Et dans la foulée encore, on passe aux exorcisations. C’est là que tu vois ce qu’on te raconte souvent, que y a des gens qui s’évanouissent dans la salle. Le pasteur te met la main sur le front, et tu tombes seulement comme une mangue qui vient de mûrir. Wèèkè ! Comment est-ce que les gens peuvent être si naïfs ? Et l’envoyé de Jésus commence à te réciter des prières, suivi et imité par les voix en chœur de toute la salle : « paludisme, sors de cette salle ! », « paludisme, sors de cette salle ! » ; « tuberculose, sors de cette salle ! », « tuberculose, sors de cette salle ! ». Et je vous épargne toutes les autres soixante maladies qu’il va citer, qu’il va chasser, qu’il va éradiquer, qu’il va exorciser. Du diabète à la blennorragie en passant par les accidents cardio-vasculaires. Et pourtant quand lui-même il sera malade, le pasteur, c’est plutôt le médecin de l’hôpital général qu’il va aller voir…

EXPLICATION
Le dénominateur commun de toute cette mascarade, c’est la pauvreté. Je ne blâme pas les pasteurs, ils ne font que ce qu’ils peuvent pour s’en sortir. Avant ça ils avaient tenté de devenir enseignants, on leur a fermé les portes. Ils ont voulu devenir animateurs ou journalistes, et on leur a barré la voie. La vie était tellement difficile qu’ils ont décidé de monter leur propre business. A mes yeux ils ne sont différents des marabouts ou des arnaqueurs, encore moins des dirigeants de la Fecafoot ou bien de notre gouvernement.
C’est la pauvreté qui fait ça. Matérielle ou mentale. Les gens qui vont dans ces prieurés-là, c’est parce qu’ils sont dans le désespoir et le manque de réconfort. C’est parce que parfois ils sont seuls ou esseulés. Au moins là-bas, dans ces asiles ecclésiastiques, ce n’est pas comme dans l’église catholique où tu n’es même pas certain que tu vas rencontrer le pape un jour. Et d’ailleurs même que leur pape-là ne sera jamais un Noir…
Dans nos nouvelles églises qui fleurissent et qui pullulent, tu es le bienvenu. Même si tu as quatre enfants avec quatre pères différents, on te montre que tu n’es pas différente. Les gens là-bas s’acceptent, ils s’entraident, ils essaient de s’entre-aimer. Ils ne se jugent pas. Ils sont contents de se retrouver les jours de culte, ou la nuit pendant les veillées messianiques. Et ils se racontent leurs actualités. Ils parlent avec le pasteur, les yeux dans les yeux, et celui-ci leur dit que ça va aller.
C’est la pauvreté qui fait ça. Non seulement le Cameroun est dur, mais en plus il est mauvais. Il est sévère et méchant, il est impitoyable. Alors bon sang, si on a la chance de tomber sur un groupe de gens qui peuvent changer notre vie, même s’ils nous demandent notre salaire, si on a la chance de tomber sur quelqu’un qui dit qu’il est un prophète comme Isaïe ou bien Josué, comment voulez-vous que les camerounais refusent ? Si on a la chance de voir enfin quelqu’un qui vous promet de très belles choses, qui vous rassure que vous êtes beau, que votre place est au ciel à la droite du seigneur, comment voulez-vous qu’on résiste ? Si on a la chance de voir enfin quelqu’un qui nous raconte des histoires drôles, qui nous encourage à supporter toutes les misères et les injustices du quotidien, pourquoi est-ce qu’on devrait lui tourner le dos ? Hein ? Et dans ce cas qui devrait-on écouter à sa place dans ce pays ?

 

Ecclésiaste DEUDJUI

7 réflexions au sujet de « Mais que se passe-t-il dans les églises réveillées ? »

  1. Patric Garica dit :

    Le phénomene de faux pasters et de fausses églises au Cameroun est alarmant. Un de ces imposteurs, un nommé Christian Becquet de la secte Messianique Évangélique est un vrai démon sous couverture chrétienne qui fait de nombreux ravages en proclamant un faux évangile et répendant toutes sortes de ragots contre ceux qui s’opposent à lui. Cet hypocrite est aussi un adultère notoire étant marié à deux femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *